ANTICIPATIONS, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gunnar Myrdal

Gunnar Myrdal
Crédits : Hulton Getty

photographie

Milton Friedman

Milton Friedman
Crédits : G. Rose/ Getty

photographie

Courbe de Phillips

Courbe de Phillips
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Courbe de Phillips de longue période

Courbe de Phillips de longue période
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Les anticipations sont des représentations individuelles, plus ou moins informées, d'événements futurs généralement aléatoires. Relevant à titre principal du domaine de compétence de la psychologie, elles ont été progressivement prises en compte par les autres sciences humaines et les sciences sociales, en particulier par la science économique.

Comme la monnaie, l'anticipation individuelle, quel que soit son domaine d'application, constitue un lien entre le passé, le présent et l'avenir. En effet, les agents économiques se fondent sur l'évolution passée et courante pour former leurs représentations de l'avenir : l'anticipation est à l'articulation de la mémoire et du projet, dans des proportions variables d'un individu à l'autre.

Les anticipations concourent à la détermination des comportements individuels et des variables macroéconomiques (taux d'inflation, taux d'intérêt, taux de change, etc.), et jouent un rôle crucial dans les fluctuations économiques, l'apparition et la résorption des crises. Quel poids convient-il de leur accorder dans le raisonnement économique ? Ce serait une forme de démission de la part de l'économiste que de réduire l'ensemble des explications proposées à des inflexions dans les anticipations, d'autant plus que l'observation directe de ces dernières demeure très limitée. Don Patinkin (1965) nous a mis en garde contre certains abus lorsqu'il affirmait qu'une fois ouverte la « boîte de Pandore » des anticipations tout peut arriver.

Il faut cependant oser ouvrir cette « boîte de Pandore » et faire aux anticipations la place qui leur revient. L'explication des phénomènes économiques par les anticipations sera d'autant moins contestable que l'économiste parviendra à analyser la formation et l'altération des représentations individuelles de l'avenir (anticipations endogènes).

La formation des anticipations

Nature et mesure des anticipations

La distinction suggérée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTICIPATIONS, économie  » est également traité dans :

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La recherche de crédibilité »  : […] Depuis 1980, dans un contexte de développement et de libéralisation des marchés financiers internationaux et des innovations financières, de désinflation, la politique monétaire a recherché une « crédibilité » qui a coïncidé avec les idées des « nouveaux classiques » (Robert Lucas, 1972). Il est apparu que les anticipations des agents économiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banques-centrales/#i_5305

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les fluctuations des cours sont-elles prévisibles ? »  : […] Un élément essentiel pour comprendre l'évolution des cours en bourse est le rôle clé joué par les anticipations des agents économiques. Acheter une action ou une obligation, c'est acheter une chronique de flux futurs de revenus (et éventuellement un flux de revente) procurés par cette action ou cette obligation. Si les revenus (les coupons) sont c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-marches-de-valeurs-mobilieres/#i_5305

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 002 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'opportunité »  : […] Les entreprises qui travaillent sur le marché international ont trois possibilités pour gérer le risque de change auquel leurs opérations les exposent : ne jamais se couvrir, le faire systématiquement, adopter une attitude sélective. La première attitude serait hasardeuse tant les évolutions non anticipées des cours de change sont nombreuses et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-operations-de-change/#i_5305

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre «  Le renouvellement des théories du taux de change d'équilibre à moyen et long terme »  : […] L'incapacité des modèles traditionnels à prévoir les fluctuations de change à court terme a réorienté la recherche en macroéconomie ouverte vers l'analyse de la dynamique du cours de change à moyen et long terme. En effet, le poids des anticipations sur le taux de change futur, élevé dans les mouvements de change à court terme, faiblit largement à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-theories-du-change/#i_5305

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 569 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-le-systeme-monetaire-international/#i_5305

