BEETHOVEN LUDWIG VAN(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 17 décembre 1770 Ludwig van Beethoven est baptisé à Bonn ; il est probablement né le 15 ou le 16.

  • 1795 Beethoven compose le Premier Concerto pour piano, en ut majeur, opus 15.

  • 2 avril 1800 La Première Symphonie, en ut majeur, opus 21, est créée au Hoftheater de Vienne sous la direction du compositeur ; elle est dédiée au baron Gottfried van Swieten, auteur des livrets de La Création et des Saisons de Joseph Haydn.

  • 1801 Beethoven compose la Sonate pour piano no 14 « Quasi una fantasia » (« Clair de lune »), en ut dièse mineur, opus 27 no 2.

  • 1802-1803 Beethoven compose la Sonate pour piano et violon no 9 « À Kreutzer », en la majeur, opus 47.

  • 6-10 octobre 1802 Beethoven rédige le « Testament de Heiligenstadt », dans lequel il prend conscience de sa surdité naissante.

  • 5 avril 1803 La Deuxième Symphonie, en majeur, opus 36, est créée au Theater an der Wien, à Vienne, sous la direction du compositeur ; elle est dédiée au prince Karl von Lichnowsky. Au cours de ce concert sont également créés le Troisième Concerto pour piano, en ut mineur, opus 37, et l'oratorio Le Christ au mont des Oliviers (Christus am Oelberge), opus 85.

  • 1804-1805 Beethoven compose la Sonate pour piano no 23 « Appassionata », en fa mineur, opus 57.

  • 7 avril 1805 La Troisième Symphonie « Héroïque » (« Eroica »), en mi bémol majeur, opus 55, est donnée en première audition publique au Theater an der Wien, à Vienne, sous la direction du compositeur ; elle est dédiée au prince Franz Joseph von Lobkowitz, chez qui sa première audition privée eut probablement lieu durant l'été de 1804. La dédicace initiale à Bonaparte a été rayée lorsque Beethoven apprit le couronnement de Napoléon.

  • 1805-1806 Beethoven compose les Quatuors à cordes « Razoumovski », opus 59 : no 7, en fa majeur ; no 8, en mi mineur ; no 9, en ut majeur.

  • 20 novembre 1805 Fidelio, opéra en trois actes (opus 72) sur un livret de Joseph von Sonnleithner d'après le livret de Jean-Nicolas Bouilly Léonore, ou L'amour conjugal, est créé sous le titre de Leonore (Leonore, oder Der Triumph der ehelichen Liebe) au Theater an der Wien, à Vienne, sous la direction du compositeur (avec l'ouverture Leonore no 2). L'œuvre est une première fois remaniée par le librettiste Stephan von Breuning et Beethoven ; elle est présentée dans une version en deux actes le 29 mars 1806 au Theater an der Wien (avec l'ouverture Leonore no 3, la plus célèbre). La version définitive, révisée par Georg Friedrich Treitschke, est créée au Kärntnertortheater de Vienne le 23 mai 1814 (avec l'ouverture Fidelio).

  • 23 décembre 1806 Le Concerto pour violon, en majeur, opus 61, est créé au Theater an der Wien, à Vienne, par le violoniste Franz Clement.

  • 15 novembre 1807 La Quatrième Symphonie, en si bémol majeur, opus 60, est donnée en première audition publique au Hoftheater de Vienne, sous la direction du compositeur ; elle est dédiée à son commanditaire, le comte Franz von Oppersdorff. Sa première audition privée avait eu lieu en mars 1807 au palais Lobkowitz, à Vienne, en même temps que celle du Quatrième Concerto pour piano, en sol majeur, opus 58.

  • 22 décembre 1808 La Cinquième Symphonie, en ut mineur, opus 67, parfois surnommée « Le Destin », est créée au Theater an der Wien, à Vienne, sous la direction du compositeur ; elle est dédiée au prince Lobkowitz et au comte Andreas Razoumovski ; cette symphonie porte alors le numéro 6. Au cours de ce concert sont également créés la Sixième Symphonie « Pastorale », en fa majeur, opus 68 (qui porte alors le numéro 5), également dédiée au prince Lobkowitz et au comte Andreas Razoumovski, le Quatrième Concerto pour piano, en sol majeur, opus 58, en première audition publique, et la Fantaisie pour piano, chœur et orchestre, en ut mineur, opus 80, dans laquelle est esquissé le thème de l'« Hymne à la joie » de la Neuvième Symphonie.

  • 1811 Beethoven compose le Trio pour piano, violon et violoncelle no 7 « l'Archiduc », en si bémol majeur, opus 97, qui sera créé à Vienne le 11 avril 1814.

  • 28 novembre 1811 Le Cinquième Concerto pour piano « L'Empereur », en mi bémol majeur, opus 73, est créé au Gewandhaus de Leipzig.

