SCHEELE CARL WILHELM (1742-1786)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste suédois, né le 9 décembre 1742 à Stralsund (Poméranie, auj. Allemagne), mort le 21 mai 1786 à Köping (Suède).

Carl Wilhelm Scheele développe son intérêt pour la chimie durant ses huit années d'apprentissage chez un apothicaire de Göteborg. En 1765, il part travailler chez un apothicaire de Malmö, où l'anatomiste Anders Jahan Retzius (1742-1821), de l'université de Lund, lui fait rencontrer de nombreux savants. Scheele se rend à Stockholm en 1768 pour se rapprocher des cercles scientifiques, puis à Uppsala en 1770. C'est là qu'il fait la connaissance des célèbres chimistes Johan Gottlieb Gahn (1745-1818) et Torbern Olof Bergman (1735-1784). Cinq ans plus tard, il s'installe définitivement dans la petite ville de Köping où il ouvre sa propre boutique. Il ne se rendra alors à Stockholm que pour passer son examen d'apothicaire et accepter son poste à l'Académie royale des sciences en 1775. Cette dernière lui verse une pension annuelle qui lui permet de poursuivre ses expériences. Scheele mourra prématurément en 1786, probablement à cause des vapeurs de cyanure et d'arsenic longuement inhalées dans un laboratoire mal ventilé.

Scheele développe un talent d'analyse hors pair d'autant plus remarquable qu'il travaille dans des conditions rudimentaires. Il ne possède pas de four assez puissant pour porter à haute température les substances chimiques qu'il veut analyser, et ses instruments sont ceux qu'il trouve dans sa boutique. Il crée cependant, à l'aide de tubes, de cornues et de vessies de bœuf desséchées, des dispositifs expérimentaux très ingénieux pour étudier les gaz.

En 1770, le nom de Scheele apparaît pour la première fois dans un article de Retzius sur l'acide tartrique, auquel il a largement contribué. À la demande de Bergman, Scheele publie en 1774 les résultats de ses expériences sur la « magnésie noire » (pyrolusite). Il constate en effet qu'en présence d'acide « muriatique » (acide chlorhydrique) cet oxyde dégage un gaz alors inconnu, qu'il nomme acide « oxymuriatique » (chlore). Il soupçonne en outr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé au département d'histoire des sciences et des idées à l'université d'Uppsala, Suède, auteur

Classification


Autres références

«  SCHEELE CARL WILHELM (1742-1786)  » est également traité dans :

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 720 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air ( pneuma ) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-ci en terre, dont la forme la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-element/#i_4326

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  L'étude des gaz ou la chimie pneumatique »  : […] Une théorie empirique des gaz supposait d'abord la mise en œuvre d'une technique d'isolement. Au début du xviii e  siècle, Hales inventa le dispositif simple mais indispensable de la cuve à eau, qui sera perfectionné quand on remplacera l'eau par le mercure. Hales recueillit ainsi de nombreux gaz dégagés par chauffage de diverses substances ; ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_4326

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « État naturel et historique de la fabrication »  : […] Le chlore, sous forme de chlorures, est le plus abondant (0,2 p. 100 de l'écorce terrestre) des halogènes. L'évaporation de l'eau de mer fournit par litre 28,5 g de chlorure de sodium. 4,8 g de chlorure de magnésium et 0,8 g de chlorure de potassium. Les dépôts de sel gemme proviennent de l'évaporation d'anciennes mers ; quand les espaces asséchés sont restés, durant l'évaporation, en relation a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/#i_4326

MANGANÈSE

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Jacques FAUCHERRE, 
  • Gil MICHARD, 
  • Clotilde POLICAR, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Métallurgie »  : […] La « magnésie noire » (pyrolusite) était connue des Anciens : Pline signale son emploi dans la fabrication du verre. Ce n'est qu'en 1774 que la nature de ce corps noir fut fixée par C. W. Scheele qui identifiait un oxyde d'un métal inconnu, différent du fer, dont l'oxyde Fe 3 O 4 avait été confondu jusque-là avec la pyrolusite. La même année, T. O. Bergman, sans doute en même temps que J. G. Gahn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manganese/#i_4326

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 318 mots
  •  • 13 médias

L'oxygène (symbole O, numéro atomique 8) peut être considéré comme un des éléments fondamentaux de la chimie et de la biochimie (avec l'azote, le carbone et l'hydrogène), tant en raison de son rôle capital dans la respiration et la nutrition du règne animal et du règne végétal qu'en raison de celui de ses composés (l'eau, les sucres, l'anhydride carbonique). L'ensemble de la croûte terrestre, de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_4326

PHOSPHORE

  • Écrit par 
  • François MATHEY, 
  • Maurice MAURIN, 
  • Maurice SLANSKY
  •  • 9 137 mots
  •  • 15 médias

Le phosphore doit son nom à la lumière qu'il émet par oxydation lente et spontanée, à la température ordinaire. Le moins abondant des éléments de la troisième rangée de la table périodique, il représente environ 1,3 p. 100 de la quantité de silicium que possède l'Univers. Il existe dans la nature à l'état combiné dans un grand nombre de phosphates minéraux : phosphates et fluorophosphates d'alumi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phosphore/#i_4326

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le processus d'invention »  : […] D'une manière générale, la photographie peut être définie comme un procédé physico-chimique de reproduction qui met en œuvre un dispositif optique associé à un matériau sensible dont les propriétés physiques ou chimiques sont modifiées par l'absorption de lumière. La première série lexicale cohérente, articulée autour du mot photographie, est proposée par l'astronome britannique John Herschel (179 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-histoire-des-procedes-photographiques/#i_4326

TUNGSTÈNE

  • Écrit par 
  • René MEYER
  •  • 1 535 mots
  •  • 4 médias

Le tungstène est un élément métallique très réfractaire, appartenant au groupe V a de la classification périodique, qui comprend aussi le chrome et le molybdène. Ce métal, de la famille des éléments de transition, est à la fois un « aristocrate » et un « athlète », dont les qualités extrêmes exigent soin et précision dans l'élaboration du produit final. Il a été découvert p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tungstene/#i_4326

Pour citer l’article

Anders LUNDGREN, « SCHEELE CARL WILHELM - (1742-1786) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-wilhelm-scheele/