Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HÉLIOPOLITAINE THÉOLOGIE

La théologie égyptienne entreprit un effort de classement de ses mythes, notamment en groupant les dieux en collèges. Le plus célèbre de ces groupements est l'ennéade, ainsi appelée parce qu'elle se composait primitivement de neuf dieux. Inventée à Héliopolis, l'ennéade fut adoptée peu à peu par un grand nombre de clergés, qui la transformèrent selon leurs besoins.

La théologie héliopolitaine était centrée sur le dieu Soleil adoré sous les trois formes de , d'Atoum et de Khépri. Atoum était supposé avoir créé le monde à partir d'une pierre qui, à l'origine des temps, aurait surgi du chaos : le Noun. Cette pierre était nommée pierre Benben (d'une racine égyptienne qui signifie surgir), et devait inspirer la construction des obélisques. Le démiurge qui s'était « créé lui-même » fit surgir de lui le premier couple divin : Shou (l'air) et Tefnout (l'humidité). Shou et Tefnout mirent au monde Geb (la terre) et Nout (le ciel). Une représentation égyptienne montre Nout en arc de cercle, s'appuyant des pieds et des mains sur Geb allongé, Nout étant séparée de celui-ci par Shou. Shou aurait également mis au monde les Hehou, étais du ciel, symbolisant des éléments primordiaux, telle l'Ogdoade hermopolitaine. Puis furent engendrés les couples bien connus : Osiris et Isis, Seth et Nephtys, principaux acteurs du drame osirien. L'ennéade constitue une seule émanation du démiurge. Le seul personnage vraiment actif de l'ennéade est Shou, la lumière, qui sépare le ciel (Nout) de la terre (Geb). Selon certaines traditions, la voûte céleste aurait été soutenue par des divinités particulières : les Hehou (ce qu'on peut traduire par « Infini »), qui seraient nés de Shou et qui constituent quatre éléments primordiaux, chacun ayant un aspect masculin et un aspect féminin. Le papyrus Bremner Rhind contient un texte théologique traitant du problème de la création et conçu dans une optique héliopolitaine : « Ainsi parla le Seigneur de l'Univers : « Quand je me fus manifesté à l'existence, l'existence exista. Je vins à l'existence sous la forme de l'Existant, qui est venu à l'existence, en la Première Fois. Venu à l'existence sous le mode d'existence de l'Existant, j'existai donc. Et c'est ainsi que l'existence vint à l'existence, car j'étais antérieur aux dieux antérieurs que je fis, car j'avais l'antériorité sur ces dieux antérieurs, car mon nom fut antérieur au leur, car je fis l'ère antérieure ainsi que les dieux antérieurs. Je fis tout ce que je désirai en ce monde et je me dilatai en lui. Je nouai ma propre main, tout seul, avant qu'ils ne fussent nés, avant que je n'eusse craché Shou et expectoré Tefnout. »

Le cycle du soleil - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Le cycle du soleil

Nout et Geb, papyrus - crédits :  Bridgeman Images

Nout et Geb, papyrus

— Yvan KOENIG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S, professeur à l'École pratique des hautes études (IVe section)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le cycle du soleil - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Le cycle du soleil

Nout et Geb, papyrus - crédits :  Bridgeman Images

Nout et Geb, papyrus

Autres références

  • ATON

    • Écrit par Universalis, Yvan KOENIG
    • 842 mots
    • 3 médias

    Aton est représenté par un disque rayonnant, muni d’un uræus (un cobra en fureur). Chacun de ses rayons, comme un symbole du don, se termine par une main tenant souvent le signe ankh (vie) ou le signe ouas (force).

    Dans la théologie amarnienne, le disque solaire Aton engendre toute existence....

  • ATOUM

    • Écrit par Universalis, Yvan KOENIG
    • 217 mots
    • 1 média

    Dieu égyptien anthropomorphe portant la double couronne. Atoum peut prendre l’aspect d’un vieillard. Il se manifeste en outre sous la forme d’un singe-archer. Divinité égyptienne primitive d'Héliopolis. Suivant la théologie héliopolitaine, le Soleil, dont on faisait le créateur du...

  • ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

    • Écrit par Jean VERCOUTTER
    • 11 389 mots
    • 24 médias
    ...de théologiens, est destiné à rendre compte de la création et de l'organisation du monde, et il y a autant d'ennéades que de grands centres religieux. La plus ancienne est celle d' Héliopolis, centre du culte du Soleil sous ses divers aspects, Soleil-levant ( Khepri), Soleil-de-midi (Rê), Soleil-couchant...
  • GEB, religion égyptienne

    • Écrit par Florence GOMBERT
    • 172 mots

    Geb est un dieu égyptien anthropomorphe représenté couché sous la déesse Nout, personnification du ciel arqué au-dessus de lui. Il peut être associé à l’oie, qui est le hiéroglyphe permettant d’écrire son nom. À la Basse Époque (1085-333 av. J.-C.), il est coiffé de la couronne rouge surmontée...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi