PLAISIR PRINCIPE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que la recherche du plaisir fasse principe, c'est-à-dire qu'elle contienne une proposition renfermant une détermination générale de la volonté, et à laquelle sont subordonnées plusieurs règles pratiques, c'est une évidence dont les implications s'avèrent difficiles à réaliser. L'auteur du principe de plaisir, Épicure, « se comprenait-il lui-même » — pour reprendre l'expression de Kant — quand, après avoir affirmé la nature corporelle du plaisir, il rangeait parmi les plaisirs la satisfaction intellectuelle et la satisfaction morale ? Ainsi, les mutations propres du sentiment de plaisir dans le champ de l'anthropogenèse conduisent le psychologue et le psychanalyste à rechercher les mécanismes mis en jeu dans sa production.

Deux difficultés caractéristiques se présentent alors, liées à la nature historique de l'acte générateur de plaisir. D'abord, le plaisir qui devrait résider dans l'acte entier ne privilégie-t-il pas, en fait, un des trois moments qui constituent l'opération : conception au niveau du but, réalisation dans le champ des moyens ou contemplation au registre du résultat ? Deuxièmement, le plaisir, qui pourrait se définir négativement par la fuite du déplaisir et la recherche de la détente, s'avère constitutivement lié à l'accroissement de la tension. C'est pourquoi il ne suffit pas de parler de principe de plaisir, mais il faut voir dans le principe de plaisir une règle selon laquelle est gouvernée une force qui improvise, quelles que soient les raisons de cette improvisation. Cependant, si le plaisir est conçu non seulement comme résultat de l'apaisement d'un conflit, mais comme fruit d'une quête, renvoyant à une « faculté de désirer » autonome, la question se pose de savoir dans quelle mesure l'on peut parler, avec Freud, d'un « automatisme » du principe de plaisir.

Concevons, en effet, le principe de réalité comme principe de plaisir amélioré. Tout le problème est alors d'articuler la fonction purement défensive de celui-ci à la découverte, faite aux alentours [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAISIR PRINCIPE DE  » est également traité dans :

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 782 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'excès originaire »  : […] La drogue est indissociable de ses effets et sa consommation produit chez celui qui en consomme, un « changement d'état subjectif » qui porte en soi la marque indélébile d'une expérience de l'excès, inassimilable à la simple logique du plaisir. Rappelons que, d'un point de vue psychanalytique, le plaisir n'est pas à confondre avec le principe de plaisir. Freud, en érigeant le plaisir en « princip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/addiction/#i_11458

DÉPLAISIR PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 198 mots

En cela qu'il entraîne pour le vivant la nécessité de réduire le développement du désagréable à un minimum, le déplaisir fait principe. La production de déplaisir est en effet liée à l'apparition d'une image mnésique, dans laquelle se répète l'expérience organique de la douleur. Mais, alors que le stimulus provoquant celle-ci est de nature exogène, le déplaisir émane de l'intérieur du corps, lors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-deplaisir/#i_11458

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « Le domaine du fantasme »  : […] Aussi ne sera-t-on pas étonné de voir que le concept de Versagung joue encore un rôle majeur et explicite dans l'élaboration de la théorie du fantasme, plus précisément à partir du moment où le sort de cette dernière est lié à l'introduction par Freud du narcissisme, soit entre 1912 et 1914. Le narcissisme impliquant un reflux de la libido sur le moi, Freud a été amené, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/#i_11458

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « De la critique de Jung à l'Éros »  : […] À quelques années de distance, le supplément aux Trois Essais que l'on vient d'évoquer prolongeait la discussion ouverte en 1912 par la publication de Jung intitulée Wandlungen und Symbole der Libido et dont les thèmes essentiels sont développés par ailleurs [cf.  intérêt ]. Rappelons seulement que, si Jung a développé, en rup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_11458

MÉTAPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michèle BOMPARD-PORTE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Explicitations »  : […] Le point de vue dynamique considère que les formations psychiques – des rêves au caractère, en passant par les symptômes ou les idéaux – sont des processus temporels dont la stabilité est relative. Elles résultent de conflits entre des forces psychiques sous-jacentes, d'origine pulsionnelle, qui se dépensent dans l'entretien desdites formations et peuvent varier, entraînant des changements ou la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metapsychologie/#i_11458

