Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TOXOPLASMOSE

Épidémiologie

Les techniques d'isolement du parasite, et surtout les méthodes immunologiques, ont permis de reconnaître cette quasi-omniprésence de la toxoplasmose. La prévalence de l'infection (ensemble des sujets qui sont, ou ont été, infectés) varie évidemment en fonction de l'espèce et du climat. Les animaux carnivores ou omnivores (chien, porc, oiseaux de basse-cour) sont particulièrement souvent infectés tandis que les herbivores – mouton excepté, ce qui s'explique encore mal – le sont moins.

Le climat intervient aussi, sans doute, par son influence sur la survie de l'oocyste qui supporte mal le gel et la dessication : la toxoplasmose est rare sous les climats très rigoureux et dans les régions désertiques.

Dans l'ensemble, les notions récentes sur le cycle du parasite rendent assez bien compte des différences observées dans la géographie de la toxoplasmose.

Chez l'homme, la prévalence de l'infection toxoplasmique est conditionnée par le climat, le mode de vie et les habitudes alimentaires. Elle est plus fréquente, d'une part, chez les populations des régions humides, chaudes ou tempérées, surtout si les conditions d'hygiène sont mauvaises (contamination par les oocystes), d'autre part, chez les peuples amateurs de viande, surtout s'ils la consomment peu cuite ; la France est, de ce fait, le pays d'Europe occidentale où la prévalence de l'infection toxoplasmique humaine est de beaucoup la plus grande.

Voici ce que l'on observe dans la région parisienne : dès la fin de leur première année, quelques nourrissons ont déjà été contaminés, et ils en garderont les traces sérologiques très longtemps, toute la vie, semble-t-il. Au fur et à mesure qu'on étudie des couches d'âges, des individus en nombre de plus en plus grand se trouvent infectés et sont porteurs d'anticorps : à deux ans, 10 p. 100 des sujets ; à sept ans, 50 p. 100 ; et, vers la trentaine, près de 90 p. 100. D'après cette progression, il est facile d'estimer le risque d'infection toxoplasmique entraîné par les mœurs alimentaires : les risques de contracter la toxoplasmose sont d'environ 7 p. 100 par an. Cela n'est évidemment qu'une moyenne, car le risque est beaucoup plus fort pour les amateurs de viande très saignante ou crue : chez des sujets consommant régulièrement chaque semaine deux côtelettes de mouton bien saignantes, les risques approchent 10 p. 100 par mois. En revanche, si la viande est toujours bien cuite, le risque d'infection est inférieur : environ 1 p. 100 par an en Grande-Bretagne, où seulement 20 à 40 p. 100 des adultes ont des réactions positives.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, directeur du laboratoire de recherche sur la toxoplasmose de l'Institut de puériculture, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • COCCIDIES

    • Écrit par Robert GAUMONT
    • 3 133 mots
    • 4 médias
    Les Toxoplasma sont des parasites des Mammifères qui ont une certaine importance en parasitologie humaine. Mais leur cycle n'est connu dans le détail que depuis 1970 (Hutchinson, Frenkel). L'hôte principal est le chat. Le parasite se développe dans les cellules de l'épithélium intestinal où s'effectue...
  • NAISSANCE - Grossesse

    • Écrit par Universalis, Yves MALINAS
    • 5 252 mots
    • 7 médias
    La population sensible à la toxoplasmose est au moins dix fois plus nombreuse. Il n'existe pas de vaccin, mais la prophylaxie est très facile : le parasite qui se trouve dans les muscles des herbivores (bœuf et mouton) ne résiste pas à la température de 70 degrés : il faut donc cuire les viandes...
  • NAISSANCE - Néonatologie

    • Écrit par Lucien MICHON
    • 4 249 mots
    • 1 média
    Les tableaux sont un peu différents suivant l'agent responsable : toxoplasmose avec lésions oculaires (microphtalmie) et cérébrales (hydrocéphalie), rubéole congénitale, infection à cytomégalovirus ou syphilis (devenue exceptionnelle), mais très souvent seule la biologie permet de trancher....
  • PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

    • Écrit par Universalis, Yves GOLVAN
    • 8 241 mots
    • 2 médias
    – Latoxoplasmose, qu'il faut mettre un peu à part, est une maladie des mammifères et des oiseaux, domestiques et sauvages. Elle est transmise à l'homme surtout par la viande mal cuite et disséminée par des carnivores (chats). L'infestation est particulièrement fréquente dans les pays de civilisation...

Voir aussi