Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION

La théologie de la libération se présente d'abord comme un ensemble de textes rédigés depuis 1971 par des figures du catholicisme latino-américain comme Gustavo Gutiérrez au Pérou, Hugo Assmann, Frei Betto, Leonardo et Clodovis Boff au Brésil, Jon Sobrino et Ignacio Ellacuria au Salvador, Segundo Galilea et Ronaldo Muñoz au Chili, Pablo Richard au Chili et au Costa Rica, José Miguel Bonino et Juan Carlos Scannone en Argentine, Enrique Dussel en Argentine et au Mexique, Juan Luis Segundo en Uruguay, pour ne nommer que certains des plus connus.

Thèmes fondamentaux

Bien qu'existent des divergences significatives entre ces théologiens, on retrouve, dans la plupart de leurs écrits, plusieurs thèmes fondamentaux souvent perçus comme une critique radicale de la doctrine traditionnelle des Églises catholique et protestantes :

– Un réquisitoire moral et social contre le capitalisme en tant que système injuste et inique, et en tant que forme de péché structurel, le recours à l'analyse marxiste permettant de comprendre les causes de la pauvreté que ce système provoque.

– L'option préférentielle en faveur des pauvres et la solidarité avec leur lutte d'auto-émancipation sociale.

– Le développement de communautés chrétiennes de base parmi les pauvres comme nouvelle forme de l'Église et comme alternative au mode de vie individualiste imposé par le système capitaliste.

– Une nouvelle lecture de la Bible, tournée notamment vers des passages comme l'Exode, paradigme de la lutte de libération d'un peuple asservi.

– La lutte contre l'idolâtrie (et non l'athéisme) comme ennemi principal de la religion – c'est-à-dire le combat contre les nouvelles idoles de la mort : Mammon, la richesse ; la puissance, la sécurité nationale ; l'État, la force militaire.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

    • Écrit par Jean Jacques KOURLIANDSKY
    • 6 741 mots
    • 2 médias
    ...contestataire de ceux qui, avec Bartolomé de Las Casas, n'avaient pas accepté au xvie siècle l'écrasement des plus faibles, alors indiens. Une théologie de la libération est alors professée qui entend inscrire la foi dans la réalité sociale et politique. Très vite, l'attraction de la vie...
  • ARISTIDE JEAN-BERTRAND (1953- )

    • Écrit par Universalis
    • 688 mots
    • 1 média

    Homme politique et prêtre salésien né le 15 juillet 1953, à Port-Salut (Haïti), président d'Haïti en 1991, 1994-1996 et 2001-2004.

    Jean-Bertrand Aristide fréquente une école de Port-au-Prince dirigée par l'ordre salésien et, en 1966, entre au séminaire salésien de Cap-Haïtien où il se...

  • CATHOLICISME - La crise postconciliaire

    • Écrit par Michel de CERTEAU
    • 5 653 mots
    Une pratique de lutte constitue le préalable d'une « théologie de la libération », bien loin que, par une fiction qui le voue à l'insignifiance, on affecte au discours chrétien le pouvoir d'être neutre ou de surmonter les différences. Par là se trouve mise en cause la prétention, pour une vérité ou pour...
  • CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain

    • Écrit par Paul THIBAUD
    • 3 354 mots
    • 1 média
    ...idéologiques qui ont fait florès autour de 1970 et qui avaient pour effet de convertir l'énergie religieuse en énergie politique. Ainsi la « théologie de la libération » apparaît-elle désormais une affaire spécifiquement latino-américaine. Lorsqu'on l'évoque en France, ce n'est plus en tout cas pour mettre...
  • Afficher les 15 références

Voir aussi