TUNGSTÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Production et utilisations

La production minière mondiale de tungstène en 2004 était de 56 000 tonnes de métal. Les principaux pays ou régions producteurs sont la Chine (83 p. 100) et l'ex-U.R.S.S. (8 p. 100). Cette production correspond aux deux tiers de l'offre mondiale, le tiers restant étant satisfait par le recyclage. Deux types de minerais sont prépondérants : la wolframite [tungstate de fer et de manganèse (Fe, Mn), WO4] et la scheelite (tungstate de calcium CaWO4). Leur teneur en tungstène est de l'ordre de 0,3 à 2 p. 100 dans la mine ; après concentration physique, elle atteint 50 à 60 p. 100 dans le minerai marchand. L'abondance du tungstène dans l'écorce terrestre est faible (1 ppm) et se situe en 14e position, entre celle du magnésium et celle de l'argent.

Les réserves mondiales connues en tungstène sont estimées à 7 millions de tonnes. Les variations souvent considérables du prix du minerai de tungstène, métal stratégique, reflètent la conjoncture économique et les événements mondiaux.

À part la fabrication directe de ferrotungstène au four électrique, la majorité des minerais est traitée par des procédés relativement simples d'hydrométallurgie : attaque acide ou alcaline, suivie de l'élimination des impuretés par cristallisation, précipitation, échange d'ions, extraction en phase organique, etc. Il est possible qu'à l'avenir des procédés d'électrolyse ignée ou de chloruration-réduction permettent de passer directement du minerai ou du tungstate de sodium brut au métal ou même au carbure.

La figure 1 montre la filiation des procédés, des produits et des applications, ainsi que la répartition approximative en tonnage de tungstène des diverses formes de matériaux. Les domaines d'industrie bénéficiant du tungstène sont en premier lieu l'usinage et le formage des métaux ; viennent ensuite les machines et équipements [...]

Métallurgie et application des produits

Métallurgie et application des produits

Dessin

Métallurgie du tungstène et applications des produits. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


Médias de l’article

Métallurgie et application des produits

Métallurgie et application des produits
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tungstène : propriétés

Tungstène : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Métal dur : fabrication de pièces

Métal dur : fabrication de pièces
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Carbures : compositions

Carbures : compositions
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ingénieur diplômé de l'École polytechnique, directeur des recherches à la société Ugine Carbone.

Classification


Autres références

«  TUNGSTÈNE  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aciers alliés »  : […] Les aciers alliés se distinguent des aciers non alliés par la présence de certains éléments d'alliage (cf. tableau). Les éléments d'alliage agissent sur la structure de l'acier et modifient par là certaines de leurs propriétés, mais ils peuvent aussi attribuer à l'acier des propriétés entièrement nouvelles. Chacun de ces éléments se caractérise par une tendance dominante soit à rester dissous da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/#i_10098

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'équilibres de phases »  : […] La description et l'étude des alliages binaires passent par un type de représentation classique : les diagrammes d'équilibres de phases. Quelques cas peuvent servir d'exemples. La figure concerne le système cuivre (Cu)- tungstène (W). L'axe des abscisses représente la teneur de l'alliage en tungstène exprimée en atomes pour cent ou en poids pour cent ; la première échelle est utilisée dans les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_10098

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les basses montagnes du Jiangnan »  : […] Au sud du Yangzi, en contrebas des Wuyishan à l'est, des montagnes de Guizhou à l'ouest et des Nanling au sud, s'étend une zone confuse de basses montagnes qui s'élève de 150 mètres au nord à 400 mètres au sud. Elles correspondent approximativement aux deux provinces du Hunan et du Jiangxi, que les géographes chinois groupent sous le nom de « Jiangnan ». Aux confins des deux provinces, un certa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_10098

COOLIDGE WILLIAM DAVID (1873-1975)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 540 mots

Physicien et chimiste américain, né à Hudson (Massachusetts) et mort à Schenectady (État de New York). Descendant d'une famille rurale, le physicien américain William David Coolidge poursuit ses études au célèbre Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) où il obtint le diplôme d'ingénieur électricien en 1896. Très attiré par la physique des rayons X, récemment découverts par Röentgen (1895), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-david-coolidge/#i_10098

LANGMUIR IRVING (1881-1957)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Chimiste et physicien américain né à Brooklyn (New York) et mort à Falmouth (Massachusetts). Après des études de métallurgie à l'université Columbia, Irving Langmuir prépare sa thèse sous la direction de Walther Nernst à Göttingen. Rentré aux États-Unis, il y dirige des recherches pour le compte de la General Electric (Schenectady, N.Y.) de 1909 à 1950. Ses travaux sur les films moléculaires à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irving-langmuir/#i_10098

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfates, chromates, molybdates, tungstates »  : […] Les sulfates (près de 300 espèces ; cf.  sulfates naturels ) peuvent être anhydres, comme la barytine BaSO 4 , l' anhydrite CaSO 4 , l' anglésite PbSO 4 , la célestine (ou célestite ) SrSO 4 , souvent d'origine hydrothermale ; plus fréquemment hydratés, comme le gypse CaSO 4 .2 H 2 O, la brochantite Cu(SO 4 ).3 Cu(OH) 2 , l' epsomite MgSO 4 .7 H 2 O, l' alunite KAl 3 (OH) 6 (SO 4 ) 2 , la kaini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_10098

WOLFRAMITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 887 mots

Oxyde de tungstène, la wolframite est l'un des principaux minerais de tungstène, élément encore appelé wolfram, d'où le nom du minéral. Elle se caractérise par des cristaux tabulaires, aux faces souvent striées et à l'éclat métallique. Le clivage basal parfait dessine des lames de taille pluricentimétrique qui s'assemblent en agrégats lamellaires. formule : (Fe,Mn)WO 4  ; système : monoclinique ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolframite/#i_10098

Voir aussi

Pour citer l’article

René MEYER, « TUNGSTÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tungstene/