CATHOLICISMELe catholicisme contemporain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'on parlait du catholicisme vers le milieu du xxe siècle, la tâche n'était pas toujours facile. Au moins croyait-on savoir où le trouver : dans les institutions qui en avaient le contrôle, l'Église avec ses fidèles, sa hiérarchie, ses mouvements, ses ordres religieux, ses paroisses. Ce monde n'était évidemment pas homogène ; on pouvait au moins en tracer les limites assez facilement à l'aide des indices de la « pratique » religieuse que les sociologues établissaient et comparaient : pourcentage des « messalisants » et des « pasqualisants », nombre de vocations religieuses...

Cette manière de faire négligeait une partie énorme, majoritaire, de la population d'un pays comme la France : celle qui s'identifie comme catholique et qui pourtant n'accomplit des actes religieux répertoriables que de manière très discontinue, celle qui ne fréquente les églises que pour les mariages, les baptêmes et les enterrements. Clercs et sociologues étaient d'accord au fond pour considérer cette population comme extérieure au catholicisme, comme n'y adhérant plus que par une routine héritée de l'ancienne chrétienté. Du christianisme sociologique envahissant et quasi totalitaire qu'avaient connu certaines campagnes jusqu'à leur invasion toute récente par les techniques et les communications modernes, il serait resté, chez les petits-fils de paysans qui remplissent villes et banlieues, quelques peaux mortes tardant à se détacher. Cela ne méritait pas considération, car la sécularisation des sociétés modernes marginalisait nécessairement ces derniers signes d'adhérence – plus que d'adhésion – à l'Église des ancêtres. Les nostalgies finiraient bien par mourir ; la seule manière d'être chrétien dans le monde moderne était la manière individuelle, la libre adhésion de la conscience de chacun aux dogmes, la participation aux rites, la pratique des mœurs considérées comme conformes au catholicisme et dont il était évident qu'elles étaient désormais minoritaires, comme en témoignaient le changement de la législation et surtout l'évolution considérable de l'opinion en matière de contraception et d'avortement.

Déclin...

Dans le contexte de la sécularisation, le christianisme, et particulièrement le catholicisme, était donc exclu de la société et devait désormais se cantonner dans les églises. D'instance structurante et identificatoire pour les sociétés occidentales, il devenait sous nos yeux un choix possible, particulier, quelque chose qui serait nécessairement minoritaire, lié à une option strictement personnelle, au désir d'une vie spirituelle et à l'entrée dans une tradition. L'arrivée parmi nous des spiritualités orientales pouvait aussi contribuer à faire croire à cette désocialisation du religieux dans les sociétés modernes.

Cette perspective, qui assigne au christianisme de l'Europe occidentale un destin nécessairement minoritaire et individualiste, pouvait aussi être un moyen d'interpréter la crise des mouvements d'action catholique qui furent, tout au moins dans cette région du monde, le secteur le plus actif du catholicisme pendant trente ou quarante années. La tentative de refaire chrétiennement le monde était, en effet, devenue peu à peu le projet d'assurer une présence chrétienne dans les grands mouvements sociaux de l'époque ; puis, sous le couvert d'une sorte de consécration chrétienne des valeurs qui était à l'œuvre dans les luttes ouvrières, paysannes et étudiantes, la dynamique séculière semblait souvent l'emporter sur l'interrogation religieuse, la référence chrétienne n'apportant souvent qu'un supplément de légitimité à l'action sociale, supplément dont on a souvent noté qu'il pouvait être source de confusion, de bonne conscience et d'une manière artificielle d'absolutiser sa propre cause.

De ce point de vue, pour qui ramène le catholicisme à l'autorité que l'institution possède sur les personnes et les groupes, à la fréquentation des rites, à l'adhésion consentie aux dogmes, à la pratique des mœurs, la situation actuelle en France traduit un considérable rétrécissement d'influence. Si être catholique, c'est dire et faire ce que demande la hiérarchie, se plier aux règles d'une sous-société, les catholiques sont, en effet, moins nombreux que jamais parmi nous. De ce déclin du catholicisme organisé dérive évidemment la crise du clergé. Si les clercs fuient l'institution, si le recrutement est aussi bas, ce n'est sans doute pas parce que les disciplines sont trop dures ou archaïques ; c'est tout simplement que le métier de prêtre, en particulier celui de prêtre de paroisse, n'existe plus, que la position d'autorité morale et sociale qui était une compensation au célibat a quasi disparu. Il y a, parmi les prêtres, des directeurs de conscience, des starets, des intellectuels dont le prestige peut être considérable dans des cercles plus ou moins étendus ; mais, à côté de ceux qui ont acquis un prestige personnel, la plupart sont des distributeurs de sacrements pour une clientèle anonyme, des marginaux, des solitaires : l'Église catholique tend à ne plus être par elle-même une société ; elle n'est plus capable d'assurer la socialisation d'un grand nombre de ses permanents ; il lui est donc plus difficile d'interdire à ceux-ci de participer à la société par le travail et par la famille.

