HÉLIOPOLIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux environs immédiats du Caire, vers le nord, Héliopolis, la ville du Soleil, dont le nom égyptien ancien était On (mentionné dans la Bible), n'est plus aujourd'hui qu'un grand souvenir. L'urbanisme a profondément modifié cette zone : une partie du site est occupée par des immeubles populaires, l'autre est soumise à une irrigation intensive. Dans cet entourage ingrat, il ne reste plus guère debout qu'un obélisque de Sésostris Ier.

Héliopolis ne joua sans doute pas un rôle politique décisif, encore que sa faveur ait été liée à la préférence qu'accordèrent certaines dynasties aux cultes solaires. Ce fut essentiellement un grand centre religieux où les théologiens élaborèrent les doctrines relatives à , le dieu Soleil, et à ses diverses formes : celle de la croissance, Horakhty, le dieu de l'Horizon matinal, ou celle de la maturité, Atoum, le démiurge.

Les fouilles ont mis au jour des sépultures d'époque préhistorique. Djoser, sous la IIIe dynastie, y dédia un sanctuaire à Rê ; le culte solaire connut son apogée avec les pharaons constructeurs des grandes pyramides de la IVe et de la Ve dynastie. À en croire le papyrus Westcar, les trois premiers rois de la Ve dynastie auraient été les fils du dieu Soleil lui-même et de la femme du grand prêtre d'Héliopolis. On vient de découvrir près de l'obélisque d'importants vestiges de monuments en quartzite, au nom de Téti, datant de la VIe dynastie. Le temple subit des remaniements au début du Moyen Empire ; l'un des deux obélisques érigés par Sésostris Ier se dresse encore, monolithe de 20,50 m de hauteur. Au Nouvel Empire, le dieu dynastique Amon de Thèbes prit la forme syncrétique d'Amon-Rê ; de l'époque amarnienne, il ne reste rien que quelques tombes et quelques blocs du grand temple d'Aton, récemment retrouvés ; sous les Ramsès, le prestige du culte solaire fut encore accru ; le temple d'Héliopolis possédait d'immenses domaines ; les dons de Ramsès III sont consignés dans le papyrus Harris (British Museum, Londres). À la basse époque se développa le culte de l'animal sacré d'Héliopolis, le taureau Mnévis. Quand, au ~ ve siècle, les Grecs vinrent s'initier à la science égyptienne, Héliopolis connut une grande ferveur ; Platon et Eudoxe y séjournèrent. Mais lorsque Strabon visita le site, un peu avant l'ère chrétienne, ce n'était déjà plus qu'un ensemble de ruines d'où les souverains ptolémaïques et romains se plurent à extraire des monuments pour leurs capitales d'Alexandrie et de Rome.

—  Jean LECLANT

Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  HÉLIOPOLIS  » est également traité dans :

CAIRE LE

  • Écrit par 
  • Éric DENIS, 
  • Gaston WIET
  •  • 5 838 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une métropole promue »  : […] Ville structurée autour d'une succession de fondations princières, Le Caire s'étend encore aux xix e et xx e  siècles par accrochage de quartiers nouveaux. Le khédive Mohamed Ali, avec ses ingénieurs sensibilisés en Europe aux enseignements des hygiénistes, s'emploie à dégager les cimetières ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-caire/#i_5084

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les cosmogonies »  : […] D'autre part, les Égyptiens ont opéré eux-mêmes des regroupements de leurs dieux, d'une double façon : par famille, à l'intérieur d'un même nome ou d'un sanctuaire, ce sont les « triades » ; et en plus grands ensembles, ce sont les « ennéades ». La triade est un groupe immuable : père, mère, fils, à l'image de la famille humaine. L'exemple le plus connu est la triade thébaine composée d' Amon, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-religion/#i_5084

OBÉLISQUE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 614 mots
  •  • 4 médias

Tirant son nom d'un mot grec signifiant « broche », l'obélisque est une survivance du culte préhistorique des pierres dressées (bétyles). Au cours de l'Ancien Empire égyptien, sous la V e dynastie (~ 2510-~ 2460), les temples solaires d'Abousir présentaient des dispositifs construits en blocs ajustés, se dressant, en pointe, sur un socle élevé, dans une cour à ciel ouvert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obelisque/#i_5084

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 893 mots

Dieu égyptien anthropomorphe ou avec une tête de faucon, Rê est coiffé du disque solaire autour duquel s’enroule un serpent (uræus). Dans sa forme naissante, il peut être représenté par un veau, un enfant, ou un scarabée. Ses aspects nocturnes lui valent d’être doté d’une tête de bélier. En tant qu’ennemi d’Apopis, il peut se manifester sous la forme d’un chat. benbenr Livre de la vache du ciel G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/re/#i_5084

THOUÉRIS, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 196 mots

Cette déesse au corps hybride est représentée debout. Thouéris a le corps d’un hippopotame, souvent pourvu de mamelles pendantes, des pattes de lion et le dos d’un crocodile. Selon le contexte, elle peut arborer la tête d’un hippopotame, d’un crocodile, d’une lionne ou d’une femme. Elle est associée au signe  sa de protection. Pendant le Nouvel Empire s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thoueris-religion-egyptienne/#i_5084

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « HÉLIOPOLIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heliopolis/