Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ELIADE MIRCEA (1907-1986)

Né à Bucarest, Mircea Eliade part pour l'Inde après avoir obtenu, à l'âge de vingt et un ans une licence de philosophie. De ce voyage, véritable initiation qui marque toute son œuvre, il rentre en décembre 1931 et commence à rédiger sa thèse sur le yoga. Dans le même temps, il poursuit une carrière d'écrivain et obtient au printemps de 1933 un prix pour son roman Maitreyi. La Nuit bengali (trad. franç., Gallimard, 1950). La même année, il devient docteur en philosophie. Après avoir enseigné la philosophie indienne, il quitte la Roumanie en mars 1940 pour Londres, où il est l'attaché culturel auprès de la légation royale de Roumanie. De janvier 1941 à la fin de la guerre, il remplit la même fonction à Lisbonne. Lorsque, à l'automne de l'année 1945, il arrive à Paris, Georges Dumézil l'invite à présenter les trois premiers chapitres de son futur Traité d'histoire des religions à la Ve section de l'École pratique des hautes études. À compter de cette période d'exil, en France puis aux États-Unis – l'université de Chicago lui offre la chaire d'histoire des religions en 1958 –, il dissimule soigneusement son engagement intellectuel au service du mouvement fasciste roumain.

Depuis qu'en 1949 le public français a découvert à la fois Le Mythe de l'éternel retour (Gallimard) et le Traité d'histoire des religions (préfacé par G. Dumézil, Payot), des générations de lecteurs, venus de tous les horizons, se sont abreuvés à la science d'Eliade autant qu'à sa vision de l'univers. Celle-ci ne cesse de dire le paradis perdu, qui est à recréer. Si les voies d'accès au jardin des origines sont innombrables, on retrouve sous la plume du savant des variations sur un thème unique : une volonté d'abolir le temps et l'espace de l'histoire et de redécouvrir les territoires du « tout autre », le ganz andere de Rudolf Otto (1860-1937), qui eut tant d'influence sur Eliade. Désormais, le «  sacré » sera le lieu où s'enracine une sympathie avec l'univers des éléments et où, comme en transparence, l'être coïncide avec l'apparaître du monde. On y respire enfin la fraîcheur des aurores en récitant Le Mythe de l'éternel retour, en réitérant indéfiniment l'instant primordial par des rites dont l'efficacité assure un présent intemporel, sauvé du temps linéaire et de l'espace profane. C'est ce souffle de La Nostalgie des origines (Gallimard, 1970) qui traverse l'œuvre d'Eliade.

Cette harmonie symphonique, Eliade en crédite les peuples « archaïques ». Il aime y reconnaître une mémoire ancestrale scandant les mythes et les rites qui ordonnent les réalités cosmiques. C'est ici qu'il situe les origines de sa « dialectique du sacré et du profane », matrice première de l'homme religieux et, pour lui, source de l'humanité pensante. Ce sacré, qui est au cœur de son ouvrage le plus célèbre (Le Sacré et le Profane, Gallimard, 1956), n'est ni le signe d'un stade particulier de la conscience humaine, ni le fait d'une « mentalité primitive » mais un élément fondamental dans la structure de la conscience de l'Homo sapiens. Ainsi conçu comme un invariant universel, il se manifeste dans des images, des symboles, des comportements qui s'inscrivent dans des formes historiques particulières. Dans sa morphologie du sacré, l'historien des religions doit lever le voile de l'illusion pour révéler la face cachée d'un objet, d'un paysage ou d'un geste rituel, qui deviennent alors autant de « hiérophanies » (ou phénomènes qui désignent du « sacré »). Le « sacré » d'Eliade se constitue donc avant tout comme ce qui s'oppose au « profane », comme une expérience radicale du « tout autre » qui fait irruption dans le quotidien.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : assistant associé à l'École pratique des hautes études, (Ve section, sciences religieuses)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    ...semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration...
  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    Eliade fait observer que les trois éléments à partir desquels l'alchimie chinoise se constitue en tant que discipline autonome : les principes cosmologiques, les mythes des bienheureux immortels et de l' élixir d'immortalité, les techniques poursuivant à la fois le prolongement de la vie, la béatitude...
  • CHAMANISME

    • Écrit par Roberte Nicole HAMAYON
    • 4 979 mots
    • 1 média
    Cherchant à réconcilier tous les points de vue, Mircea Eliade, seul auteur à ce jour à avoir écrit un ouvrage général sur la question (1951), proposa de voir dans le chamanisme l'expérience religieuse à l'état brut (reposant sur l'idée de montée au ciel grâce à un axe du monde) et de le définir comme...
  • CYCLE

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 692 mots

    Une conception cyclique du temps a souvent été comprise par la pensée moderne comme la marque du primitivisme d'une culture ou le symptôme d'une régression archaïsante chez un sujet. Une telle conception, dans les deux cas, résulterait d'une attitude de fuite devant la réalité de l'irréversibilité...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi