INSTITUT PASTEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Institut Pasteur est une institution privée ayant pour vocation la recherche et l'enseignement dans les domaines de la biologie et de la santé publique, situé au 25 et 28 de la rue du Docteur-Roux, dans le XVe arrondissement de Paris. Il lui est associé un centre de consultations et d'analyses médicales, seules activités à caractère médical subsistant après la fermeture de l'hôpital Pasteur en 1999. Officiellement, depuis sa création en 1888, sa mission est de contribuer à la prévention et au traitement des maladies, en priorité infectieuses, par la recherche, l'enseignement, et des actions de santé publique. Le principe de cette mission est maintenu, mais il est clair que l'Institut Pasteur est devenu au fil des années, et surtout depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un des plus importants centres de recherche en France, dans pratiquement tous les domaines de la biologie fondamentale, tout en conservant un niveau d'excellence en microbiologie, ce qui reste son image dominante. C'est donc sous cet aspect qu'il est renommé dans le monde entier.

Histoire de l'Institut

L'historique des constructions reflète l'évolution de la recherche en biomédecine. L'Institut Pasteur a été construit en 1887-1888 grâce aux fonds collectés par la souscription nationale lancée le 1er mars 1886 par l'Académie des sciences pour la « création d'un établissement pour le traitement de la rage après morsure [...] sous le nom d'Institut Pasteur », en réponse à l'émotion suscitée par l'annonce de la guérison de deux personnes mordues par des animaux probablement enragés, cela grâce à la vaccination par le « virus-vaccin » mis au point par Pasteur. Les plans et les travaux sont supervisés par Émile Roux, qui apparaît comme le véritable maître d'œuvre de l'Institut Pasteur et de son expansion ultérieure. Les plans montrent que l'Institut Pasteur inauguré le 14 novembre 1888 n'est pas purement antirabique mais bien plus un institut de recherche en microbiologie. La partie dévolue à la lutte contre la rage est circonscrite et mise sous la responsabilité d'un médecin, Grancher, par ailleurs médecin-chef à l'hôpital des Enfants malades à Paris. Le reste des bâtiments est dévolu à la recherche en microbiologie et immunologie générales ainsi qu'à l'enseignement : le cours de « microbie technique » de Roux débute en 1889. Les laboratoires sont attribués à des chercheurs confirmés (Roux, Duclaux, Chamberland, Metchnikoff...). Au bâtiment principal de 1888 dit « historique » (qui héberge de nos jours l'appartement de Louis Pasteur, le musée et quelques laboratoires) sont associées des annexes – chenil pour animaux enragés, animalerie et divers services.

Le laboratoire de Pasteur

Photographie : Le laboratoire de Pasteur

Le laboratoire du Français Louis Pasteur (1822-1895), vers 1890. L'Institut Pasteur avait été fondé, à Paris, en 1888. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

À partir de 1894 sont construits, grâce à des financements privés (Rothschild, Osiris, Lebaudy...), sur des terrains acquis grâce aux bénéfices dégagés par la production de sérum antidiphtérique, un bâtiment dit « de chimie biologique », symétrique du bâtiment de 1888. Il héberge essentiellement des laboratoires de chimie biologique et thérapeutique, et un service de fermentations (dit brasserie). L'hôpital pour maladies infectieuses est construit au même moment. L'ensemble est pratiquement terminé en 1901. Seuls quelques annexes et le pavillon de pathologie exotique de Laveran (1907) seront construits ou aménagés ensuite. Ces constructions obéissent à un projet précis qui est de rapprocher la recherche au laboratoire en matière de lutte anti-infectieuse (sérums, vaccins et médicaments chimiques) de leur lieu d'expérimentation final, l'hôpital.

Une troisième vague de construction au début des années 1930 traduit l'importance prise par la virologie (discipline naissante avec d'Hérelle), la pathologie exotique (très liée aux problèmes médicaux des colonies) et la tuberculose (B.C.G. et tuberculine dans le cas présent avec l'impulsion de la Fondation Rockefeller), tant sur le plan de la recherche fondamentale que sur celui de la santé publique en France et outre-mer. Sont alors construits les bâtiment dits « de la tuberculine », le long de la rue Falguière, et ceux de virologie et des Instituts Pasteur de la France d'outre-mer.

La dernière période de construction active débute en 1970. Elle prend acte de l'évolution des recherches dans toutes les disciplines de la biologie et s'organise en départements regroupant de petites unités plutôt que d'immenses services. Cette vague de construction qui débute avec le bâtiment dit de biologie moléculaire en 1970 (actuel batiment Jacques-Monod) traduit aussi l'éloignement, amorcé après la guerre, des activités traditionnelles de l'Institut et consacre en quelque sorte la « victoire » des chercheurs en sciences dites fondamentales (Monod, Jacob, Lwoff, Prix Nobel de physiologie ou médecine 1965) sur les microbiologistes et virologistes tenus pour plus traditionnels. Cela traduit également un relatif effacement des missions traditionnelles de santé publique au profit d'une recherche plus moléculariste et à la recherche de mécanismes fondamentaux. Mais elles sont cependant pour l'essentiel maintenues grâce aux centres nationaux de référence qui subsistent au sein de l'Institut. Cependant l'hôpital lui-même ferme en 1999 et seuls sont maintenus les consultations et un laboratoire d'analyse. Les constructions de nouveaux bâtiments (biotechnologie, immunologie, rétrovirus, analyses médicales, documentation, etc.) qui se sont succédé donnent la figure moderne actuelle de l'Institut Pasteur. La réhabilitation de l'intérieur des locaux de 1900 est en cours et un dernier bâtiment de recherche devrait être construit à l'horizon 2012 sur le campus ; après quoi, aucun espace libre ne sera plus disponible.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  INSTITUT PASTEUR  » est également traité dans :

BERNARD NOËL (1875-1971)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 713 mots

Médecin français. Né à Béziers, Noël Bernard fut élève de l'École de santé navale de Bordeaux, et, dès l'obtention de son diplôme de docteur en médecine (1900), il entre dans les troupes coloniales et part pour le Laos. Il y construit des ambulances, assure la vaccination antivariolique, lutte contre le choléra ; en 1904, il dirige le service médical du chantier du chemin de fer du Haut-Tonkin et […] Lire la suite

BORDET JULES (1870-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 436 mots

Les recherches de Bordet sur la destruction des bactéries et des globules rouges dans le sérum sanguin, effectuées à l'Institut Pasteur, à Paris (1894-1901), sont généralement considérées comme constituant les débuts de la sérologie. En 1895, il montra que deux facteurs existant dans le sérum sont responsables de la rupture de la paroi de la cellule bactérienne (bactériolyse) : l'un est un antico […] Lire la suite

BOVET DANIEL (1907-1992)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 469 mots

Pharmacologue italien d'origine helvétique. Né en Suisse à Neuchâtel, il étudie à Genève où il devient assistant d'anatomie comparée à l'université de cette ville ; après son doctorat ès sciences en 1929, il entre comme assistant (puis en 1937 comme chef de laboratoire), au laboratoire de chimie thérapeutique de l'Institut Pasteur de Paris et prend part aux travaux de l'équipe de savants groupés […] Lire la suite

COHEN GEORGES N. (1920- )

  • Écrit par 
  • Michel VÉRON
  •  • 1 559 mots
  •  • 1 média

Georges Nissim Cohen , né en 1920 à Constantinople, est issu d’une famille juive grecque. Il arrive à Paris avec sa famille dès l’âge d’un an et est naturalisé français en 1930. En 1933, à la suite de la crise économique, ses parents quittent la France pour Athènes où il fréquente le lycée français chez les frères maristes tout en apprenant le grec auprès des enfants de son âge. Après le baccalaur […] Lire la suite

