THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur l'emplacement de l'ancien palais du Trocadéro (1878-1935), le palais de Chaillot fut inauguré en 1937 à l'occasion de l'Exposition internationale. Construit par les architectes Jacques Carlu, Louis Boileau et Léon Azema, il abritait une salle-auditorium (aménagée par les frères Niermans) totalement enterrée de 2 700 places, avec un parterre à gradins et un balcon en porte à faux.

Durant plus d'une décennie cette salle accueillera diverses manifestations ou institutions. Lorsque le 20 août 1951, sur proposition de Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles au secrétariat d'État aux Beaux-Arts, Jean Vilar est nommé à la direction du lieu, celui-ci était occupé par l'O.N.U. Vilar inscrit son projet artistique dans une filiation avec la tentative de Firmin Gémier inaugurant en 1920, dans une salle du palais du Trocadéro, le premier Théâtre national populaire, qui ne vivra que peu de temps. De 1951 à 1963, le sigle du T.N.P. va être emblématique du renouveau du théâtre français. Dans cette salle immense (37 mètres du nez de scène au dernier spectateur), dont il avouait qu'elle provoquait chez lui « des symptômes de paralysie mentale », Vilar trouvera, en jouant sur la rigueur et le dépouillement de la représentation, les moyens de conquérir un nouveau public. Il va s'assigner trois obligations majeures : « un public de masse, un répertoire de haute culture, une régie qui ne falsifie pas les œuvres ». Pour lui, esthétique et éthique vont de pair. Il privilégie l'acteur-interprète et la langue du poète face à l'artifice et à l'illusion, pour « éveiller, par le moyen des grandes œuvres théâtrales, la compréhension des êtres et des choses de ce monde ». Durant cette période plus de cinq millions de spectateurs ont assisté aux 3 382 représentations du T.N.P. Le 31 août 1963, le mandat de Vilar prend fin. Georges Wilson lui succède dans un esprit de continuité. Il ouvre davantage le T.N.P. aux auteurs contemporains, et fait aménager à cet effet la salle Gémier (400 places). Après avoir connu des fortunes diverses, et devant les revers de sa politique, il quitte en 1972 le T.N.P. qui, l'année suivante, sera transféré au Centre dramatique national de Villeurbanne, sous la direction de Roger Planchon et Patrice Chéreau.

Nommé par Jacques Duhamel, ministre de la Culture, Jack Lang arrive à Chaillot en 1973 avec un projet fondé sur « la création d'une dramaturgie nouvelle dans un grand théâtre de recherche populaire », et qui associe Antoine Vitez et Christian Dupavillon à sa codirection artistique. Pour ce faire, il définit un vaste programme de restructuration de la salle, confié aux architectes Valentin Fabre et Jean Perrottet (Raffaelli et Napo sont les scénographes). Suivant la tendance architecturale et scénographique amorcée dans les années 1960, elle devient transformable, adaptable par un jeu de plates-formes et gradins amovibles à tous les dispositifs scène-salle (frontal, bifrontal, en arène, éclaté, etc.) pour une capacité maximale de 1 200 spectateurs. Il s'agit d'offrir aux créateurs un espace en mesure de répondre à toutes recherches ou expérimentations. Son inauguration, en 1975, soulève de nombreuses controverses et un tollé d'une partie de la presse. Après quelques tentatives novatrices réussies, utilisant le potentiel modulable de la salle dans une cohérence de création (mises en scène de Victor Garcia, Prometeo de Luigi Nono...), son utilisation s'inscrit rapidement dans un retour à un dispositif classique avec une scène frontale fixe, tant pour des raisons artistiques que de fonctionnement. En 1974, Michel Guy, secrétaire d'État à la Culture, interrompt la mission de Lang et nomme André-Louis Perinetti (1974-1981) pour développer un centre de création pluridisciplinaire. Au cours de l'année 1975, le théâtre adopte officiellement le nom et le satut de Théâtre national de Chaillot, puis subit une interdiction de productions pour raisons budgétaires de 1977 à 1981. Il retrouve une nouvelle dynamique de création avec l'arrivée d'Antoine Vitez. Nommé en 1981 par le président de la République, comme tous les d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT  » est également traité dans :

GENCE DENISE (1924-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Comédienne française. Née Denise Louise Martin, elle hésite un moment entre les Arts décoratifs et le Conservatoire. C'est finalement ce dernier qui l'emporte. Entrée en 1943, celle qui allait devenir Denise Gence – le nom de son grand-père maternel – en sort en 1946 avec un premier prix de comédie pour le rôle de Frosine dans L'Avare et est engagée la même année à la Comédie-Française. Promue s […] Lire la suite

HERVIEU DOMINIQUE (1962- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 040 mots

Dans le chapitre « De la danse à l'institution »  : […] En juin 2008, Dominique Hervieu prend, avec José Montalvo, la direction du Théâtre national de Chaillot, tout juste dévolu au seul art chorégraphique et destiné à promouvoir la danse contemporaine . C'est également l'aboutissement d'années de travail à l'intérieur de cette même structure, José Montalvo étant directeur de la danse depuis 2000 et Dominique Hervieu directrice de la mission jeune publ […] Lire la suite

MARION MADELEINE (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 291 mots

Comédienne française. Née à Paris, Madeleine Marion apprend l'art dramatique au Conservatoire avec Béatrix Dussane. Au début des années 1960, elle travaille notamment avec Sacha Pitoëff ( Les Trois Sœurs , de Tchekhov) et Roger Planchon ( Edouard II , de Marlowe). Elle interprète aussi des pièces de Claudel, La Jeune Fille Violaine , Partage de midi et Le Pain dur . Mais c'est avec Antoine Vitez […] Lire la suite

MONTALVO JOSÉ (1954- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Du Bal moderne à Paradis »  : […] José Montalvo revient finalement à la création en 1992 avec Podebal , une pièce pour six danseurs et un « circassien », où Dominique Hervieu fait figure de soliste. Légère et humoristique, la chorégraphie mélange déjà une rigueur de figures à une narrativité affichée. En 1993, José Montalvo est l’un des premiers chorégraphes associés au Bal moderne qui vient d’être créé. Fondé par Michel Reilhac […] Lire la suite

SAVARY JÉRÔME (1942-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 733 mots
  •  • 1 média

Né le 27 juin 1942 à Buenos Aires d'un père écrivain français et d'une mère qui était la petite-fille d'un ancien gouverneur de New York, Jérôme Savary, entré en France à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, vient très jeune à Paris pour y suivre des cours de solfège et de musique . Les spectacles de Jean Dasté puis de Jean Vilar au T.N.P. constituent ses premiers éblouissements théâtraux. Il en […] Lire la suite

VITEZ ANTOINE (1930-1990)

  • Écrit par 
  • Georges BANU
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Un metteur en scène-pédagogue  »  : […] Il y a, certes, de l'orgueil dans cette pratique, car le metteur en scène entend chaque fois se placer à l'origine d'une carrière, et non pas hériter d'interprètes déjà auréolés. Jusqu'à son arrivée à la Comédie-Française en 1988, Vitez aura le souci de toujours privilégier, dans le choix d'un rôle, la révélation aux dépens parfois de la justesse, et le comédien inconnu, jeune, aux dépens du comé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-chaillot/