PLAISIR PRINCIPE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que la recherche du plaisir fasse principe, c'est-à-dire qu'elle contienne une proposition renfermant une détermination générale de la volonté, et à laquelle sont subordonnées plusieurs règles pratiques, c'est une évidence dont les implications s'avèrent difficiles à réaliser. L'auteur du principe de plaisir, Épicure, « se comprenait-il lui-même » — pour reprendre l'expression de Kant — quand, après avoir affirmé la nature corporelle du plaisir, il rangeait parmi les plaisirs la satisfaction intellectuelle et la satisfaction morale ? Ainsi, les mutations propres du sentiment de plaisir dans le champ de l'anthropogenèse conduisent le psychologue et le psychanalyste à rechercher les mécanismes mis en jeu dans sa production.

Deux difficultés caractéristiques se présentent alors, liées à la nature historique de l'acte générateur de plaisir. D'abord, le plaisir qui devrait résider dans l'acte entier ne privilégie-t-il pas, en fait, un des trois moments qui constituent l'opération : conception au niveau du but, réalisation dans le champ des moyens ou contemplation au registre du résultat ? Deuxièmement, le plaisir, qui pourrait se définir négativement par la fuite du déplaisir et la recherche de la détente, s'avère constitutivement lié à l'accroissement de la tension. C'est pourquoi il ne suffit pas de parler de principe de plaisir, mais il faut voir dans le principe de plaisir une règle selon laquelle est gouvernée une force qui improvise, quelles que soient les raisons de cette improvisation. Cependant, si le plaisir est conçu non seulement comme résultat de l'apaisement d'un conflit, mais comme fruit d'une quête, renvoyant à une « faculté de désirer » autonome, la question se pose de savoir dans quelle mesure l'on peut parler, avec Freud, d'un « automatisme » du principe de plaisir.

Concevons, en effet, le principe de réalité comme principe de plaisir amélioré. Tout le problème est alors d'articuler la fonction purement défensive de celui-ci à la découverte, faite aux alentours de 1920, du caractère « compulsionnel » et « démoniaque » de la pulsion : le sujet, loin de chercher le plaisir, se laisse dominer par le besoin de répéter une situation, que celle-ci soit plaisante ou non. La pulsion apparaît comme « représentant psychique » de l'élasticité organique ; c'est une exigence inhérente à l'organisme vivant, qui le pousse à rétablir un état de choses antérieur, que le vivant a été contraint d'abandonner sous la pression de forces perturbatrices extérieures. Par là même, la tendance à la constance échappe au contrôle du principe de plaisir ; et le principe de réalité, loin de former le « détour » nécessaire utilisé par le plaisir pour triompher finalement, constitue le fondement de ce dernier. Par principe de réalité, on entend alors l'aptitude à supporter avec indifférence le déplaisir lié à une situation déjà existante.

L'opposition entre principe de plaisir et principe de réalité reflète ainsi, aux yeux de Freud, une lutte entre inertie et constance, toute la question étant de savoir comment le second principe en vient, non à constituer une modification du premier, mais à se trouver avec lui dans une relation d'antagonisme. Dès l'Esquisse d'une psychologie scientifique, Freud posait le principe de l'inertie neuronique : les neurones tendent à se vider de la quantité d'excitation, et le plaisir correspond à l'écoulement libre de l'énergie. Freud appelle alors « processus primaire » ce déplacement aisé et total de la signification d'une représentation à une autre ; il en montre la caricature dans l'hallucination, qui donne le statut de quasi-réalité à l'objet seulement pensé du désir ; et il oppose aux processus primaires les processus secondaires, dans lesquels l'énergie est liée et maintenue à un certain niveau, suivant le principe de constance ; c'est donc grâce à ces processus que se constitue le « moi-réalité ».

Mais, en 1920, Freud semble inverser les rapports préalablement établis entre inertie et plaisir, d'une part, constance et réalité, de l'autre. Si l'on définit, en effet, avec Fechner le principe de constance comme limite d'une série de cycles répétitifs, le plaisir et le déplaisir pourraient être conçus sur ce modèle comme des fonctions décomposables : tout mouvement rectiligne constitue une superposition d'oscillations rectilignes simples, dotées d'amplitudes, de périodes et d'élongations variables. Il est alors tentant de déduire le principe de plaisir du principe de constance. Cependant, Fechner le notait déjà, l'on ne saurait confondre la tendance et sa réalisation. « La tendance au but ne signifie pas toujours la réalisation du but, celle-ci ne pouvant en général s'opérer que par des approximations. » Autrement dit, on peut croire chercher le plaisir, et désirer la tranquillité, mais force est bien de reconnaître, quand on considère la conduite humaine, que, ou bien le sujet comprend mal son plaisir, ou bien quelque chose en lui est au moins aussi fort que le désir du plaisir.

L'opposition irréductible du désir à toute réalisation déterminée permet sans doute de comprendre comment plaisir et réalité, inertie et constance constituent ces « paires contrastées » qui dominent toute notre vie psychique. Si l'inertie trouble en effet l'ordre antérieur, la constance promeut une unité qui ressemble à la mort. Parallèlement, si tout plaisir suppose un leurre, puisque lié à une proposition imaginaire qui est celle du moi, prendre conscience de la réalité exigerait une abdication du moi. « L'individu est ce qui est à oublier », disait Hegel.

