GENCE DENISE (1924-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comédienne française. Née Denise Louise Martin, elle hésite un moment entre les Arts décoratifs et le Conservatoire. C'est finalement ce dernier qui l'emporte. Entrée en 1943, celle qui allait devenir Denise Gence – le nom de son grand-père maternel – en sort en 1946 avec un premier prix de comédie pour le rôle de Frosine dans L'Avare et est engagée la même année à la Comédie-Française. Promue sociétaire en 1946, elle y restera jusqu'en 1986, et sera nommée sociétaire honoraire en 1987. Là, elle va interpréter cent vingt-cinq rôles, de Molière à Marivaux, en passant par Racine, Giraudoux et Anouilh. Si elle ne joue pas les jeunes premières, elle excelle dans les rôles de composition, interprétant, par exemple, le rôle de Marceline dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, en 1946, puis en 1962 et en 1977, ou celui de Bélise dans Les Femmes savantes de Molière, en 1947 puis en 1983. Mentionnons également son interprétation de Sabina dans la Trilogie de la villégiature (mise en scène de Giorgio Strehler, 1978), et celle du rôle titre de Félicité, de Jean Audureau, d'après Un cœur simple de Flaubert (mise en scène de J. P. Vincent, 1983). Lorsqu'elle quitte le Français, Denise Gence entame, notamment avec le Théâtre national de la Colline, une seconde carrière d'une grande richesse : elle joue dans Les Chaises d'Eugène Ionesco (mise en scène de J.-L. Boutté, 1988), Avant la retraite de Thomas Bernhard (mise en scène de Claudia Stavisky, 1990), Les Comédie barbares de Valle-Inclan (mise en scène de Jorge Lavelli, festival d'Avignon 1991) et Oh les beaux jours de Samuel Beckett (mise en scène de Pierre Chabert, 1992). Celle dont Muriel Mayette, administrateur de la Comédie-Française, disait qu'« elle était racée, de ces personnes qui interdisent d'emblée toute familiarité », laisse un beau livre de souvenir, Notes parlées (en collaboration avec Colette Godard, 1994).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« GENCE DENISE - (1924-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-gence/