GUY MICHEL (1927-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 28 juin 1927 dans une famille d'horticulteurs, Michel Guy est horticulteur lui-même de 1950 à 1970 tout en constituant une collection d'œuvres d'art qui réunit en particulier les peintres américains des années 1960 et Bram Van Velde. Georges Pompidou, son ami, qui a comme lui le goût de l'art contemporain, en fait son conseiller pour la modernisation de l'Élysée. Surtout, il va favoriser la création à Paris, par entente entre l'État et la Ville, d'un festival de très haute qualité, qui sera placé sous la direction de Michel Guy. Créé en 1972, le festival d'Automne est d'emblée pluridisciplinaire et ouvert à toutes les cultures. Michel Guy va en faire un grand événement artistique sur le plan international. Dès le début, on voit en lui un homme d'envergure, capable de régir au plus haut niveau la culture tout entière. Nommé en 1974 secrétaire d'État à la Culture dans le premier gouvernement Chirac, Michel Guy entre en politique. Il ne reste à ce poste que deux ans, assez pour infuser un sang neuf à la décentralisation théâtrale, notamment en augmentant sensiblement les subventions des centres dramatiques nationaux. Sans doute l'opération se fit-elle sans ménagement pour les exclus, la méthode de Guy étant plutôt celle d'un autocrate.

Reste que dans l'ensemble les nominations furent heureuses : Jean-Pierre Vincent à la direction du Théâtre national de Strasbourg et, dans les centres dramatiques nationaux, Daniel Benoin à Saint-Étienne, Gildas Bourdet à Tourcoing, Gironès à Lyon, Georges Lavaudant à Grenoble...

En 1976, Michel Guy revint à la direction du festival d'Automne, confié pendant l'intérim à Alain Crombecque. De plus en plus brillant, et devenu l'épicentre de l'art vivant, le festival est au seuil de sa dix-neuvième manifestation quand Michel Guy meurt un 30 juillet, le jour même où s'achevait le festival d'Avignon. Le goût de la politique et de l'action lui étant venu, il avait occupé auparavant plusieurs postes officiels : président de la Cinémathèque (19 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, critique dramatique de Regards et des revues Europe, Théâtre/Public, auteur d'essais sur le théâtre

Classification


Autres références

«  GUY MICHEL (1927-1990)  » est également traité dans :

CROMBECQUE ALAIN (1939-2009)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 845 mots

Alain Crombecque avait tout de l'honnête homme au sens du xvii e  siècle. Courtois, affable mais secret, il ne se livrait guère que dans le cercle de ses intimes. Pourtant, s'il demeurait silencieux, il portait un regard perçant tant sur les hommes et les artistes que sur les œuvres. Directeur général du festival d'Automne depuis 1993, cet humanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-crombecque/#i_97603

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le festival d'Automne »  : […] Ce festival parisien fut créé en 1972 par Michel Guy, homme de culture et amateur d'art éclairé, avec le soutien du président de la République Georges Pompidou et de son ministre des Affaires culturelles, Jacques Duhamel. En une période où le festival mondial de théâtre de Nancy, fondé en 1963 par Jack Lang, s'essouffle et ne bénéficie pas des mêmes faveurs du pouvoir en place, la France se repl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_97603

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et politique culturelle

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 113 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la réforme à l'innovation »  : […] Il est difficile de savoir si les responsables des affaires culturelles, au lendemain de Mai-68, ont évalué à sa juste mesure le tournant pris par leurs partenaires : le fait est qu'ils ont maintenu d'abord les grandes lignes de la politique définie par André Malraux en la corrigeant par un réformisme réaliste et prudent, puis en l'infléchissant par des innovations plus délibérées et plus nettemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-politique-culturelle/#i_97603

Pour citer l’article

Raymonde TEMKINE, « GUY MICHEL - (1927-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-guy/