On peut décrire la situation du catholicisme comme l'effet d'un brusque déclin coïncidant avec l'extension dans la société française des valeurs individualistes de plaisir, de consommation et de libre choix. Cette évolution, qui concerne l'ensemble de l'Occident, devait frapper le catholicisme français avec d'autant plus de force qu'un long processus, qui va de la Révolution française à la séparation des Églises et de l'État, a privé l'Église de France de presque toute position sociale. Pas de concordat comme en Allemagne et en Italie. Même pas, comme aux États-Unis, la possibilité de lier l'adhésion au catholicisme au maintien d'une identité ethnique... Le catholicisme français, matériellement et socialement, doit vivre sur ses ressources propres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATHOLICISME  » est également traité dans :

CATHOLICISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Régis BURNET
  •  • 1 225 mots

Avec le protestantisme, l'anglicanisme et l'orthodoxie, le catholicisme est l'une des principales formes de la religion chrétienne. Son nom officiel, « Église catholique apostolique et romaine », résume ses principales caractéristiques. « Catholique » vient du grec katholikos, qui signifie « universel » : le catholicisme affirme sa vocation à convertir tous les hommes. « Aposto […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Au cours du IIe concile du Vatican, l'Église catholique romaine, dans une prise de conscience renouvelée de sa mission, de sa nature, de ses structures, a cherché à se définir de manière assez neuve dans son rapport au monde : plus lucidement respectueuse de la liberté des consciences et davantage sensibilisée aux urgences du service de […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Le singulier du terme « Église » contraste avec des pratiques et des croyances de plus en plus diversifiées – ou contradictoires – entre catholiques. Ces différences prolifèrent à mesure que s'épuise l'activité postconciliaire, fondée sur une utopie longtemps mobilisatrice. Elles se multiplient ou, simplement, elles réapparaissent dans le paysage où s'efface lentement, soleil couchant, le mythe ré […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Pour comprendre les institutions actuelles de l'Église catholique, il faut partir du fait historique qui explique son origine : la conviction d'un petit groupe d'hommes et de femmes, dans les années 30 à 40 du premier siècle, que Jésus de Nazareth, récemment crucifié sur ordre de Ponce Pilate, procurateur de Judée, était ressuscité, qu'il était le fils de Dieu, Dieu lui-même, l'Homme-Dieu, seigneu […] Lire la suite

CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

  • Écrit par 
  • Salvatore ABBRUZZESE
  •  • 2 470 mots

Les nouveaux mouvements ecclésiaux qui s'affirment au sein de l'Église catholique à partir des années 1970 signalent la reprise d'une spiritualité laïque. Ils s'expriment sous la forme de groupements communautaires à l'heure d'une société apaisée dans ses rapports avec l'Église et « désidéologisée » dans ses pratiques culturelles. L'exigence d'une foi retrouv […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI

  • Écrit par 
  • Giancarlo ZIZOLA
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Aprèsle long règne de Jean-Paul II, les cardinaux réunis en conclave en 2005 ont sans doute ressenti la nécessité de passer d'une papauté itinérante à une « papauté de trône », plus soucieuse d'intérioriser la foi catholique que de poursuivre une politique spectaculaire d'affirmatio […] Lire la suite

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

ACTION CATHOLIQUE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 454 mots

Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont le pape et les évêques sont les premiers responsables. Les mouvements très variés qui ont tenté de mettre en œuvre ce dessein […] Lire la suite

AMÉRICANISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 376 mots

Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae . « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront ceux qui jugeaient cette mesure nécessaire. Simple tactique d'apostolat où l'on a voulu chercher une […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'Église »  : […] L'Amérique latine est avant tout un continent catholique : elle porte près de la moitié des fidèles de l'Église de Rome, un tiers de ses évêques. La population est chrétienne à 90 p. 100, et les protestants, en progression, en représentent 20 p. 100, essentiellement au sein des différentes églises évangéliques. Le Brésil est le premier pays catholique du monde avec 136 millions de fidèles, soit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul THIBAUD, « CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-le-catholicisme-contemporain/