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Dans le chapitre « La conjoncture et son environnement »  : […] Cet effort pour décrire, expliquer et prévoir la situation conjoncturelle n'a pas pour seul motif le désir de connaissance. En effet, les agents économiques dont les comportements sont l'objet de l'analyse conjoncturelle sont aussi intéressés par le résultat de cette étude. Acteurs d'un jeu dans lequel ils font des choix, ils sont aussi observateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjoncture/#i_5305

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Crise du capitalisme ou crise de l'État »  : […] Le retour de la crise surprend des économistes qui s'étaient habitués à une croissance indéfinie ; les keynésiens en particulier sont déroutés mais aussi, fait plus surprenant, les marxistes. La crise économique provoque ainsi une crise de la pensée économique dont émergent deux grandes écoles : la théorie de la régulation et le renouveau libéral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/#i_5305

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'explication des crises de change »  : […] Après les crises bancaires, les crises de change – c'est-à-dire la baisse brutale du cours des monnaies résultant d'attaques spéculatives – constituent la deuxième manifestation de l'instabilité financière. La dernière décennie du xx e  siècle a été marquée par des crises de change fréquentes, que ce soit en Europe (crise du système monétaire europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-instabilite-financiere/#i_5305

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Théorie économique et autoréalisation  »  : […] Le discours des économistes, leurs prévisions, leurs spéculations se révèlent souvent erronés. Mais ils exercent aussi une influence plus ou moins grande sur les personnes auxquelles ils sont destinés, et dont l'action façonne la vie économique. Aux facteurs relativement stables que sont les goûts, les techniques disponibles, la répartition des res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_5305

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

La science économique est loin d'être une science exacte, tant les divisions des économistes sont notoires et tant leurs prévisions font l'objet de contestations et de révisions. Par ailleurs, si la science économique évolue, on ne peut guère la créditer de déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_5305

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De façon générale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_5305

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La prise en compte des anticipations »  : […] Finn Kydland et Edward Prescott (1977) ont affirmé que cela était dû à l'incapacité de mener une politique monétaire « dynamiquement cohérente » (problèmes dits de time inconsistency ) : lorsque les agents anticipent un certain taux d'inflation, les gouvernements sont tentés d'accroître le produit intérieur brut (P.I.B.) et de réduire le chômage e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_5305

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Collusion et ententes »  : […] Lorsqu'elles le peuvent, des entreprises en concurrence ont intérêt à s'entendre pour maintenir des prix élevés. Une entente explicite entre entreprises rivales pour fixer des prix ou des quotas de production est appelée un cartel . L'O.P.E.P., qui réunit des pays exportateurs de pétrole, en constitue un exemple classique. Les cartels sont interdit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-industrielle/#i_5305

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 6 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre intertemporel et équilibre temporaire »  : […] Un autre aspect de l'équilibre économique qu'on ne trouve pas dans l'équilibre au sens des sciences de la nature est le temps, dont des individus conscients ne peuvent que tenir compte. En effet, celui qui sait que ses décisions vont influencer non seulement sa situation actuelle, mais aussi sa situation future, va faire un choix qui essaiera de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/#i_5305

EXPANSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 682 mots

Dans le chapitre « Les dépenses de consommation »  : […] La relance de l'activité économique peut donc trouver son origine soit dans les investissements, soit dans les dépenses publiques, soit dans les exportations. La consommation elle-même peut en être le point de départ. Certes, on écarte généralement l'hypothèse d'un multiplicateur de la consommation. La raison n'en est pas tant que les dépenses de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-economique/#i_5305

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Règle ou discrétion »  : […] L'efficacité des procédures de la Banque fédérale de réserve de New York peut s'apprécier à travers la variabilité du taux du marché des fonds fédéraux par rapport au taux cible implicite ou explicite recherché par le F.O.M.C. Le taux quotidien annualisé peut s'écarter significativement du taux cible, notamment en fin de période de règlement, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fed/#i_5305

