TAUX D'INTÉRÊT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « spreads » de taux d'intérêt

Les taux d'intérêt appliqués aux emprunts des entreprises sont généralement différents de ceux consentis aux États. Ils incorporent une prime de risque supplémentaire, ou spread, qui varie selon la fiabilité des emprunteurs. Le spread peut être défini comme l'écart entre le taux d'intérêt d'un emprunt donné et un taux dit de référence sur la même maturité. Il compense le risque de défaut de l'emprunteur, c'est-à-dire le risque que l'emprunt ne soit pas servi aux conditions prévues dans le contrat.

Le taux de référence du marché

Les taux de référence, ou taux sans risque, dans une monnaie donnée, sont généralement ceux des emprunts d'État. Les États sont, en effet, considérés comme les emprunteurs les plus sûrs du marché, lorsqu'ils s'endettent dans leur propre monnaie. En effet, la probabilité pour que les emprunts d'État en monnaie locale ne soient pas remboursés est faible, puisqu'en cas de menace d'insolvabilité, un État peut faire appel à l'impôt, voire demander à la banque centrale de le renflouer pour éviter la crise. Ainsi, les États bénéficient généralement des taux d'intérêt les plus bas du pays lorsqu'ils s'endettent dans leur propre monnaie. Leurs taux servent de référence aux autres emprunteurs. Le taux des obligations d'État est considéré comme le taux de référence sur le marché obligataire, celui des bons du Trésor, pour les emprunts à court terme.

Lorsqu'un État s'endette en devises, au contraire, son taux n'est plus une référence. L'histoire récente est ponctuée de crises, où des États font défaut sur leur dette en devises (par exemple, l'Argentine au début des années 2000). L'État empruntant en devises se voit donc appliquer un spread de taux, le taux de référence étant alors celui de l'État émetteur de la devise. Le taux des obligations de l'État américain sert ainsi de référence au calcul des taux d'intérêt payés par les pays émergents, pour leurs emprunts en dollars.

Le risque de défaut

Le « défaut » d'un emprunteur est défini soit par le retard ou l'absence de paiement des intérêts ou du principal, soit par un rééchelonnement ou une restructuration de la dette imposés aux créditeurs. Dans tous ces cas, la créance est fortement dévalorisée. Comme le spread compense le risque de défaut, plus le défaut est probable, plus le spread est élevé.

Le spread dépend donc positivement de la probabilité de défaut. Il dépend aussi de la perte encourue en cas de défaut, ou du « taux de recouvrement ». En effet, en cas de défaut, la valeur de la créance ne tombe pas à zéro. Une partie de la dette peut être recouverte, soit au moment de la liquidation de l'entreprise, soit sur le marché secondaire, hautement spéculatif, des créances en défaut. Au total, le rendement sur un placement risqué est égal soit au taux de recouvrement s'il y a défaut, soit à son taux d'intérêt, sinon. Si on fait la moyenne entre ces deux situations, le rendement moyen du placement « dit espéré », n'est donc pas égal au taux d'intérêt affiché sur l'emprunt, mais lui est inférieur.

Comme tous les prix d'actifs, le taux d'intérêt sur un emprunt risqué et le taux sans risque sont liés par les lois de l'arbitrage. Les rendements espérés sur les deux placements sont donc égaux, pour les mêmes maturités, en l'absence d'aversion au risque. Avec ce raisonnement, on trouve que le spread est à peu près égal à la probabilité de défaut de l'emprunteur multipliée par la perte encourue en cas de défaut (elle-même égale à 1 moins le taux de recouvrement).

Le rôle des agences de notation

Le taux d'intérêt dépend donc du risque de défaut de l'emprunteur. Or évaluer ce risque demande du temps et des ressources, ce qui est hors de portée de la plupart des investisseurs. C'est pourquoi les investisseurs s'en remettent à des organismes indépendants, les agences de notation. Leur rôle est d'évaluer le risque de défaut des emprunteurs présents sur les marchés internationaux, que ce soient les grandes entreprises ou les États. Les trois principales sont Standard & Poors' et Moody's, les grandes agences américaines créées au début du xxe siècle, auxquelles s'ajoute une agence européenne, Fitch, créée à la fin des années 1990. Bien qu'elles soient régulièrement critiquées pour leurs erreurs d'évaluation, leur notation est déterminante dans la formation du spread de taux. L'emprunteur noté AAA, qui présente un risque de défaut minimal, peut lever [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : conseiller scientifique, direction de la stabilité financière, Banque de France, professeur associé, université de Paris-XIII

Classification

Autres références

«  TAUX D'INTÉRÊT  » est également traité dans :

AGENCES DE NOTATION

  • Écrit par 
  • Patrick JOLIVET
  •  • 3 399 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Institutionnalisation des notations »  : […] Cette croissance du marché de la notation est aussi liée à certaines dispositions institutionnelles qui l'ont rendue possible. La première disposition est le statut de Nationally Recognized Statistical Rating Organization (N.R.S.R.O.), créé par la S.E.C. en 1975 afin de clarifier le marché de la notation. Ce statut, qui permet aux agences d'agir sur le marché américain et d'avoir une visibilité mo […] Lire la suite

