Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LANG JACK (1939- )

Jack Lang est le seul homme politique à avoir siégé dans tous les gouvernements de gauche sous la présidence de François Mitterrand, de 1981 à 1986, puis de 1988 à 1993. Titulaire du seul portefeuille de la Culture durant le premier septennat, il retrouve, durant le second, le ministère de la rue de Valois, et est en charge également de la Communication (1988-1992), des Grands Travaux (1988-1991), du Bicentenaire (1988-1989), enfin de l'Éducation (1992-1993) dans le gouvernement Bérégovoy dont il est le numéro deux avec rang de ministre d'État.

Né à Mirecourt (Vosges) au lendemain de la déclaration de guerre, le 2 septembre 1939, il se fait très tôt connaître dans les milieux culturels en créant et en dirigeant, de 1963 à 1972, le théâtre universitaire de Nancy et le festival mondial qui l'accompagne. De 1972 à 1974, il dirige le théâtre de Chaillot à Paris.

Jack Lang est aussi juriste. Docteur en droit, agrégé de droit public, il est professeur de droit international (1976), puis doyen de l'UER de sciences juridiques et économiques de l'université de Nancy (1977). À chaque retour dans l'opposition (1986-1988 et 1993-1997), il enseigne le droit à l'université de Paris-X-Nanterre.

Son parcours électoral est plus fluctuant. Il est conseiller de Paris de 1977, année où il adhère au Parti socialiste (PS) à 1989. Ce n'est qu'en 1986 qu'il parvient à se faire élire député (PS) du Loir-et-Cher. Il sera réélu en 1988, 1993 et 1997, malgré une invalidation pour dépassement de son budget de campagne en 1993. Maire de Blois de 1989 à 2001, il a siégé au Parlement européen de 1994 à 1997. Il préside ensuite la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale (jusqu'en mars 2000).

Marié, il est père de deux filles, dont l'actrice Caroline Lang. En février 2000, il est candidat à la mairie de Paris pour l'élection de mars 2001, où il dispute l'investiture socialiste à Bertrand Delanoë. Mais il préfère revenir au gouvernement, sept ans après son départ, à l'occasion du remaniement du 27 mars 2000, où il retrouve le ministère de l'Éducation nationale. Pour peu de temps, puisque la gauche perd l'élection présidentielle en avril 2002 et les élections législatives en juin. Cependant, Jack Lang, qui a été parachuté dans le Pas-de-Calais pour les législatives, obtient un nouveau mandat de député. Rallié à la candidature de Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007, il est réélu aux élections législatives de juin dans la même circonscription. Toutefois, il démissionne du bureau national du PS pour participer au comité de réflexion sur la modernisation des institutions lancé par le président Sarkozy, qui donnera lieu à la réforme constitutionnelle de 2008. Il s’attire à nouveau les foudres des socialistes en votant en faveur de la loi Hadopi en 2009. Lors des élections législatives de 2012, il n'obtient pas l'investiture du PS dans sa circonscription du Pas-de-Calais et se présente dans les Vosges, où il est battu au second tour. En janvier 2013, il est nommé président de l'Institut du monde arabe, poste auquel il est reconduit en janvier 2024 pour un quatrième mandat.

— Bruno DIVE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : journaliste éditorialiste à Sud Ouest

Classification

Pour citer cet article

Bruno DIVE. LANG JACK (1939- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/04/2024

Autres références

  • ARTS DE LA RUE

    • Écrit par
    • 6 872 mots
    • 2 médias
    ...encourageait la mobilisation d'un milieu professionnel qui visait à délimiter son propre champ esthétique. L'embellie budgétaire obtenue à partir de 1981 par le ministère Lang et le dynamisme local favorisé par les lois Defferre ont incité les élus à valoriser leurs collectivités. Dans le prolongement d'un cycle...
  • CIRQUE

    • Écrit par et
    • 7 262 mots
    • 1 média
    ...dépendait du ministère de l'Agriculture ! Esquissée sous le secrétariat d'État de Philippe Lecat, cette politique originale connaît son plein essor avec Jack Lang, au lendemain de l'élection de François Mitterrand. Après l'octroi au cirque d'Alexis Grüss du statut de cirque national en 1981 (il sera supprimé...
  • FONDS RÉGIONAUX D'ART CONTEMPORAIN ou FRAC, France

    • Écrit par et
    • 2 395 mots
    ...décentralisation volontariste et radicale, les F.R.A.C. furent baptisés régionaux pour affirmer leur vocation spécifique face au Fonds national d'art contemporain. Le ministère de la Culture avait vu alors son budget multiplié par deux, et Jack Lang souhaitait que l'on agisse vite. Dans la plupart des cas, la structure...
  • FRANCE (Arts et culture) - L'art public

    • Écrit par et
    • 3 242 mots
    • 1 média
    Mais l'arrivée en 1981 de Jack Lang au ministère de la Culture, pendant la présidence de François Mitterrand, marque un véritable tournant dans l'histoire de la commande publique. Le ministre comprend très vite l'intérêt d'une procédure comme la commande publique qu'il va renforcer en affectant...
  • Afficher les 10 références