TOXOPLASMOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de toxoplasme (toxon : arc) a été donné par Charles Nicolle, en 1908, à un protozoaire en forme de croissant qui infestait les Ctenodactylus gundi, rongeurs des zones désertiques tunisiennes, et provoquait leur mort lorsqu'ils étaient gardés en captivité à l'Institut Pasteur. Ce protozoaire fut ensuite retrouvé dans de très nombreuses espèces animales, et son pouvoir pathogène pour l'homme fut établi en 1940 : le parasite provoque chez le nouveau-né une encéphalite nécrotique, alors que la mère qui l'a transmis à l'enfant est elle-même infectée, mais sans en souffrir.

Le cycle naturel et l'identité réelle de ce protozoaire sont restés mystérieux jusqu'en 1970, date à laquelle on démontra que le toxoplasme est, en fait, un stade évolutif d'une coccidie intestinale du chat : le mérozoïte de cette coccidie peut végéter par multiplication asexuée et survivre enkysté dans les tissus de nombreux hôtes non spécifiques. La toxoplasmose est l'ensemble des phénomènes pathologiques que ce parasite égaré provoque par sa multiplication dans les tissus.

Par ailleurs, cette connaissance de l'identité du toxoplasme a suggéré l'existence d'une évolution extra-intestinale pour d'autres espèces coccidiennes. Ainsi certains parasites, tels que les sarcosporidies, sont maintenant rattachés aux coccidies.

Cycle du toxoplasme et transmission

On connaît les grandes lignes du cycle naturel du parasite. L'oocyste, éliminé dans les matières fécales du chat, subit une maturation avec formation de sporocystes ; à ce stade, il reste potentiellement virulent, au moins pendant plusieurs mois, dans le sol humide ; il est capable d'infecter les Mammifères herbivores ou les Oiseaux qui l'ingèrent accidentellement en prenant leur nourriture sur le sol. Dans le tube digestif de ces animaux, le toxoplasme ne peut pas se multiplier sur le mode sexué, ni redevenir coccidie. Les éléments qui traversent la muqueuse intestinale sont ingérés par les macrophages et se multiplient sur le mode asexué (endogénie) dans leur cytoplasme. Ils se dispersent ainsi dans tout l'organisme par voie lymphatique et sanguine.

L'infection est, en général, bien supportée par l'hôte, car celui-ci s'immunise rapidement et freine la multiplication des parasites, qui vont s'enkyster dans certains tissus tels que le muscle et l'encéphale.

Ils y sont généralement bien tolérés, et restent vivants pendant des années sans grand dommage pour l'hôte immun ; mais leur virulence potentielle demeure pour les carnivores qui ingéreront les tissus en question. S'il s'agit d'un chat, le toxoplasme subit une maturation sexuée dans son tube digestif, redevient coccidie, et donne des oocystes qui sont éliminés dans la nature. S'il s'agit d'un chien ou d'un autre animal, les toxoplasmes libérés de la viande parasitée ne subissent pas de maturation sexuée dans son intestin, mais ils passent dans la circulation, se multiplient, et s'enkystent de nouveau dans les tissus.

Le toxoplasme se comporte ainsi chez l'homme qui s'infecte surtout en mangeant de la viande dont la cuisson insuffisante n'a pas détruit les parasites, ou bien – dans de mauvaises conditions d'hygiène – en consommant des aliments souillés de terre. Le cycle sexué ne paraît pas possible dans l'intestin humain : l'homme n'a donc pas de rôle direct dans la contamination du sol, qui est liée seulement, dans l'état actuel des connaissances, au chat et à quelques autres félins. À ce propos, il faut remarquer que ce n'est pas tant le contact direct avec l'animal qui représente un danger de contagion, mais la souillure de la terre et des aliments par les matières fécales : danger direct si l'on consomme des fruits et des légumes mal lavés ; ou danger indirect, mais sans doute plus important, dû à la viande des animaux de boucherie contaminés. Garder un chat au foyer est sans grand danger, à condition de veiller à le nourrir de viande bien cuite et de ne pas le laisser libre de chasser.

En résumé, il existe dans la nature deux réservoirs de virus : l'un tellurique, le sol contaminé par les oocystes ; l'autre animal, la viande parasitée contenant des kystes. L'ingestion est le principal mode de transmission. L'infection qui en résulte est le plus souvent sans gravité, ou même tout à fait [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en médecine, directeur du laboratoire de recherche sur la toxoplasmose de l'Institut de puériculture, Paris

Classification

Autres références

«  TOXOPLASMOSE  » est également traité dans :

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Toxoplasmatinés »  : […] Les Toxoplasma sont des parasites des Mammifères qui ont une certaine importance en parasitologie humaine. Mais leur cycle n'est connu dans le détail que depuis 1970 (Hutchinson, Frenkel). L'hôte principal est le chat. Le parasite se développe dans les cellules de l'épithélium intestinal où s'effectue d'abord la schizogonie puis la gamogonie. L'ookyste est rejeté dans l'intestin et expulsé avec l […] Lire la suite

NAISSANCE - Grossesse

  • Écrit par 
  • Yves MALINAS
  • , Universalis
  •  • 5 251 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les maladies infectieuses »  : […] La terreur de la rubéole est peu justifiée en France, car la population des femmes réceptives est de 1 à 4 p. 100, et le risque de malformation rubéolique de 85 p. 100 entre 5 et 8 semaines. La prévention consiste en l'injection de gammaglobulines chez la femme supposée contaminée et en la vaccination faite aux jeunes filles avant la puberté. En revanche, VIH (virus du sida) et cytomégalovirus […] Lire la suite

NAISSANCE - Néonatologie

  • Écrit par 
  • Lucien MICHON
  •  • 4 253 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les infections »  : […] On peut classer schématiquement les infections en plusieurs catégories : –  Fœtopathies  : infection transplacentaire en cours de grossesse entraînant une atteinte grave associant habituellement hépato-splénomégalie, ictère, troubles de la crase sanguine avec purpura, lésions cérébrales. Les tableaux sont un peu différents suivant l'agent responsable : toxoplasmose avec lésions oculaires (microp […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les protozooses »  : […] Les protozooses sont transmissibles soit par l'eau et les aliments souillés (les principales sont l'amibiase, les flagelloses digestives), soit par un Arthropode vecteur (les principales sont les trypanosomoses, les leishmanioses, le paludisme). – Les trypanosomoses sont des maladies parasitaires dues à des Protozoaires Flagellés du genre Trypanosoma . On distingue : la maladie du sommeil, strict […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges DESMONTS, « TOXOPLASMOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/toxoplasmose/