U.R.S.S.Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années 1930, une décennie décisive

Le Grand Tournant (1929-1933)

En quelques années, l'Union soviétique est bouleversée de fond en comble par une seconde révolution qui transforme en profondeur la société et l'économie, brisant à la racine les structures et les modes de vie ruraux que la révolution de 1917 avait laissés pour l'essentiel intacts, engendrant un regain de violence et de terreur contre une société récalcitrante. Collectivisation forcée et industrialisation accélérée sont les deux faces de cette modernisation brutale.

La lumière électrique

Photographie : La lumière électrique

En 1927, ce couple de Russes observe la lumière délivrée par une ampoule électrique. Leur village, isolé, vient juste d'être connecté au réseau électrique. 

Crédits : Arkady Shaikhet/ Slava Katamidze Collection/ Getty Images

Afficher

La collectivisation forcée des campagnes est une véritable guerre déclarée par l'État soviétique contre toute une nation de petits exploitants. Loin de se borner à l'hiver 1929-1930, cette guerre dure en réalité jusqu'au milieu des années 1930, culminant en 1932-1933, années d'une terrible famine, conséquence prévisible d'une politique de prélèvement abusif, par l'État, de la production agricole. Dans le droit fil de la violence exercée contre la paysannerie durant la guerre civile, la violence de la collectivisation forcée des campagnes apparaît comme un épisode central dans la pratique de la terreur stalinienne.

Décidée le 27 décembre 1929, la liquidation des koulaks en tant que classe fixe un chiffre indicatif de 3 à 5 p. 100 d'exploitants agricoles « à dékoulakiser ». Mélange de rafle policière et de règlements de compte entre paysans, cette opération se solde par la déportation vers les régions inhospitalières de la Sibérie, de l'Oural, du Kazakhstan et de la Sibérie de deux millions de paysans, abandonnés, sans vivres ni outils, en pleine taïga, ou assignés à résidence dans des « villages de peuplement spécial » près des grands chantiers du « Ier plan ».

Collectivisation et « dékoulakisation » suscitent d'âpres résistances. Pour la seule année 1930, la Guépéou recense plus de quatorze mille émeutes et soulèvements paysans, qui contraignent momentanément Staline à reculer. Alors que les statistiques officielles font état de 58,6 p. 100 de foyers paysans collectivisés au 1er mars 1930, Staline se voit contraint de condamner, dans un article célèbre (Le Vertige du succès, 2 mars 1930), « les nombreuses entorses au principe du volontariat dans l'adhésion des paysans aux kolkhozes », rejetant tous les abus sur les autorités locales. Bientôt, néanmoins, après une brutale décrue des foyers collectivisés (21 p. 100 en juillet 1930), le régime réitère ses pressions : les paysans récalcitrants sont lourdement taxés, déportés à l'occasion de nouvelles vagues de « dékoulakisation ». À l'automne 1931, l'État accroît les prélèvements obligatoires sur la récolte, très médiocre, des kolkhozes. Un tel prélèvement désorganise totalement le cycle productif. Entre les kolkhoziens, décidés à user de tous les stratagèmes pour conserver une partie de leur récolte, et les autorités, soucieuses de réaliser à tout prix les objectifs du plan, le conflit est inévitable. Le 7 août 1932, le gouvernement édicte une loi qui condamne à dix ans de camp tout vol aux dépens du kolkhoze. En quatre mois, plus de cent mille kolkhoziens sont condamnés pour avoir volé quelques épis dans les champs collectifs. La conséquence ultime de ce cycle prélèvement-résistance-répression est une terrible famine, totalement passée sous silence, niée par le régime soviétique jusqu'en 1988, qui fait, principalement en Ukraine, dans le Caucase du Nord et au Kazakhstan, environ six millions de victimes.

En cinq ans (1929-1934), 95 p. 100 des foyers paysans sont collectivisés. L'État réussit une formidable opération d'extorsion de la production agricole : en 1934, 45 p. 100 de la production agricole totale est directement prélevée par l'État, achetée à des prix dérisoires (5 à 10 p. 100 du prix du marché) aux kolkhozes. Seule concession : l'octroi, à chaque famille kolkhozienne, d'un minuscule lopin (0,25 à 0,5 ha) qui assurera sa survie, tout en la détournant durablement du travail collectif. Mais le cheptel a diminué de 45 p. 100 par rapport à 1928, et la production céréalière de 15 p. 100. Plus grave encore : à la formidable violence exercée contre eux, les paysans répondent en travaillant le moins possible sur une terre qui ne leur appartient plus. L'État se trouve ainsi contraint de prendre la responsabilité directe d'un nombre croissant d'activités, aggravant le caractère bure [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages

Médias de l’article

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Staline et Trotski

Staline et Trotski
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Élection de l'Assemblée constituante

Élection de l'Assemblée constituante
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 55 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  URSS  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 585 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

U.R.S.S. - L'économie soviétique

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 321 mots

L'économie de l'U.R.S.S. a été, jusqu'en 1990, une économie socialiste planifiée, dirigée par le Parti communiste à travers un système centralisé d'administration économique. La propriété d'État y jouait un rôle dominant et l'ensemble des activités économiques était orienté par un plan impératif. Ce système s'est effondré en 1991. Il est cependant indispen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « U.R.S.S. - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/