TOXOPLASMOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épidémiologie

Les techniques d'isolement du parasite, et surtout les méthodes immunologiques, ont permis de reconnaître cette quasi-omniprésence de la toxoplasmose. La prévalence de l'infection (ensemble des sujets qui sont, ou ont été, infectés) varie évidemment en fonction de l'espèce et du climat. Les animaux carnivores ou omnivores (chien, porc, oiseaux de basse-cour) sont particulièrement souvent infectés tandis que les herbivores – mouton excepté, ce qui s'explique encore mal – le sont moins.

Le climat intervient aussi, sans doute, par son influence sur la survie de l'oocyste qui supporte mal le gel et la dessication : la toxoplasmose est rare sous les climats très rigoureux et dans les régions désertiques.

Dans l'ensemble, les notions récentes sur le cycle du parasite rendent assez bien compte des différences observées dans la géographie de la toxoplasmose.

Chez l'homme, la prévalence de l'infection toxoplasmique est conditionnée par le climat, le mode de vie et les habitudes alimentaires. Elle est plus fréquente, d'une part, chez les populations des régions humides, chaudes ou tempérées, surtout si les conditions d'hygiène sont mauvaises (contamination par les oocystes), d'autre part, chez les peuples amateurs de viande, surtout s'ils la consomment peu cuite ; la France est, de ce fait, le pays d'Europe occidentale où la prévalence de l'infection toxoplasmique humaine est de beaucoup la plus grande.

Voici ce que l'on observe dans la région parisienne : dès la fin de leur première année, quelques nourrissons ont déjà été contaminés, et ils en garderont les traces sérologiques très longtemps, toute la vie, semble-t-il. Au fur et à mesure qu'on étudie des couches d'âges, des individus en nombre de plus en plus grand se trouvent infectés et sont porteurs d'anticorps : à deux ans, 10 p. 100 des sujets ; à sept ans, 50 p. 100 ; et, vers la trentaine, près de 90 p. 100. D'après cette progression, il est facile d'estimer le risque d'infection toxoplasmique entraîné par les mœurs alimentaires : les risques de contracter la toxo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en médecine, directeur du laboratoire de recherche sur la toxoplasmose de l'Institut de puériculture, Paris

Classification

Autres références

«  TOXOPLASMOSE  » est également traité dans :

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Toxoplasmatinés »  : […] Les Toxoplasma sont des parasites des Mammifères qui ont une certaine importance en parasitologie humaine. Mais leur cycle n'est connu dans le détail que depuis 1970 (Hutchinson, Frenkel). L'hôte principal est le chat. Le parasite se développe dans les cellules de l'épithélium intestinal où s'effectue d'abord la schizogonie puis la gamogonie. L'ookyste est rejeté dans l'intestin et expulsé avec l […] Lire la suite

NAISSANCE - Grossesse

  • Écrit par 
  • Yves MALINAS
  • , Universalis
  •  • 14 272 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les maladies infectieuses »  : […] La terreur de la rubéole est peu justifiée en France, car la population des femmes réceptives est de 1 à 4 p. 100, et le risque de malformation rubéolique de 85 p. 100 entre 5 et 8 semaines. La prévention consiste en l'injection de gammaglobulines chez la femme supposée contaminée et en la vaccination faite aux jeunes filles avant la puberté. En revanche, VIH (virus du sida) et cytomégalovirus […] Lire la suite

NAISSANCE - Néonatologie

  • Écrit par 
  • Lucien MICHON
  •  • 4 252 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les infections »  : […] On peut classer schématiquement les infections en plusieurs catégories : –  Fœtopathies  : infection transplacentaire en cours de grossesse entraînant une atteinte grave associant habituellement hépato-splénomégalie, ictère, troubles de la crase sanguine avec purpura, lésions cérébrales. Les tableaux sont un peu différents suivant l'agent responsable : toxoplasmose avec lésions oculaires (microp […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les protozooses »  : […] Les protozooses sont transmissibles soit par l'eau et les aliments souillés (les principales sont l'amibiase, les flagelloses digestives), soit par un Arthropode vecteur (les principales sont les trypanosomoses, les leishmanioses, le paludisme). – Les trypanosomoses sont des maladies parasitaires dues à des Protozoaires Flagellés du genre Trypanosoma . On distingue : la maladie du sommeil, strict […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges DESMONTS, « TOXOPLASMOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/toxoplasmose/