  • 8 décembre 1813 La Septième Symphonie, en la majeur, opus 92, est cré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Beethoven, Premier Concerto pour piano

Beethoven, Premier Concerto pour piano
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Beethoven, Première Symphonie

Beethoven, Première Symphonie
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Beethoven, Sonate pour piano no 14 «Clair de lune»

Beethoven, Sonate pour piano no 14 «Clair de lune»
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Beethoven, Sonate pour piano et violon no 9 «À Kreutzer»

Beethoven, Sonate pour piano et violon no 9 «À Kreutzer»
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 31 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  BEETHOVEN LUDWIG VAN (1770-1827)  » est également traité dans :

BEETHOVEN LUDWIG VAN

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN, 
  • Jean MASSIN
  •  • 4 202 mots
  •  • 2 médias

Si nous ignorions tout de la vie de Beethoven, mais si son œuvre entière nous était parvenue, nous la comprendrions, nous l'aimerions peut-être moins profondément, mais cette œuvre continuerait de nous apparaître comme celle d'un des plus grands musiciens.Inversement, si un cataclysme avait anéanti la totalité de l'œuvre musicale de Beethoven, mais si l'histoire de sa vie avait miraculeusement éch […] Lire la suite

FIDELIO (L. van Beethoven)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 823 mots
  •  • 1 média

Unique opéra de Ludwig van Beethoven, Fidelio connut une genèse difficile, qui explique peut-être qu'en dépit de ses traits de génie, certains, mettant en doute le sens dramatique du compositeur, le jugent imparfaitement réussi. Le livret est une traduction et une adaptation par Joseph von Sonnleithner d'un drame du Français […] Lire la suite

MORT DE BEETHOVEN

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 225 mots

Le 26 mars 1827, Ludwig van Beethoven meurt à Vienne. Considéré par certains comme le premier des romantiques, par d'autres – de culture germanique – comme un musicien intemporel, une sorte de préromantique dont l'impact s'étend bien au-delà de son temps, Beethoven occupe dans l'histoire de la musique une […] Lire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrangement et le respect de l'œuvre originale »  : […] On vient d'examiner les arrangements dans lesquels le but principal recherché était de reconstituer, de rendre vie à des œuvres qui, si tout arrangement était interdit, seraient condamnées à disparaître. Par comparaison avec les arts plastiques, nous pouvons dire que les cas que nous avons évoqués sont ceux de la restauration des œuvres dont l'existence est compromise par le temps. En continuant c […] Lire la suite

ARRAU CLAUDIO (1903-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

Un des derniers représentants de la tradition lisztienne, le pianiste américain d'origine chilienne Claudio Arrau naît à Chillán, au Chili, le 6 février 1903 ; sa mère lui donne les bases de sa formation musicale avant de le confier à un professeur du nom de Paoli. Dès l'âge de cinq ans, il commence une carrière d'enfant prodige avec un récital à Santiago. En 1913, le gouvernement chilien lui oct […] Lire la suite

BACKHAUS WILHELM (1884-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 936 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Objectivité plutôt qu'austérité »  : […] Wilhelm Backhaus est apparu très vite comme le plus pur représentant de la grande tradition germanique. D'abord par le répertoire, qui se resserre, au fil du temps, autour de Bach, Mozart, Haydn, Beethoven – dont il donnera, au disque comme au concert, l'intégrale des sonates et des concertos pour piano –, Schubert, Schumann et Brahms, dont il fut l'un des plus grands interprètes. Par le style ens […] Lire la suite

BARENBOIM DANIEL (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MACIA
  •  • 1 778 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enfant prodige »  : […] Né le 15 novembre 1942 à Buenos Aires (Argentine) de parents juifs d'origine russe, Daniel Barenboim se révèle un musicien très précoce, jouant parfaitement du piano à cinq ans et donnant son premier concert public à l'âge de sept ans. Stimulé par sa mère, elle-même excellente pianiste, il est essentiellement formé par son père. Il le dit lui-même : « Je n'ai jamais eu qu'un seul professeur, mon […] Lire la suite

BASSON

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 003 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Vivaldi laisse trente-neuf concertos pour basson ( fagotto ) et dix-sept concertos pour plusieurs instruments, parmi lesquels le basson. Georg Philipp Telemann (1681-1767), Carl Stamitz (1745-1801) composent pour cet instrument concertos et symphonies concertantes. Wolfgang Amadeus Mozart écrit notamment trois concertos pour basson – deux sont perdus mais il subsiste le magnifique Concerto en si […] Lire la suite

BRENDEL ALFRED (1931- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 741 mots

Dans le chapitre « L'essor discographique »  : […] En 1951, Brendel enregistre, pour un petit label aujourd'hui disparu, S.P.A. (Society of Participating Artists), son premier disque, consacré au Weihnachtsbaum (« L'Arbre de Noël ») de Franz Liszt. C'est le début de l'incroyable aventure discographique de l'un des pianistes les plus enregistrés de l'histoire. Pour S.P.A., il gravera ensuite des disques aussi originaux, où l'on retrouve un Beethov […] Lire la suite

BRENTANO BETTINA (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 803 mots

« Mon âme est une danseuse passionnée ; elle va dansant sur une musique intérieure qu'elle est seule à percevoir », disait d'elle-même cette attirante et inquiétante Bettina, qui pour ses raisonnables détracteurs n'est qu'une extravagante mythomane et, pour ceux qui restent sensibles à ses dons d'enchanteresse, demeure une des plus poétiques intelligences du romantisme allemand. Petite-fille de So […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « BEETHOVEN LUDWIG VAN - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beethoven-reperes-chronologiques/