COCCIDIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Coccidies sont des êtres unicellulaires de nature animale qui vivent en parasites dans les cellules des Mollusques, des Arthropodes et surtout des Vertébrés. Sans forme bien définie, ces corpuscules coccidiens contenus dans le cytoplasme d'une cellule hôte, ont un aspect plus ou moins amœboïde ou sphéroïde ; leur taille varie le plus souvent entre 10 et 20 μ bien que certaines espèces passent par des stades atteignant jusqu'à 50 ou même 80 μ. Leur reproduction fait intervenir des cellules mâles et femelles bien différentes : il y a anisogamie. Le zygote ou copula est le seul stade diploïde (2 n chromosomes), tous les autres stades du cycle de développement sont haploïdes (n chromosomes).

Les graves maladies qu'elles provoquent chez l'homme (paludisme) ou chez les animaux domestiques (coccidiose du lapin) leur donnent une place importante dans la parasitologie humaine et vétérinaire.

Aux Émeriidés qui constituent la famille la plus anciennement connue, on ajoute aujourd'hui des espèces dont la position systématique était autrefois incertaine : Sarcocystidés, Babesiidés, Toxoplasmatinés dont le rôle en parasitologie humaine et vétérinaire a été précisé.

Quant aux Hémosporidies (qui provoquent le paludisme), leur cycle évolutif est comparable à celui des Émeriidés de telle sorte qu'on peut les rapprocher de façon certaine de cette dernière famille. Les observations en microscopie électronique ont en outre montré que le germe infectieux ou zoïte (sporozoïte, mérozoïte, schizozoïte...) possède malgré sa très petite taille (une dizaine de microns) une unité de structure jadis méconnue, qui met bien en évidence l'homogénéité du groupe.

Cycles évolutifs

Le cycle évolutif comporte toujours les trois phases caractéristiques des Sporozoaires : schizogonie, gamogonie, sporogonie. On les étudiera chez Eimeria.

Eimeria perforans et E. Stiedae sont deux espèces très voisines, parfois même confondues, qui provoquent chez le lapin la coccidiose intestinale ou hépatique. La première espèce vit, en effet, dans les cellules épithéliales de l'intestin grêle et du gros intestin, tandis que la seconde est localisée dans les cellules des canalicules biliaires. Elles provoquent une hypertrophie de l'intestin ou du foie qui se manifeste extérieurement par une obésité dénommée vulgairement le « mal du gros ventre ».

Le germe initial est une cellule allongée, le sporozoïte ; elle pénètre dans une cellule épithéliale, à l'intérieur de laquelle elle grossit et se divise pour libérer des schizozoïtes qui, en poursuivant un développement identique, constituent la phase de schizogonie. Puis, trois semaines environ après l'infestation survient la phase de gamogonie : apparition d'un gamétocyte femelle qui grossit sans se diviser, tandis que le gamétocyte mâle se fragmente pour donner de nombreux microgamètes biflagellés. L'union des deux gamètes aboutit à la formation d'un zygote (i) qui sécrète une enveloppe épaisse et se transforme en ookyste. La sporogonie consiste en une série de divisions de ce zygote qui donnera naissance à quatre spores, lesquelles se diviseront pour libérer huit sporozoïtes. L'ookyste est souvent expulsé avant sa segmentation avec les excréments du lapin : la sporogonie se poursuit donc le plus souvent à l'extérieur et assure la propagation de la maladie.

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le cycle que l'on vient de décrire, ou cycle eimérien est caractérisé par l'évolution indépendante des gamétocytes des deux sexes : le gamétocyte femelle grossit sans se diviser et devient un macrogamète, tandis que le gamétocyte mâle donne, après division, de nombreux microgamètes.

Mais il existe un autre type de cycle, dont il est difficile de dire s'il est plus primitif que le précédent ; c'est le cycle adéléen.

L'exemple le mieux connu, décrit par Yarwood en 1937, est celui d'Adelina cryptocerci, parasite du tissu adipeux d'une blatte américaine xylophage, Cryptocercus punctatus, où s'effectue la totalité du cycle. Le trait le plus saillant en est le rapprochement précoce des gamétocytes ou gamontes qui réalisent une sizygie, à la manière des Grégarines. Sécrétant autour d'eux une fine membrane, ils constituent ensuite un gamétokyste. Chez Adelina (au contraire de ce qu'on observe chez les Grégarines), le gamonte femelle ne se divise pas mais grossit et le gamonte mâle ne se divise que deux fois produisant ainsi quatre microgamètes mobiles et biflagellés. L'un d'eux fécondera le gamète femelle ; le zygote, résultant de l'union de ces deux gamètes, se transformera en ookyste. Le cycle d'Adelina semble donc intermédiaire entre le cycle des Grégarines et celui d'Eimeria.

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eimeria : cycle

Dessin : Eimeria : cycle

Cycle d'Eimeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adelina Cryptocerci : cycle

Dessin : Adelina Cryptocerci : cycle

Cycle d'Adelina Cryptocerci. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces variations importantes du cycle évolutif ont amené les systématiciens à subdiviser les Coccidies en deux ordres : Adéléidés et Eimeridés. Lorsque le développement se fait sur un seul hôte, on dit qu'il est monoxène ; mais s'il nécessite le passage sur deux hôtes différents, on le qualifie d'hétéroxène.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Eimeria : cycle

Eimeria : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Adelina Cryptocerci : cycle

Adelina Cryptocerci : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sarcocystis sui-hominis : cycle

Sarcocystis sui-hominis : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COCCIDIES  » est également traité dans :

TOXOPLASMOSE

  • Écrit par 
  • Georges DESMONTS
  •  • 2 388 mots

Le nom de toxoplasme ( toxon  : arc) a été donné par Charles Nicolle, en 1908, à un protozoaire en forme de croissant qui infestait les Ctenodactylus gundi , rongeurs des zones désertiques tunisiennes, et provoquait leur mort lorsqu'ils étaient gardés en captivité à l'Institut Pasteur. Ce protozoaire fut ensuite retrouvé dans de très nombreuses espèces animales, et son pouvoir pathogène pour l'hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « COCCIDIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coccidies/