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et ajustements macroéconomiques »  : […] Les principales fonctions de comportement sont, d'une manière ou d'une autre, influencées par les anticipations. Ainsi la consommation des ménages dépend moins de leur revenu courant que du revenu « normal » anticipé pendant un certain horizon temporel (revenu « permanent »), voire du revenu moyen anticipé pendant la durée de vie (théorie du « cycle vital »). L'investissement des entreprises est […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « Retournement du marché immobilier »  : […] La création pléthorique et incontrôlée de liquidités a amorcé des bulles spéculatives sur des marchés toujours plus dérégulés et interconnectés comme celui des actions, des matières premières, des dérivés de crédit et de l'immobilier. Le retournement de ce dernier, aux États-Unis, a déclenché la crise. Si les perspectives démographiques des États-Unis ont pu soutenir la tendance haussière des pri […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 874 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Objectifs et instruments de la politique monétaire »  : […] Les banques centrales mènent leur politique monétaire en déterminant leurs objectifs quantitatifs et les instruments pour les atteindre. On distingue tout d'abord les objectifs finaux qui correspondent à des variables macroéconomiques sur lesquelles veut agir la politique monétaire : stabilité des prix de biens ou d'actifs, croissance économique, plein-emploi et équilibre extérieur. Ensuite inte […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalité du différentiel de change et du différentiel d'intérêt »  : […] Cette égalité entre le différentiel de change et le différentiel d'intérêt est centrale pour l'équilibre des opérations et, au-delà, pour comprendre le fonctionnement du marché des changes tout entier. Si l'on définit le différentiel de change comme l'écart entre le cours à terme et le cours au comptant calculé en pourcentage annualisé (taux de déport ou de report de la devise), on démontre qu'il […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise argentine de 1998-2000 »  : […] Le cas de l'Argentine est important, puisque c'est un des pays à avoir choisi un currency board vis-à-vis du dollar à cette époque. Le système était différent de celui des pays émergents d'Asie qui avaient simplement opté pour un ancrage sur le dollar, sans règle particulière en ce qui concerne la politique monétaire : on avait ici un lien rigide pré-annoncé entre les taux d'intérêt et le niveau […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La prise du pouvoir monétaire par la Bundesbank et l'Europe monétaire en crise »  : […] Un calendrier précis est fixé pour le passage à la monnaie unique. La première étape entre en vigueur le 1 er  juillet 1990 pour s'achever le 1 er  janvier 1994. « Les États membres [y] considèrent leurs politiques économiques comme une question d'intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil [...] . Afin d'assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence […] Lire la suite

CRÉDIT

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BURGARD
  •  • 5 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le prix du crédit »  : […] Le niveau moyen des taux d'intérêt s'explique sur le plan économique à partir de ses composantes : le coût des ressources des banques, matière première qu'elles transforment, la marge qu'elles ajoutent à ce coût pour financer leurs dépenses de fonctionnement, les impôts qu'elles paient et le bénéfice qu'elles réalisent. Les banques sont bien entendu soumises au droit commun : liberté des prix d'u […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-27 mars 2020 Canada. Baisse des taux d'intérêt.

Le 4, à la suite de la Réserve fédérale américaine, la Banque du Canada baisse d’un demi-point ses taux d’intérêt, faisant passer son taux directeur de 1,75 à 1,25 p. 100. Le 13, la Banque du Canada abaisse de nouveau son taux directeur, à 0,75 p. 100, mesure justifiée par les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 et la chute des prix du pétrole. […] Lire la suite

31 juillet - 5 août 2019 États-Unis. Baisse des taux directeurs de la Réserve fédérale.

Le 5 août, quatre anciens présidents de la Fed, Paul Volcker, Alan Greenspan, Ben Bernanke et Janet Yellen, publient une tribune dans le Wall Street Journal dans laquelle ils se déclarent « unis par la conviction que la Fed et son président doivent être autorisés à agir de manière indépendante et dans l’intérêt de l’économie, libres de toute pression politique à court terme ». […] Lire la suite

6-25 juillet 2019 Turquie. Limogeage du gouverneur de la Banque centrale.

Le 6, le président Recep Tayyip Erdogan limoge le gouverneur de la Banque centrale, Murat Çetinkaya, qui refusait de baisser les taux d’intérêt – le taux directeur est de 24 p. 100. Cette décision s’explique par l’hostilité du chef de l’État à l’usure, pour des raisons religieuses, ainsi que par sa volonté de satisfaire les attentes populaires en relançant la consommation. […] Lire la suite

23 septembre 2018 Suisse. Votation sur l'interdiction de dissimuler son visage dans l'espace public à Saint-Gall.

Le taux de participation est de 35,8 p. 100. Arguant de l’absence d’intérêt public, le Conseil d’État était opposé au texte. […] Lire la suite

13 septembre 2018 Turquie. Forte augmentation du taux directeur.

La Banque centrale satisfait les attentes des marchés en relevant son principal taux directeur de 17,75 à 24 p. 100, dans le but d’enrayer la dépréciation de la livre turque – 40 p. 100 depuis le début de l’année par rapport au dollar et à l’euro –, ainsi que la forte inflation que celle-ci entraîne. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime que « cette crise n’est pas la nôtre » mais le résultat d’un « complot étranger », était opposé au relèvement des taux d’intérêt – l’islam considère l’usure comme un péché. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Virginie COUDERT, « TAUX D'INTÉRÊT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/