ELIADE MIRCEA (1907-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bucarest, Mircea Eliade part pour l'Inde après avoir obtenu, à l'âge de vingt et un ans une licence de philosophie. De ce voyage, véritable initiation qui marque toute son œuvre, il rentre en décembre 1931 et commence à rédiger sa thèse sur le yoga. Dans le même temps, il poursuit une carrière d'écrivain et obtient au printemps de 1933 un prix pour son roman Maitreyi. La Nuit bengali (trad. franç., Gallimard, 1950). La même année, il devient docteur en philosophie. Après avoir enseigné la philosophie indienne, il quitte la Roumanie en mars 1940 pour Londres, où il est l'attaché culturel auprès de la légation royale de Roumanie. De janvier 1941 à la fin de la guerre, il remplit la même fonction à Lisbonne. Lorsque, à l'automne de l'année 1945, il arrive à Paris, Georges Dumézil l'invite à présenter les trois premiers chapitres de son futur Traité d'histoire des religions à la Ve section de l'École pratique des hautes études. À compter de cette période d'exil, en France puis aux États-Unis – l'université de Chicago lui offre la chaire d'histoire des religions en 1958 –, il dissimule soigneusement son engagement intellectuel au service du mouvement fasciste roumain.

Depuis qu'en 1949 le public français a découvert à la fois Le Mythe de l'éternel retour (Gallimard) et le Traité d'histoire des religions (préfacé par G. Dumézil, Payot), des générations de lecteurs, venus de tous les horizons, se sont abreuvés à la science d'Eliade autant qu'à sa vision de l'univers. Celle-ci ne cesse de dire le paradis perdu, qui est à recréer. Si les voies d'accès au jardin des origines sont innombrables, on retrouve sous la plume du savant des variations sur un thème unique : une volonté d'abolir le temps et l'espace de l'histoire et de redécouvrir les territoires du « tout autre », le ganz andere de Rudolf Otto (1860-1937), qui eut tant d'influence sur Eliade. Désormais, le « sacré » sera le lieu où s'enracine une sympathie avec l'univers des éléments et où, comme en transparence, l'être coïncid [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : assistant associé à l'École pratique des hautes études, (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  ELIADE MIRCEA (1907-1986)  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'alchimie indienne »  : […] Bien que l'alchimie, comme technique spirituelle fondée sur des pratiques physiologiques particulières, principalement tantriques, semble avoir été connue de l'Inde antique, peut-être à une époque plus ancienne que celle où elle le fut en Chine, le problème de ses origines historiques n'a pas encore reçu de solution définitive. On a supposé que ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_50754

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Un système de pensée »  : […] La diversité des phénomènes attribués au chamanisme a valu à l'étude de celui-ci bien des vicissitudes. Religion, tendaient à penser les sociologues du xix e  siècle, mais comment la cerner, dépourvue qu'elle est de dogme, d'Église, de clergé et même de liturgie, à la fois quasi universelle et infiniment variable de société à société comme de chama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamanisme/#i_50754

CYCLE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 689 mots

Une conception cyclique du temps a souvent été comprise par la pensée moderne comme la marque du primitivisme d'une culture ou le symptôme d'une régression archaïsante chez un sujet. Une telle conception, dans les deux cas, résulterait d'une attitude de fuite devant la réalité de l'irréversibilité temporelle. La reconnaissance de cette irréversibil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle/#i_50754

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Monothéisme et polythéisme »  : […] Il est très difficile de retracer avec certitude le développement historique de l'idée de Dieu depuis ses origines, en particulier en ce qui concerne les rapports du monothéisme et du polythéisme. On rejette aujourd'hui les théories évolutionnistes (Frazer, Spencer) qui distinguaient à l'intérieur d'un schème trop rigoureux les étapes suivantes : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_50754

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau médicale »  : […] Il est inscrit en effet dans cette logique « buissonnante » du symbole que, puisque l'eau est l'inductrice de toute fécondité et qu'elle est à la fois liquide séminal et matrice humide et océane, elle peut également redonner, prolonger, sauver la vie puisqu'elle en est la donatrice première. Avec Bachelard, on peut donc remarquer qu'« en examinant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-des-eaux/#i_50754

MÉTALLURGES

  • Écrit par 
  • Jean DELUZAN
  •  • 2 218 mots

Dans le chapitre « La Terre et le Ciel »  : […] Selon le principe d'Hermès Trismégiste, « tout ce qui est en bas est comparable à ce qui est en haut ». De même que les eaux supérieures et les eaux inférieures se font face, Ciel et Terre se superposent avec des contenus identiques. La Terre engendre des métaux qu'elle porte dans l'obscurité, le Ciel a ses « pierres de lumière » qui descendent su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurges/#i_50754

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mythe comme récit des origines »  : […] Si le mythe est un discours, c'est-à-dire une suite d'énonciations ou de phrases qui portent sens et référence, il faut admettre que le mythe dit quelque chose sur quelque chose. C'est ce dit du dire qu'il faut maintenant isoler. On adoptera ici l'hypothèse de travail selon laquelle le mythe est un « récit des origines ». Ce caractère n'a pas été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_50754

NUMINEUX

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 167 mots

C'est en 1917 que Rudolf Otto publie son livre intitulé Le Sacré , portant en sous-titre « L'Élément non rationnel dans l'idée de divin et sa relation avec le rationnel ». Il y introduit un nouveau concept dans le champ des sciences des religions, le concept de « numineux » ou de « numinosité ». Cette création conceptuelle portait en soi une possib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/numineux/#i_50754

PRIÈRE ET CONTEMPLATION

  • Écrit par 
  • Albert-Marie BESNARD
  •  • 4 081 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de la croyance »  : […] On se ferait une idée caricaturale de la prière si on n'y voyait que l'expression d'un besoin signifié et transmis à une instance supérieure à fin d'exaucement. Le besoin incite au recours, mais le recours va être lui-même conditionné par le type de relation qui unit l'orant et son dieu. C'est la croyance qui encourage, justifie et structure le re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/priere-et-contemplation/#i_50754

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_50754

Pour citer l’article

Maurice OLENDER, « ELIADE MIRCEA - (1907-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mircea-eliade/