TUNGSTÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tungstène métallique

Le tableau 1 donne les valeurs de quelques propriétés physiques. Le tungstène est un métal extrême : il présente parmi les métaux le plus haut point de fusion, une des plus hautes densités et un des plus hauts modules d'élasticité, ainsi que les plus faibles valeurs de chaleur spécifique et de coefficient de dilatation. Sa caractéristique la plus remarquable, qui justifie ses utilisations, est la conservation de sa résistance mécanique et de sa rigidité jusqu'à des températures supérieures à 2 000 0C. La charge de rupture en traction est voisine de 100 N/mm2 à 2 000 0C ; elle peut atteindre 300 N/mm2 pour certains alliages tels que W-Re ou W-Re-HfC. La résistance au fluage est aussi très élevée. Malgré ces performances remarquables, le tungstène présente deux inconvénients majeurs :

Tungstène : propriétés

Tungstène : propriétés

Tableau

Propriétés du tungstène (l'élément et le métal). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– sa fragilité à température ambiante, surtout à l'état recristallisé ;

– sa réactivité avec l'oxygène de l'air dès 500 0C ; le tungstène et ses alliages ne peuvent être utilisés à haute température que sous vide ou sous gaz protecteur (hydrogène, azote, gaz rares) ; dans le cas contraire, il faut revêtir les pièces d'un dépôt adhérent et stable d'une substance (un siliciure ou une céramique, par exemple).

Par ailleurs, le tungstène présente une stabilité parfaite dans les solutions corrosives (tous les hydroxydes alcalins et tous les acides, sauf le mélange acide nitrique-acide fluorhydrique), dans les verres et les sels fondus, ainsi que dans les métaux liquides jusqu'à 1 000 0C.

Le tungstène est mis en forme à partir d'ébauches frittées, par écrouissage à chaud (entre 1 000 et 1 600 0C). La structure écrouie et fibrée est la plus ductile et la plus résistante mécaniquement. La dureté Vickers à froid est moyenne (∼ 400 HV). Le développement des alliages de tungstène a pour objet d'augmenter la ductilité et d'inhiber le grossissement de grain à haute température. Les alliages les plus connus contiennent soit une dispersion de thorine (1 à 2 p. 100), so [...]


Médias de l’article

Métallurgie et application des produits

Métallurgie et application des produits
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tungstène : propriétés

Tungstène : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Métal dur : fabrication de pièces

Métal dur : fabrication de pièces
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Carbures : compositions

Carbures : compositions
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ingénieur diplômé de l'École polytechnique, directeur des recherches à la société Ugine Carbone.

Classification


Autres références

«  TUNGSTÈNE  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aciers alliés »  : […] Les aciers alliés se distinguent des aciers non alliés par la présence de certains éléments d'alliage (cf. tableau). Les éléments d'alliage agissent sur la structure de l'acier et modifient par là certaines de leurs propriétés, mais ils peuvent aussi attribuer à l'acier des propriétés entièrement nouvelles. Chacun de ces éléments se caractérise par une tendance dominante soit à rester dissous da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/#i_10098

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'équilibres de phases »  : […] La description et l'étude des alliages binaires passent par un type de représentation classique : les diagrammes d'équilibres de phases. Quelques cas peuvent servir d'exemples. La figure concerne le système cuivre (Cu)- tungstène (W). L'axe des abscisses représente la teneur de l'alliage en tungstène exprimée en atomes pour cent ou en poids pour cent ; la première échelle est utilisée dans les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_10098

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les basses montagnes du Jiangnan »  : […] Au sud du Yangzi, en contrebas des Wuyishan à l'est, des montagnes de Guizhou à l'ouest et des Nanling au sud, s'étend une zone confuse de basses montagnes qui s'élève de 150 mètres au nord à 400 mètres au sud. Elles correspondent approximativement aux deux provinces du Hunan et du Jiangxi, que les géographes chinois groupent sous le nom de « Jiangnan ». Aux confins des deux provinces, un certa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_10098

COOLIDGE WILLIAM DAVID (1873-1975)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 540 mots

Physicien et chimiste américain, né à Hudson (Massachusetts) et mort à Schenectady (État de New York). Descendant d'une famille rurale, le physicien américain William David Coolidge poursuit ses études au célèbre Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) où il obtint le diplôme d'ingénieur électricien en 1896. Très attiré par la physique des rayons X, récemment découverts par Röentgen (1895), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-david-coolidge/#i_10098

LANGMUIR IRVING (1881-1957)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Chimiste et physicien américain né à Brooklyn (New York) et mort à Falmouth (Massachusetts). Après des études de métallurgie à l'université Columbia, Irving Langmuir prépare sa thèse sous la direction de Walther Nernst à Göttingen. Rentré aux États-Unis, il y dirige des recherches pour le compte de la General Electric (Schenectady, N.Y.) de 1909 à 1950. Ses travaux sur les films moléculaires à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irving-langmuir/#i_10098

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfates, chromates, molybdates, tungstates »  : […] Les sulfates (près de 300 espèces ; cf.  sulfates naturels ) peuvent être anhydres, comme la barytine BaSO 4 , l' anhydrite CaSO 4 , l' anglésite PbSO 4 , la célestine (ou célestite ) SrSO 4 , souvent d'origine hydrothermale ; plus fréquemment hydratés, comme le gypse CaSO 4 .2 H 2 O, la brochantite Cu(SO 4 ).3 Cu(OH) 2 , l' epsomite MgSO 4 .7 H 2 O, l' alunite KAl 3 (OH) 6 (SO 4 ) 2 , la kaini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_10098

WOLFRAMITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 887 mots

Oxyde de tungstène, la wolframite est l'un des principaux minerais de tungstène, élément encore appelé wolfram, d'où le nom du minéral. Elle se caractérise par des cristaux tabulaires, aux faces souvent striées et à l'éclat métallique. Le clivage basal parfait dessine des lames de taille pluricentimétrique qui s'assemblent en agrégats lamellaires. formule : (Fe,Mn)WO 4  ; système : monoclinique ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolframite/#i_10098

Pour citer l’article

René MEYER, « TUNGSTÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tungstene/