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Dans le chapitre « La spéculation »  : […] Spéculer, c'est prendre délibérément un risque en en escomptant un gain. Tout va dépendre, bien sûr, du degré de réalisation des anticipations du spéculateur. Dans le langage courant, le mot « spéculation » prend souvent un sens moral, péjoratif : il évoque l'argent « sale », trop rapidement gagné et illégitime. En finance, la spéculation a une si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-marches-de-capitaux/#i_5305

FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La valeur fondamentale et l'actualisation »  : […] Plus le marché est efficient, plus le prix d'un actif se rapproche de sa valeur fondamentale. Cette dernière, lorsque les agents ont des anticipations rationnelles sur le futur, peut s'écrire comme étant égale à la valeur actualisée de tous les revenus futurs anticipés (anticipations rationnelles basées sur toute l'information disponible) qui sero […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-theorie-des-marches-financiers/#i_5305

FINANCE DE MARCHÉ - Comportement des investisseurs

  • Écrit par 
  • Patrick ROGER
  •  • 3 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie des perspectives »  : […] Daniel Kahneman et Amos Tversky ont fondé leur formalisation sur les quatre observations suivantes : a) La satisfaction que les investisseurs retirent de leurs choix dépend des gains et des pertes réalisés (par rapport à un niveau de référence) et non des niveaux absolus de richesse atteints. b) Une perte de 100 euros engendre une désutilité plus f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-comportement-des-investisseurs/#i_5305

HARSANYI JOHN CHARLES (1920-2000)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 907 mots

John Harsanyi, lauréat du prix Nobel d'économie en 1994, aurait certainement suivi ses deux colauréats au premier congrès mondial de la Société internationale de la théorie des jeux qui s'est déroulé à Bilbao du 24 au 28 juillet 2000 s'il n'avait été affaibli par la maladie. C'est en effet avec John Nash, professeur à Princeton (New Jersey) et Rei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-charles-harsanyi/#i_5305

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 602 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les anticipations rationnelles »  : […] Les hausses simultanées de l'inflation et du chômage dans les années 1970, allaient très vite, dans la plupart des pays industrialisés, mettre un terme à cette croyance dans la stabilité de la courbe de Phillips, certains la voyant même acquérir alors une pente positive, aussitôt baptisée « stagflation » . Mais avant même que les faits ne viennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_5305

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La demande effective et le multiplicateur d'investissement »  : […] En ligne avec le principe d'accélérateur, John Maynard Keynes, dans la Théorie générale (1936), a particulièrement insisté sur le rôle de la demande anticipée. Il a notamment insisté sur les facteurs psychologiques à l'œuvre dans la décision d'investir. L'incertitude des résultats du projet d'investissement fait reposer la décision d'investir sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_5305

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « Équilibre de Nash et croyances »  : […] Le principal concept de solution dans la perspective non coopérative est l' équilibre de Nash , qui découle d'une certaine façon de l'hypothèse selon laquelle les individus sont rationnels. En effet, un équilibre de Nash est une combinaison de stratégies, une par joueur, telle que chacun maximise son gain, compte tenu de ce que font les autres . Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-jeux/#i_5305

KYDLAND FINN E. (1943- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 137 mots

Après Ragnar Frisch, premier lauréat du prix Nobel d'économie en 1969, et Trygve Haavelmo, qui l'obtint vingt ans plus tard, Finn E. Kydland est, en 2004, le troisième Norvégien à remporter cette récompense. Il partage le prix avec l'Américain Edward C. Prescott, professeur à W.P. Carey School of Business (université de l'État d'Arizona) pour « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finn-e-kydland/#i_5305

LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 415 mots

Dans le chapitre « Du « tout ou rien » à la diversification financière »  : […] L'ambition première de l'article de Tobin est de proposer des fondements théoriques robustes au principe de « préférence pour la liquidité », proposée par John Maynard Keynes. Bien qu’il soit un keynésien convaincu, Tobin admet que ce principe – qui veut que les individus ne se séparent de leurs liquidités que dans l’espoir d’obtenir un revenu supp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidity-preference-as-behavior-towards-risk/#i_5305

LUCAS ROBERT EMERSON Jr. (1937- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 848 mots

