ATON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aton est représenté par un disque rayonnant, muni d’un uræus (un cobra en fureur). Chacun de ses rayons, comme un symbole du don, se termine par une main tenant souvent le signe ankh (vie) ou le signe ouas (force).

Dans la théologie amarnienne, le disque solaire Aton engendre toute existence. Il est à l'origine de la force vitale qui anime les choses et les êtres. Il était vénéré dans des sanctuaires à ciel ouvert qu’il inondait de ses rayons. Son culte emprunte une grande partie de la terminologie liée au dieu . Il porte une titulature inscrite dans un cartouche : « Que vive Rê-Horakhty (le soleil à son zénith) qui jubile dans l’horizon en son nom de Shou (« lumière et souffle ») qui est dans Aton (« le disque solaire ») ».

Aton

Dessin : Aton

Dieu égyptien, identifié au « disque solaire », Aton engendre toute existence ; il est à l'origine de la force vitale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le nom d’Aton, le disque solaire, est attesté dès le Moyen Empire. Aton est au centre de la réforme religieuse instaurée par Aménophis IV, qui régna de 1352 à 1336 av. J.-C. environ, et désignée souvent comme l'hérésie amarnienne (du nom actuel — arabe — de la capitale de ce pharaon, Tell el-Amarna). Les Égyptiens avaient jusqu'alors maintenu la multiplicité des approches des grands principes de la vie, la durée et la force se retrouvant à travers la multiplicité des neterou, selon une doctrine qui, dans sa souplesse, tendait au panthéisme chez les intellectuels et au polythéisme chez les paysans et qui leur permettait aussi d'adorer leurs dieux locaux et de les placer sur le même pied que les grands dieux de l'Empire. Cependant, par réaction contre cet aspect traditionnel de la religion, on en vint à privilégier la simple apparence matérielle du soleil, « le disque », aux dépens des autres aspects, selon une démarche fort éloignée, en réalité, du monothéisme sémitique. Le disque fut divinisé sous Aménophis III, pharaon de la XVIIIe dynastie, qui régna de 1408 à 1372 av. J.-C. env. ; cela correspondait peut-être, d'autre part, au souci de trouver un dieu qui pût être adoré aussi bien par les Égyptiens que par les Asiatiques et à une tendance de la religion de l'époque qui, par exemple, faisait perdre peu à peu à Amon son caractère guerrier pour lui conférer un aspect de plus en plus marqué de créateur et de démiurge solaire. On retrouve dans les fameux hymnes composés par le roi Aménophis IV bien des éléments qui se réfèrent à cette époque. Par ailleurs, dans les grands livres funéraires de la Vallée des Rois, le soleil acquiert un rôle de plus en plus prépondérant et devient le principal personnage de ces ouvrages.

Différentes représentations du dieu solaire

Diaporama : Différentes représentations du dieu solaire

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XIXe dynastie, Différentes représentations du dieu solaire; Tombe de Sennedjem, peinture sur stuc. Deir el-Medineh, Thèbes. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Il fait revivre les défunts lorsqu'il passe dans l'au-delà en traversant les douze heures de la nuit. La théologie amarnienne, d'une part, reprend les thèmes héliopolitains très anciens (le dieu Aton n'est pas défini comme Rê Horakhti et l'architecture amarnienne recourt de nouveau à la vieille tradition solaire caractérisée par les cours à ciel ouvert), d'autre part, s'inscrit dans le mouvement des idées du Nouvel Empire.

On peut se poser à propos de la période amarnienne le problème des origines de ce changement : la puissance des prêtres d'Amon était alors si grande, semble-t-il, qu'elle pouvait porter atteinte à l'absolutisme pharaonique, et la rupture avec eux aurait été un moyen utilisé par le pharaon pour étendre sa domination sur l'ensemble des biens possédés par les différents temples d'Amon ; le souverain, pour cela, se serait appuyé sur l'armée, qui joua un rôle très important durant cette période. Cette explication permet de comprendre aussi la place centrale occupée par le roi dans la conception amarnienne : c'est lui qui définit la norme ; la bonne conduite pour ses sujets consiste à se conformer aux désirs du roi. Le disque, divinisé sous Aménophis III, devint, sous son successeur Aménophis IV, la seule forme d'apparition du divin. Ce dernier pharaon prit le nom d'Akhenaton et fonda une nouvelle capitale, Akhet-Aton, c'est-à-dire l'horizon d'Aton, ville connue également sous le nom de Tell el-Amarna. La réforme eut de profondes conséquences sur l'art, dans le sens d'une certaine liberté et du réalisme, sur la littérature, avec l'emploi de la langue parlée, et sur la mentalité, en raison de l'accent mis sur le rôle du soleil. Le roi lui-même composa un hymne, qui est à l'origine du psaume biblique 104(103). À Tell el-Amarna, seul le couple royal, Akhenaton et Néfertiti, s’adresse a [...]

