ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation)La religion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rites.

Son ancienneté même explique la complexité de la religion de l'Égypte. En effet, dès l'apparition des monuments écrits dans la vallée du Nil, aux environs de 3100 avant J.-C., nous voyons se préciser une à une ces divinités pour lesquelles les Ptolémées et même les empereurs romains construiront, ou reconstruiront, les temples égyptiens trois mille ans plus tard. Le trait le plus remarquable de la religion égyptienne est donc sa continuité. Quoi qu'on ait pu penser naguère, du Néolithique, vers 5500 avant J.-C., à l'unification de l'Égypte et à l'apparition des premiers pharaons dont les noms nous sont parvenus, il n'y a pas de cassure : les civilisations prédynastiques du Tasien, du Badarien et de Nagada sont les héritières directes des cultures néolithiques qui ont défriché la vallée du Nil. Par elles se sont perpétuées les croyances les plus primitives des premières sociétés, croyances qui, de génération en génération, se sont transmises jusqu'aux Égyptiens contemporains des Césars.

Il est évident qu'au cours d'une si longue période, les croyances religieuses ont évolué, d'autant que la religion jouait dans la civilisation égyptienne un rôle de tout premier plan. Même sans l'affirmation d'Hérodote (II, 37) que les Égyptiens « sont les plus scrupuleusement religieux de tous les hommes », la place qu'occupent les ruines de temples et de tombeaux dans le paysage nilotique suffirait à montrer que, parmi les peuples connus, l'Égyptien est celui qui a accordé le plus d'importance aux dieux et à l'au-delà. Si l'évolution de la religion égyptienne, entre le IVe millénaire avant J.-C. et le ive siècle de notre ère, est bien attestée, elle est cependant presque impossible à suivre pas à pas, car les Égyptiens n'ont guère légué de textes théologiques qui nous renseignent à son sujet. La littérature religieuse de l'Égypte, si riche en rituels et en hymnes, est indigente en textes de « réflexion » ; seuls quelques textes sapientiaux nous éclairent sur les croyances des Égyptiens. C'est que, comme tous les textes égyptiens pour lesquels la fragilité du papyrus a été fatale, très peu d'entre eux nous sont parvenus, et les rares stèles qui reflètent la pensée profonde de ceux qui les firent graver ne suffisent pas à combler cette lacune.

Un des traits caractéristiques de la religion égyptienne est son aspect « local » : il y a autant de dieux principaux que de provinces, ou nomes. Il y a donc quarante-deux dieux principaux, accompagnés de leur « parèdre », épouse ou époux, et d'un dieu enfant, soit cent vingt-six divinités au moins pour l'ensemble des provinces, auxquelles il faut ajouter les dieux et déesses adorés dans les sanctuaires autres que celui de la capitale du nome.

Certes, ce polythéisme de base est corrigé par le fait qu'un même dieu peut être adoré dans plusieurs nomes, mais dans chacun il se distingue par une appellation et parfois un aspect différents. Cette multiplicité des dieux remonte à la préhistoire, lorsque chaque nome avait sa divinité particulière qui apparaît sur les premiers monuments sous forme d'un animal, d'une plante ou d'un objet. Parmi ces représentations figurent des faucons où il est difficile de ne pas voir déjà le dieu Horus. Par la suite apparaissent taureau, vache, oryx, arbre, sceptre, etc., et ces enseignes divines sont portées en tête des troupes du nome lors des guerres ou dans les cérémonies.

Les luttes qui ont précédé l'unification de l'Égypte ont parfois modifié la répartition de ces divinités primitives : le dieu d'un nome vainqueur pouvait s'imposer comme la divinité principale du nome vaincu. Il y eut donc, aux débuts de la religion égyptienne, des influences que l'on peut qualifier de politiques et qui eurent un résultat durable sur le caractère divin du roi. Celui-ci restera toujours un dieu sur terre, un Horus vivant, dont on dira, lors de sa mort, qu'il « s'est envolé au ciel » ; il sera toujours désigné sous le titre de « Dieu-bon ».

Toutes les conceptions philosophiques et religieuses égyptiennes reposent sur Maât, en qui l'on voyait naguère un symbole de la Vérité et de la Justice, mais elle est beaucoup plus que cela. Représentée matériellement par une déesse à la tête surmontée d'une plume d'autruche, elle est l'offrande type que les rois font aux dieux. Elle est aussi, et surtout, le symbole de l'ordre universel voulu par le démiurge lors de la Création. Cet ordre est précaire, menacé en permanence par les forces du chaos. Ne pas obéir à Maât, ne pas suivre la tradition qu'elle représente, c'est mettre en danger l'équilibre du monde ; c'est aussi risquer de remettre en question la régularité des phénomènes qui assurent la vie de l'Égypte : lever et coucher du soleil, retour périodique de l'inondation. Pour que cette harmonie, indispensable à la vie, soit maintenue, il est nécessaire que les hommes, et Pharaon lui-même, respectent l'ordre conçu par les dieux et, entre autres, la piété envers les divinités, la justice sociale, la vérité morale.

Les dieux de l'Égypte

Un monothéisme de fond

Lorsque le christianisme se répandit dans la vallée du Nil, il fallut traduire dans la langue du peuple les textes révélés. Depuis le iiie siècle de notre ère environ, les Égyptiens avaient pris l'habitude d'écrire leur langue en caractères grecs, ce qu'on appelle le copte. On sait combien il est difficile de traduire en langage populaire des textes religieux qui utilisent des conceptions abstraites comme celle de Dieu unique. Pour le copte, il n'y eut aucune difficulté ; tout naturellement, les traducteurs coptes désignèrent Dieu par le mot Nute, de l'égyptien ancien Neter, qui apparaît dans les premiers textes hiéroglyphiques. Comment expliquer qu'une religion apparemment polythéiste ait eu aussi, dès son origine, une conception abstraite, que l'on peut qualifier de monothéiste, de la divinité ?

Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Diaporama : Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Principales divinités de l'Égypte antique, avec leurs fonctions et leurs attributs distinctifs. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Amon

Dessin : Amon

Le dieu égyptien Amon-Rê détient le pouvoir solaire.  

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

C'est en effet par centaines qu'il faut compter les dieux de l'Égypte : divinités des nomes, dieux locaux et des grandes capitales ; dieux de formes diverses : homme, femme, chien, chatte, lionne, chacal, faucon, vautour, taureau, vache, bélier, scorpion, cobra, sycomore, lotus, flèches, etc. Remarquons toutefois que, malgré leur origine animale ou végétale, toutes ces divinités ont un aspect h [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Principales divinités de la cosmologie égyptienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Amon

Amon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le cycle du soleil

Le cycle du soleil
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le pharaon Thoutmosis III

Le pharaon Thoutmosis III
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 24 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Lille

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

L'Égypte est une étrange réalité géographique. Tout s'y fait au contraire des autres pays, remarque Hérodote. C'est une longue oasis verdoyante d'une fertilité extraordinaire. Mais, hors de la plaine qui borde le fleuve, c'est un terrain d'une affreuse aridité, qui commence de manière si abrupte qu'on peut avoir un pied dans les cultures et l'autre dans le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 460 mots
  •  • 1 média

Égypte ptolémaïque, Égypte lagide, Égypte hellénistique : cette triple appellation est employée communément pour désigner une même réalité, dans l'espace et dans le temps, mais avec des connotations particulières. L'Égypte lagide, c'est la vallée du Nil, de la mer à la deuxième cataracte, et les pays qui furent rattachés par conquête à ce territoire, depuis la mort d' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 057 mots
  •  • 9 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmin […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Selon la tradition des annales de l'Égypte ancienne, dont les auteurs grecs se sont fait l'écho, le premier pharaon, responsable de l'unification du pays, se serait appelé Ménès, nom ignoré des sources archéologiques datant des débuts de l'histoire. Aussi s'est-on longtemps posé la question de sa véritable identité. Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VERCOUTTER, « ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-religion/