La pensée libérale est très souvent mise à l'honneur par les cinq membres du jury de l'Académie royale des sciences de Suède. Après Friedrich August von Hayek (1974), Milton Friedman (1976), George Stigler (1982), James Buchanan Jr. (1986) et Gary Becker (1992), Robert E. Lucas Jr. , professeur à l'université de Chicago, a reçu en 1995 la récompens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-emerson-lucas/#i_5305

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Dans le chapitre « Les politiques conjoncturelles »  : […] L'analyse keynésienne a montré comment les politiques budgétaire et monétaire peuvent être utilisées pour réguler le niveau de la demande globale. Une hausse des dépenses publiques, typiquement financée par l'emprunt public, représente une hausse de la demande effective qui conduit les entreprises à augmenter la production et l'emploi. Cette hauss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-politique-economique/#i_5305

MACROÉCONOMIE - Systèmes financiers

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POLLIN
  •  • 6 875 mots

Dans le chapitre « Stabilité des systèmes financiers »  : […] En plus de sa contribution à la croissance, l'efficacité d'une organisation financière dépend de son incidence sur la stabilité macro-économique. Ce qui revient à s'interroger sur la manière dont le système financier assure la coordination des décisions micro-économiques dans le temps : dans quelle mesure le jeu des marchés et l'activité des instit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-systemes-financiers/#i_5305

MONDIALISATION - Globalisation financière

  • Écrit par 
  • Philippe MARTIN, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 8 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les anticipations auto-réalisatrices »  : […] Les anticipations sont dites auto-réalisatrices lorsque les actions des agents, fondées sur l'anticipation d'un événement spécifique, sont suffisantes pour engendrer l'événement lui-même. En physique, ce type de processus est impossible : un pont ne peut pas s'effondrer simplement parce que l'on croit qu'il va s'effondrer. En économie, en revanche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondialisation-globalisation-financiere/#i_5305

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 261 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les versions néo-quantitativistes de la neutralité de la monnaie »  : […] Les théories monétaristes constituent le courant ayant eu l'influence la plus forte, tant sur le plan académique que sur le plan politique. Elles ont pour ambition d'actualiser la thèse quantitativiste traditionnelle tout en maintenant les propriétés des modèles néo-classiques, et en particulier l'hypothèse d'une neutralité de long terme de la mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/#i_5305

NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

  • Écrit par 
  • François LANGOT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « Le concept d'anticipations rationnelles »  : […] Par l'introduction de nouveaux concepts, en particulier celui d'anticipations rationnelles, la N.E.C. va renouveler l'analyse des fluctuations économiques et redéfinir les modalités de l'intervention publique. Les anticipations ont toujours occupé une place importante dans la théorie du cycle économique. Keynes évoquait les vagues d'optimisme e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/#i_5305

PAIEMENTS BALANCE DES

  • Écrit par 
  • Marc RAFFINOT
  •  • 4 024 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des évolutions plus erratiques »  : […] En pratique, les soldes de balance des paiements sont de plus en plus difficiles à prévoir, car ils dépendent des anticipations des investisseurs en matière de rendement et de risque. Des variations d'anticipations, qui peuvent être très brutales, conduisent à d'importants mouvements de capitaux susceptibles de déstabiliser rapidement les balances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balance-des-paiements/#i_5305

POUR UNE APPROCHE COGNITIVE DES CONVENTIONS ÉCONOMIQUES, André Orléan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 240 mots

Dans le chapitre « Incertitude et coordination mimétique : les conventions appliquées aux marchés financiers »  : […] S'inscrivant dans la filiation de Franck Knight, André Orléan distingue le « risque » (qui permet un calcul de probabilités) de l'« incertitude » (non calculable). Les mutations qualitatives affectant les produits et les goûts ou les innovations technologiques font, par exemple, partie de ces événements irréductibles aux données antérieures. L'ince […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pour-une-approche-cognitive-des-conventions-economiques/#i_5305

PRESCOTT EDWARD C. (1940- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 122 mots

Le 11 octobre 2004, Edward C. Prescott est devenu le trente-sixième américain lauréat du prix Nobel d'économie. En attribuant la récompense à ce professeur de l'université de Tempe (Arizona), l'Académie royale des sciences de Suède confirmait la domination des États-Unis sur le prix qu'elle a créé en 1969. Elle confirmait également que le délai peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-c-prescott/#i_5305

RATIONAL EXPECTATIONS AND ECONOMETRIC PRACTICE, Robert Lucas et Thomas Sargent - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marion GASPARD
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Les anticipations rationnelles »  : […] L'ouvrage réunit en deux tomes les articles, hautement mathématisés, représentatifs des questions que posent les « nouveaux classiques » dans les années 1970. On y trouve des contributions de Lucas, Sargent, Hansen, Wallace, Barro ou Mc Callum, présentées comme des exemples pour qui souhaiterait « prendre ce train en marche ». Sont exclues les cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rational-expectations-and-econometric-practice/#i_5305

RULES RATHER THAN DISCRETION : THE INCONSISTENCY OF OPTIMAL PLANS, F. E. Kydland et E. C. Prescott - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Fabien TRIPIER
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « L'incohérence temporelle des politiques discrétionnaires »  : […] Kydland et Prescott comparent l'efficacité de deux types de politique économique. L'autorité publique peut suivre des règles ( rules ) préétablies ou, au contraire, mener une politique discrétionnaire ( discretion ) en adaptant ses choix à chaque période selon les circonstances. Ils montrent qu'il est préférable que l'autorité publique s'en tienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rules-rather-than-discretion-the-inconsistency-of-optimal-plans/#i_5305

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « La société postindustrielle : une vision positive »  : […] En 1969, Alain Touraine analysait les mutations sociales propres à La Société postindustrielle . Quatre ans plus tard, Daniel Bell ( The Coming of Post-Industrial Society. A Venture in Social Forecasting , 1973) associait étroitement la société postindustrielle à l'économie de services en voie d'émergence aux États-Unis : « La société postindustrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/#i_5305

TAUX DE CHANGE

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 550 mots

Le taux de change désigne le rapport d'échange entre deux devises. L'observation du taux de change nominal (par exemple, 1 euro = 0,96 dollar) est souvent complétée par le calcul du taux de change réel, qui corrige le change nominal par l'évolution de l'inflation dans chacune des deux zones. Le taux de change bilatéral est également souvent complét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-de-change/#i_5305

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « La théorie des anticipations »  : […] L'évaluation des prix d'actifs repose toujours sur le principe de l'arbitrage. L'arbitrage est une opération qui vise à réaliser un profit en tirant parti de la différence entre les rendements attendus sur les différents placements. En l'absence d'aversion pour le risque, ces opérations pratiquées par un grand ensemble d'agents conduisent à égalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_5305

VALEUR ET CAPITAL, John Richard Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 362 mots

Dans le chapitre « Temps et statique comparative »  : […] L'ambition de Hicks est démesurée. De ce fait, Valeur et capital rassemble des thèmes d'étude éclectiques : les comportements microéconomiques, la stabilité, l'équilibre temporaire, la monnaie, les taux d'intérêt, les anticipations, les cycles économiques. Le succès de l'ouvrage, son rôle dans l'histoire de la discipline économique tiennent surtou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-et-capital/#i_5305

WICKSELL JOHN GUSTAV KNUT (1851-1926)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 378 mots
  •  • 1 média

Mathématicien de formation, le Suédois Knut Wicksell ne vient que tardivement à l'économie. Après divers séjours à l'étranger, en particulier à Vienne où il suit l'enseignement de Bohm-Bawerk, il enseigne à l'université de Lund. Radical de tempérament, il prend une part active aux affaires publiques de son pays. On peut distinguer dans son œuvre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-gustav-knut-wicksell/#i_5305

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian de BOISSIEU, « ANTICIPATIONS, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/