TINTORET (1519-1594)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Jésus parmi les docteurs de la Loi, Tintoret.

Jésus parmi les docteurs de la Loi, Tintoret.
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Suzanne et les deux vieillards, Tintoret

Suzanne et les deux vieillards, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Un peintre maniériste

Le caractère essentiellement vénitien du peintre (« le séquestré de Venise », comme l'appela Sartre) n'empêche cependant pas Tintoret de suivre les développements de la peinture italienne : celle-ci, à partir des centres de Florence et de Rome, exporte la nouvelle culture maniériste, aux manifestations multiformes, mais qui est marquée par une problématique spirituelle commune et par des modes figuratifs capables d'en exprimer la nature complexe et tourmentée. Si l'influence du maniérisme se fait déjà sentir à Venise avec la génération de Lotto, de Pordenone, Pâris Bordone et Schiavone, si elle constitue un épisode dans l'évolution de Titien et de Véronèse, on peut affirmer qu'elle prédomine dans la constitution du langage de Tintoret. Ce n'est pas seulement l'échange intense d'artistes entre la Vénétie et l'Italie centrale qui favorise la diffusion des idées nouvelles, mais aussi le fait que Pietro Aretino (l'Arétin) se fixe à Venise à partir de 1527. Le dialogue de Dolce sur la peinture, intitulé L'Aretino, consacre l'importance du Toscan, « Vénitien d'élection », dans le climat agité de la culture artistique de la ville. Alors que l'historiographie ancienne situait les débuts de l'activité officielle de Tintoret en 1547-1548, les études modernes donnent cette date comme étant la fin de sa période de formation. Dans la production de Madone et de Sacre Conversazioni des débuts, on note déjà combien l'artiste élabore avec une sensibilité plastique rigoureuse et un goût luministe neuf les thèmes empruntés de façon éclectique à Pordenone, Bonifacio et Schiavone. Un plafond en quatorze caissons, conservé à la Galleria Estense de Modène, constitue un jaillissement soudain, où les structures plastiques sont violentées par des mouvements et des raccourcis sur lesquels jouent des lumières crues. L'adhésion enthousiaste à une syntaxe maniériste – que Tintoret connaissait par des dessins et des gravures – confère à ces œuvres une couleur particulière : les exemples de Jules [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

  • : directeur au Centre international d'éducation artistique, U.N.E.S.C.O.

Classification


Autres références

«  TINTORET (1519-1594)  » est également traité dans :

TINTORET. NAISSANCE D'UN GÉNIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Valentina SAPIENZA
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

À la suite de sa « version » allemande du Wallraf-Richartz-Museum de Cologne (Tintoretto. A star wasborn, 6 oct. 2017-27 janv. 2018), l’exposition Tintoret. Naissance d’un génie a ouvert au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tintoret-naissance-d-un-genie-exposition/#i_22210

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Venise »  : […] On a longtemps exclu Venise de la « crise maniériste ». Les historiens (comme Nicco Fasola, Coletti, Palluchini) ont, à juste titre, protesté contre cette exclusion dans les années 1940. En fait les traces de maniérisme sont rares avant 1530 : toutefois Pordenone annonce ce courant, ainsi que l'étrange Lorenzo Lotto (env. 1480-1556), qui y fut peut-être amené autant par son tempérament, qui le po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22210

NAVARRETE JUAN FERNÁNDEZ DE (1526-1579)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol. Sourd-muet depuis l'âge de trois ans ( El Mudo ) et d'une santé très précaire, Juan Fernández de Navarrete ne put réaliser pleinement ses dons de décorateur et de coloriste. Son talent est reconnu très tôt par les hiéronymites du monastère de La Estrella (Navarre) qui l'accueillent et qui l'aident à entreprendre un voyage en Italie. Il visite Rome, Florence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-fernandez-de-navarrete/#i_22210

Voir aussi

Pour citer l’article

Anna PALLUCCHINI, « TINTORET (1519-1594) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tintoret/