FOURNEAU ERNEST FRANÇOIS (1872-1949)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 545 mots

Pharmacologue français, né à Biarritz, Fourneau poursuit à Bayonne de brillantes études et entre à la faculté de pharmacie de Paris, dont il est diplômé en 1898 ; il passe trois ans en Allemagne, auprès des meilleurs chimistes germaniques, et, à son retour en France (1901), constatant le peu d'intérêt des Français pour la chimie appliquée à la médecine, persuade les frères Poulenc d'ouvrir un labo […] Lire la suite

GROS FRANÇOIS (1925- )

  • Écrit par 
  • Philippe KOURILSKY
  •  • 1 418 mots
  •  • 1 média

Né en 1925, le biologiste français François Gros entama en 1945, chez Michel Macheboeuf à l’Institut Pasteur, une thèse de biochimie sur les antibiotiques qui venaient d’être découverts. Il appartient à la lignée des biochimistes, plus qu’à celle des généticiens. Il est avant tout intéressé par les mécanismes moléculaires du vivant. Il entre au C.N.R.S., où il fera carrière jusqu’à son élection […] Lire la suite

HÉRELLE FÉLIX D' (1873-1949)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 790 mots

Né à Montréal, orphelin de père à six ans, il est emmené par sa mère à Paris, puis en Hollande. On manque de précisions sur ses études supérieures. Mais on sait comment Félix d'Hérelle s'est orienté, par hasard, vers la microbiologie, en apprenant qu'une place de chef de laboratoire était vacante à l'hôpital général de Guatemala. Ayant obtenu ce poste, il met à profit la longue durée du trajet p […] Lire la suite

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite

LAVERAN ALPHONSE (1845-1922)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 416 mots

Médecin militaire français connu pour ses travaux sur le paludisme, Laveran étudie la médecine à Strasbourg (thèse de doctorat en 1867 : Recherches expérimentales sur la régénération des nerfs ), puis il prend part à la guerre franco-allemande de 1870 (Metz). Professeur agrégé au Val-de-Grâce (1874), il est envoyé quatre ans plus tard en Algérie, à Bône, puis à Constantine. Là il observe, dans les […] Lire la suite

LEVADITI CONSTANTIN (1874-1953)

  • Écrit par 
  • Jean LEVADITI
  •  • 503 mots

Né à Galati (Roumanie), Constantin Levaditi, médecin français, est d'abord, en 1896, interne des hôpitaux à Bucarest et se consacre à des recherches expérimentales. Après avoir été préparateur du professeur Babes à Bucarest, il est nommé à Paris préparateur du professeur Charrin au Collège de France. Avant d'entrer à l'Institut Pasteur, où se déroulera toute sa carrière, un séjour à Francfort-sur- […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-29 janvier 2021 France. Aménagement des mesures de restriction liées à la Covid-19.

l’Institut Pasteur dont les premiers résultats sont jugés insuffisants. Le 25 également, les étudiants de première année sont de nouveau autorisés à suivre les travaux dirigés, en demi-groupe. Le 27, le groupe pharmaceutique Sanofi annonce avoir conclu un accord avec le laboratoire allemand BioNTech pour conditionner le vaccin contre la Covid-19 que […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

l’Institut Pasteur, Santé publique France et l’INSERM publient une étude qui prévoit que 5,7 p. 100 de la population auront été infectés par le SARS-CoV-2 à la date prévue pour le début du déconfinement. Ils estiment que l’immunité de groupe sera alors insuffisante pour éviter une seconde vague de contamination, en l’absence du maintien de « mesures […] Lire la suite

11 juillet 1994 France – États-Unis. Fin de la polémique sur la découverte du virus du sida

l'Institut Pasteur en obtiendra désormais les trois quarts et les Instituts américains de la santé, un quart.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « INSTITUT PASTEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/institut-pasteur/