SOUDAN DU SUD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Soudan du Sud : carte physique

Soudan du Sud : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Soudan du Sud : drapeau

Soudan du Sud : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Nomadisme au Soudan

Nomadisme au Soudan
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le peuplement du Soudan du Sud

Le peuplement du Soudan du Sud
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Nom officielSoudan du Sud (SS)
Chef de l'État et du gouvernementSalva Kiir Mayardit (depuis le 9 juillet 2011)
CapitaleDjouba 4
Note : Le transfert de la capitale à Ramciel, approuvé à la fin de l'année 2011, doit se faire par étapes.
Langue officielleanglais 5
Note : L'anglais est la langue officielle de travail ; selon la Constitution, toutes les langues indigènes sont des langues nationales et doivent être respectées, développées et promues.
Unité monétairelivre sud-soudanaise (SSP) 6, 7
Note : La livre sud-soudanaise, mise en circulation le 18 juillet 2011, a remplacé la livre soudanaise en tant qu'unité monétaire officielle.
Population10 205 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)644 329

Histoire

La traite, au centre des rapports Nord/Sud au Soudan

Si de larges pans de l'histoire ancienne du Soudan du Sud restent inconnus, les raids esclavagistes existent dès les royaumes chrétiens ou païens du xive siècle. Les zones touchées sont celles qui aujourd'hui constituent la frontière entre les deux Soudan. Les royaumes du Darfour et de Sennar mènent aussi au xviie siècle des raids mais ces derniers n'ont pas de conséquences démographiques irréversibles. Toutefois, cette situation change à partir du xviiie siècle lorsque des armées d'esclaves sont constituées pour combattre ces royaumes rivaux.

À partir de 1820, la première colonisation du Soudan par le souverain turco-égyptien (le khédive), Mohammed Ali, a des effets délétères sur le Sud-Soudan. L'offensive égyptienne soumet le royaume Shilluk (dont la capitale est Fachoda) et les groupes Dinka qui nomadisent autour du fleuve Bahr el-Arab. Si le pouvoir ottoman, dont dépend le khédive, collecte de l'or et des esclaves pour mener à bien ses conquêtes, il est secondé dans cette mise en coupe réglé du Sud-Soudan par les armées privées de commerçants soudanais et européens à la recherche de main-d'œuvre servile et d'ivoire. La politique fiscale de l'Empire ottoman pousse aussi les Nord-Soudanais à trouver de nouvelles ressources. Ainsi, durant cette période, le trafic d'esclaves connaît une croissance inconnue jusqu'alors. Lorsque les esclaves ne peuvent être exportés, ils sont intégrés à la domesticité des familles soudanaises. Ainsi, de réalité périphérique, l'esclavage devient une composante essentielle de l'économie domestique au Nord-Soudan.

Le soulèvement mahdiste, organisé par Mohammed Ahmed Ibn Abdallah dit Al-Mahdi, contre la domination turco-égyptienne et la puissance coloniale britannique, débuté en 1883, n'altère en rien les logiques économiques pr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : chargé de recherche au Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po
  • : professeur des Universités, Institut français de géopolitique de l'université de Paris-VIII, membre du Centre d'études africaines, C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, chargé de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  SOUDAN DU SUD  » est également traité dans :

SOUDAN DU SUD, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/soudan-du-sud/#i_54448

DJOUBA ou JUBA

  • Écrit par 
  • Alain GASCON
  •  • 491 mots

Djouba (Juba) est la capitale du Soudan du Sud, et celle de l'État sud-soudanais d'Equatoria-Central. Construite dans une région de plateaux à polyculture pluviale, sur la rive gauche du Nil Blanc, Djouba est peuplée de 250 000 à 350 000 habitants (estimation de 2012). Tirant son nom d'une tribu des Bari (un peuple nilotique), Djouba est d'abord un modeste poste administratif et commercial dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djouba-juba/#i_54448

KIIR MAYARDIT SALVA (1951- )

  • Écrit par 
  • Amy MCKENNA
  •  • 566 mots

Ancien leader du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan (M./A.P.L.S.), Salva Kiir Mayardit devient, en 2011, le premier président du Soudan du Sud, après l'indépendance du nouvel État. Il fut, de 2005 à 2011, le président de la région semi-autonome du Soudan du Sud et le vice-président du gouvernement national. Salva Kiir Mayardit est né en 1951 à Akon, au Soudan (auj. au Soudan du Sud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salva-kiir-mayardit/#i_54448

SOUDAN

  • Écrit par 
  • Alain GASCON, 
  • Roland MARCHAL
  •  • 10 536 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La guerre et l'indépendance du Soudan du Sud »  : […] Arrivés au pouvoir en promettant à la population de régler la question du Sud, les islamistes profitent d'abord de la fin de la guerre froide pour aider les mouvements armés éthiopiens et érythréens à prendre le pouvoir à Addis-Abeba et Asmara. Le M/APLS est ainsi obligé d'abandonner son sanctuaire éthiopien. Fruit de cet affaiblissement, le mouvement de John Garang se divise, et Khartoum, plus e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soudan/#i_54448

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland MARCHAL, Alain GASCON, « SOUDAN DU SUD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soudan-du-sud/