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Résistance et narcissisme primaire »  : […] Partons de l'hypothèse que les mots introduisent dans le réel une résistance constante. En effet, les mots n'étant pas ce qu'ils disent (par exemple, « tarte aux fraises », dans le rêve d'Anna Freud, n'est pas une tarte aux fraises réelle), aucune satisfaction immédiate ne saurait être apportée par la simple énonciation de ces mots, sauf dans le cas du rêve et du délire, où les mots jouissent d'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_11458

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La castration »  : […] La question décisive du complexe d'Œdipe, c'est celle de sa fin : de ce qui y met fin et pose, à la limite, la nécessité de sa destruction (indique comme limite sa destruction), et pourtant laisse à la fin ce reste, notre destin, cette voix du dehors qui résonne encore en nous. Problème, celui de l'interminable, sur lequel vient buter la pensée de Freud : butée en effet, écueil où doit se briser, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_11458

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et logique »  : […] Quel est donc le statut de cette vérité historique sur laquelle est entré le sujet dans les phases successives de son développement ? Relève-t-elle d'une logique ? À quel titre cette logique serait-elle appelée à régir la théorie de la pratique psychanalytique ? Quelles incidences enfin la critique de la raison psychanalytique peut-elle avoir dans le registre de la pratique ? Si Lacan a su aborde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_11458

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vie, destin, création »  : […] La divergence tient à la conception même de l'analyse. « Le but du travail thérapeutique », écrivait Freud en 1927 pour caractériser l'originalité de la psychanalyse par rapport à la méthode cathartique de Breuer, ce but « cessait d'être l' abréaction de l'affect engagé sur des voies erronées, il consistait à découvrir les refoulements et à les résoudre grâce à des activités de jugement, pouvant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_11458

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Couples d'opposés et polarités dans la genèse du moi »  : […] La succession des étapes de la formation du moi, dont la structure est isomorphe par rapport à la dialectique précédente, met elle-même en jeu, dans le cadre coordonné d'une genèse de l'amour et de la haine, un ensemble complexe de deux systèmes d'opposition ( Gegensätze ), dont l'un se définit comme constitué de trois couples d'opposés ( Gegensatzpaar ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_11458

RÉALITÉ PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 195 mots

Que la réalité doive constituer un « principe », telle est la conclusion nécessaire à laquelle nous conduit toute étude de la folie. Mais il s'agit moins ici d'un principe théorique établissant au sens kantien la possibilité a priori de l'intuition et de la liaison des phénomènes que d'un principe pratique, en vertu duquel le sujet se détermine à pénétrer consciemment la « réalité », mouvement dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-realite/#i_11458

RÊVE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 4 217 mots

Dans le chapitre « La finalité du rêve »  : […] Ces écrasements de choses vues, entendues, ces amputations de paysages, ces ablations et ces collages de visages et de corps, ces anachronies de personnages, de lieux, de conduites, ce sont des balayages de la surface des pensées du rêve par des flux d'énergie libidinale. La raison du rêve, c'est la dépense énergétique. A-t-elle une finalité ? Assurément, dit Freud : le rêve accomplit le désir qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reve/#i_11458

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Sexualité et langage »  : […] Cette difficulté se trouve repérée très tôt dans l'œuvre de Freud et revient à la question de la possibilité de la représentation de l'identique et du différent dans le psychisme. Dans la Traumdentung , par exemple, Freud est amené à construire le schéma d'un appareil psychique qui puisse rendre compte de la figuration dans le rêve d'un désir comme accompli (satisfaction hal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_11458

WINNICOTT DONALD WOODS (1896-1971)

  • Écrit par 
  • François GANTHERET
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « Les concepts principaux »  : […] Le thème majeur de la pensée de Winnicott concerne l'interaction entre un sujet naissant et son entourage. L'enfant vient au monde inachevé, démuni, sans possibilités immédiates de distinguer un intérieur et un extérieur, un moi et un non-moi. Le psychanalyste britannique postule que le besoin interne ressenti par l'enfant lui fait créer, de manière hallucinatoire, un « objet subjectif » apte à ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-woods-winnicott/#i_11458

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « PLAISIR PRINCIPE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-plaisir/