Deux solutions nous sont donc laissées : admettre la nature conflictuelle du sentiment de plaisir et son impuissance à faire principe ; ou bien alors partir d'un dualisme principal, en opposant le plaisir à un autre principe, qu'on appelle celui-ci réalité, constance ou nirvâna.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLAISIR PRINCIPE DE  » est également traité dans :

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'excès originaire »  : […] La drogue est indissociable de ses effets et sa consommation produit chez celui qui en consomme, un « changement d'état subjectif » qui porte en soi la marque indélébile d'une expérience de l'excès, inassimilable à la simple logique du plaisir. Rappelons que, d'un point de vue psychanalytique, le plaisir n'est pas à confondre avec le principe de plaisir. Freud, en érigeant le plaisir en « princip […] Lire la suite

DÉPLAISIR PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 198 mots

En cela qu'il entraîne pour le vivant la nécessité de réduire le développement du désagréable à un minimum, le déplaisir fait principe. La production de déplaisir est en effet liée à l'apparition d'une image mnésique, dans laquelle se répète l'expérience organique de la douleur. Mais, alors que le stimulus provoquant celle-ci est de nature exogène, le déplaisir émane de l'intérieur du corps, lors […] Lire la suite

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « Le domaine du fantasme »  : […] Aussi ne sera-t-on pas étonné de voir que le concept de Versagung joue encore un rôle majeur et explicite dans l'élaboration de la théorie du fantasme, plus précisément à partir du moment où le sort de cette dernière est lié à l'introduction par Freud du narcissisme, soit entre 1912 et 1914. Le narcissisme impliquant un reflux de la libido sur le moi, Freud a été amené, pour introduire ce concept […] Lire la suite

INCONSCIENT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 270 mots

Dans le chapitre « La généalogie de l’inconscient »  : […] Afin de décrire les mécanismes de la psychè, partie invisible mais cependant indiscutable de notre être, Freud élabore des topiques qui sont comme des cartes géographiques de la psychè. La première topique distinguera le Conscient, le Préconscient et l’Inconscient. Mais Freud, découvrant que cette classification, qui donne une place centrale à la conscience, privilégie exagérément celle-ci alor […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « De la critique de Jung à l'Éros »  : […] À quelques années de distance, le supplément aux Trois Essais que l'on vient d'évoquer prolongeait la discussion ouverte en 1912 par la publication de Jung intitulée Wandlungen und Symbole der Libido et dont les thèmes essentiels sont développés par ailleurs [cf.  intérêt ]. Rappelons seulement que, si Jung a développé, en rupture avec Freud, la notion d'une « libido » désexualisée, assimilée, s […] Lire la suite

MÉTAPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michèle BOMPARD-PORTE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Explicitations »  : […] Le point de vue dynamique considère que les formations psychiques – des rêves au caractère, en passant par les symptômes ou les idéaux – sont des processus temporels dont la stabilité est relative. Elles résultent de conflits entre des forces psychiques sous-jacentes, d'origine pulsionnelle, qui se dépensent dans l'entretien desdites formations et peuvent varier, entraînant des changements ou la d […] Lire la suite

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Résistance et narcissisme primaire »  : […] Partons de l'hypothèse que les mots introduisent dans le réel une résistance constante. En effet, les mots n'étant pas ce qu'ils disent (par exemple, « tarte aux fraises », dans le rêve d'Anna Freud, n'est pas une tarte aux fraises réelle), aucune satisfaction immédiate ne saurait être apportée par la simple énonciation de ces mots, sauf dans le cas du rêve et du délire, où les mots jouissent d'e […] Lire la suite

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La castration »  : […] La question décisive du complexe d'Œdipe, c'est celle de sa fin : de ce qui y met fin et pose, à la limite, la nécessité de sa destruction (indique comme limite sa destruction), et pourtant laisse à la fin ce reste, notre destin, cette voix du dehors qui résonne encore en nous. Problème, celui de l'interminable, sur lequel vient buter la pensée de Freud : butée en effet, écueil où doit se briser, […] Lire la suite

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et logique »  : […] Quel est donc le statut de cette vérité historique sur laquelle est entré le sujet dans les phases successives de son développement ? Relève-t-elle d'une logique ? À quel titre cette logique serait-elle appelée à régir la théorie de la pratique psychanalytique ? Quelles incidences enfin la critique de la raison psychanalytique peut-elle avoir dans le registre de la pratique ? Si Lacan a su aborde […] Lire la suite

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vie, destin, création »  : […] La divergence tient à la conception même de l'analyse. « Le but du travail thérapeutique », écrivait Freud en 1927 pour caractériser l'originalité de la psychanalyse par rapport à la méthode cathartique de Breuer, ce but « cessait d'être l' abréaction de l'affect engagé sur des voies erronées, il consistait à découvrir les refoulements et à les résoudre grâce à des activités de jugement, pouvant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « PLAISIR PRINCIPE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-plaisir/