Princesse amarnienne

Diaporama : Princesse amarnienne

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, Princesse amarnienne - Sculpture provenant de l'atelier de Thoutmès à Amarna, quartzite. Musée égyptien, Le Caire. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Aton

Aton
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Différentes représentations du dieu solaire

Différentes représentations du dieu solaire
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Princesse amarnienne

Princesse amarnienne
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S, professeur à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  ATON  » est également traité dans :

AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Christiane DESROCHES-NOBLECOURT
  •  • 1 701 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les débuts du règne »  : […] Quoi qu'il en soit, les premières années d'Aménophis IV-Akhenaton , corégent, se déroulent à Thèbes. Au palais de Malgatta, son père, Aménophis III, vit avec la reine Tiyi, mère d'Aménophis IV. Le jeune souverain est marié avec une princesse d'une extrême beauté, Nofretiti (ou Nefertiti), dont certains historiens ont voulu faire, sans raison valable, une princesse mitanienne. Comme pour presque […] Lire la suite

AMARNIEN STYLE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 475 mots
  •  • 4 médias

Après l'épanouissement de l'art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l'Égypte connaît soudain, vers ~ 1370, une révolution en tous domaines . Le fils d'Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d'Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton) . Rompant avec le clergé thébain d'Amon, il crée en moyenne Égypte une nouvelle capitale, Akhétaton (L'Horizon d'Aton), sur les rui […] Lire la suite

AMÉNOPHIS IV-AKHENATON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 213 mots

Vers — 1352 Aménophis IV, fils d'Aménophis III et de la reine Tiy, succède à son père sur le trône d'Égypte. Il poursuit la politique architecturale de son père tant à Karnak qu'à Soleb, en Nubie. Vers — 1350 Premières traces du culte d'Aton à Karnak. Vers — 1349 Aménophis IV épouse la reine Néfertiti. Vers — 1348 Apparition de l'iconographie du dieu Aton sous la forme d'un disque rayonnant a […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Aménophis IV Akhenaton »  : […] Ce dernier eut une épouse probablement aussi extraordinaire que sa mère, la reine Tiyi. De son nom, « La Belle est venue », Nefertiti , on a voulu conclure que c'était une princesse mitannienne. C'est possible, mais on ne peut l'affirmer. Elle partageait avec son mari la conviction que le divin, d'un caractère unique, ne se peut pas représenter sur terre. Il est symbolisé seulement par le disque […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Hors des cosmogonies et des mythes »  : […] Cosmogonies et mythes mettent en scène les principaux dieux de l'Égypte et cherchent, souvent de façon arbitraire, à les grouper et à les unir par des liens familiaux. Toutefois, certaines divinités, même parmi les plus importantes, n'apparaissent pas ou ne jouent qu'un rôle secondaire dans ces récits. Tel notamment Amon, dont le temple de Karnak est pourtant le plus grand sanctuaire de l'Égypte […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les textes religieux »  : […] Les premières grandes œuvres littéraires égyptiennes furent composées dans une intention essentiellement magico-religieuse. Tel est le cas des Textes des pyramides , amalgame d'incantations liturgiques et de formules funéraires, gravées en longues colonnes d'hiéroglyphes très soignés dans les chambres sépulcrales et les couloirs des pyramides des pharaons de la fin de la V e et de la VI e  dynast […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le portrait royal »  : […] Les statues des rois de l'époque thinite et de l'Ancien Empire, qui proviennent pour la plupart des complexes funéraires pharaoniques, représentent les souverains dans l'acmé de leur existence : les corps, peu individualisés, sont robustes, les visages, plus nettement personnalisés, affichent une autorité souveraine. Les innovations concernent moins le style que les attitudes. Le premier exemple d […] Lire la suite

FONDATION D'AMARNA PAR AMÉNOPHIS IV-AKHENATON

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Commencé à Thèbes, le règne d'Aménophis IV se poursuit et s'achève à Amarna. Défi à la puissance du clergé d'Amon, la politique religieuse du souverain, consistant à faire du disque Aton le dieu exclusif de la royauté, nécessite la construction en Moyenne Égypte d'une nouvelle capitale « qui n'appartient à aucun dieu ni à aucune déesse ». Délimité par onze stèles, le site englobe des terres culti […] Lire la suite

HÉRÉSIE AMARNIENNE

  • Écrit par 
  • Renaud DE SPENS
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Très tôt après son avènement, Aménophis IV change son nom en Akhenaton et met en œuvre une révolution religieuse. En Moyenne-Égypte, dans un lieu vierge, il fonde une nouvelle capitale, Akhetaton (aujourd'hui Tell el-Amarna). Le nouveau culte exalte Aton, le disque solaire, et exclut les autres dieux, en particulier Amon, le « roi des dieux » devenu le dieu dynastique au Nouvel Empire, dont le nom […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pluralité des systèmes théologiques »  : […] Le temple du dieu principal d'une ville et de son terroir (nome) pouvait aussi posséder des domaines dans d'autres régions du pays, où l'on adorait alors des formes mineures de ce dieu. En fait, la frontière entre dieux locaux et dieux cosmiques a toujours été floue. Par exemple, Rê fut d'abord un dieu local avant de connaître une popularité nationale liée au système théologique élaboré par les pr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvan KOENIG, « ATON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aton/