ZANDÉ ou AZANDÉ

Installés sur les confins de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), du Soudan du Sud et de la République centrafricaine, les Zandé, ou Azandé, correspondent à un groupe ethnolinguistique de près de 4 millions d'individus à la fin des années 1990. Ils ne forment pas un peuple à proprement parler. Il s'agit plutôt aujourd'hui de tribus vaincues, organisées et encadrées par une aristocratie militaire qui leur a imposé la langue et les coutumes zandé. L'origine des Zandé est hypothétique. Ils seraient venus de la région du lac Tchad et auraient vécu dans la région de Bangassou, où les Nzakara seraient leurs descendants, avant de s'établir entre les fleuves Ouellé et Bomou. Passant autrefois pour anthropophages, ils étaient parfois désignés sous le nom de Niam-Niam.

La société zandé se divise en deux classes très contrastées : les seigneurs (appelés bandja dans l'Ouest et avoungoura dans l'Est) et les serfs. Les Zandé ont vaincu par les armes de nombreux petits peuples dispersés et faibles. Dès qu'un peuple était vaincu, un avoungoura était placé à la tête de la tribu, l'ancien chef ne conservant que ses attributions religieuses. L'avoungoura est chargé d'établir un impôt sur les récoltes et sur l'ivoire, de rendre la justice et surtout d'organiser une armée locale pour razzier les populations voisines non encore soumises. Cette forte organisation militaire explique la rapide expansion d'une petite minorité de conquérants.

Dès le milieu du xixe siècle, les Zandé sont entrés en contact avec les commerçants arabes à la recherche d'ivoire et d'esclaves. Afin de renforcer leur potentiel militaire, les Zandé recevaient en échange des fusils. La traite a ravagé le sud du Soudan et les régions de l'Oubangui et de l'Ouellé pendant un demi-siècle, vidant cette zone de sa population. Après avoir reconnu la souveraineté de l'Égypte en 1879, les sultans zandé ont combattu les colonnes belges avant d'être eux-mêmes vaincus en 1896. Ils ont ensuite pratiqué une politique de collaboration avec l'autorité coloniale, ce qui leur a permis de maintenir leur ascendant sur leurs sujets.

Les filles étaient mariées très jeunes et parfois fiancées quelques heures seulement après leur naissance. Les hommes du peuple n'avaient pas le droit de se marier au sein de leur clan ; mais il arrivait que des nobles se marient avec des parentes même très proches, comme des demi-sœurs du côté paternel ou leurs propres filles. Chaque clan patrilinéaire est associé à un totem, et les Zandé croient qu'à la mort d'un homme l'une des deux âmes dont il est crédité, l'âme du corps, se transforme en l'animal totem de son clan.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ZANDÉ ou AZANDÉ  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Mangbetu, les Azande et les Nzakara »  : […] au niveau des peintures corporelles que dans les grandioses palais princiers repris par les Azande. Ces derniers produisaient également des figurines de divination aux structures schématiques, d'une beauté archaïque. Les Mangbetu ont créé des harpes à cinq cordes au chevillier anthropomorphe, de grands tambours zoomorphes, des trompes royales et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-aires-et-styles/#i_16390

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'équation personnelle du chercheur »  : […] manière dont l'ethnologue peut être situé différemment selon ses interlocuteurs : « Les Azandé ne me permettaient pas de vivre comme l’un d’entre eux ; les Nuer, de vivre autrement. Chez les Azandé, j’étais contraint de vivre hors de la communauté ; chez les Nuer, d’en être membre. Les Azandé me traitaient comme un supérieur, les Nuer, comme un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/#i_16390

CANNIBALISME

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Bernard THIS
  •  • 4 178 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cannibalisme et l'imaginaire »  : […] Les Azandé d'Afrique, qui furent aussi appelés Niam-Niam par les premiers voyageurs, ont eu longtemps en Occident la réputation d'être de féroces cannibales. En réalité, comme l'a montré Evans-Pritchard, ils ne mangeaient que des guerriers tués sur le champ de bataille et des criminels ; et ce cannibalisme, limité seulement à telle ou telle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cannibalisme/#i_16390

DAMPIERRE ÉRIC DE (1928-1998)

  • Écrit par 
  • Henri MENDRAS
  •  • 962 mots

aussi un chercheur de terrain, un ethnographe au sens le plus exigeant du terme. Le hasard d'une commande l'amena en 1954 à Bangassou en pays zandé, à la frontière sud-est de l'Oubangui, devenu en 1958 République centrafricaine. Il retourna tous les ans, jusqu'en 1991, dans ce pays qui était devenu le sien. Il y avait sa maison et cherchait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-de-dampierre/#i_16390

EVANS-PRITCHARD EDWARD EVAN (1902-1973)

  • Écrit par 
  • Raymond ECHES
  •  • 694 mots

Probablement le représentant le plus prestigieux de l'anthropologie britannique, Evans-Pritchard se montre soucieux d'allier le détail recueilli avec soin sur le terrain à l'explication fonctionnelle sans passion. En cela, il fut un élève modéré de Malinowski, mais jamais son disciple. E.-P., comme ses élèves l'appelaient, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-evan-evans-pritchard/#i_16390

SORCELLERIE

  • Écrit par 
  • Denise PAULME, 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 724 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sorcellerie et structures sociales »  : […] transmis aux enfants des deux sexes par leur mère. Evans-Pritchard souligne à propos des Zandé qu'on n'accuse jamais un membre de la famille régnante d'être sorcier, car cela équivaudrait à prétendre que tous ceux de cette lignée le sont, accusation qui retomberait évidemment sur son auteur. En fait, l'idée d'associer toute une lignée à la notion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sorcellerie/#i_16390

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « ZANDÉ ou AZANDÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zande/