SONSAudiométrie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est facile de constater que la sensation sonore dépend des caractéristiques physiques des sons et des bruits. Un son trop faible n'est pas perçu. Un son trop fort provoque une gêne, voire une douleur. Il existe donc des limites d'intensité du stimulus physique hors desquelles l'écoute est impossible. Il en est de même quant à la hauteur ou fréquence des sons. Un son trop grave ne provoque pas de sensation sonore (c'est le cas des trépidations). Un son trop aigu n'est pas perçu (ultrasons). L'oreille ne différencie deux sons en intensité ou en fréquence que lorsque les différences relatives ne sont pas inférieures à certaines limites. Un son intense provoque sur un son moins intense un effet de « masque ». La perception d'un son bref (impulsion) dépend de la durée du stimulus. Il est bien évident que ces diverses caractéristiques, intéressantes à connaître pour les diverses applications (correction auditive, enregistrement et reproduction des sons, mesure des bruits, acoustique architecturale...), dépendent du sujet (âge, sexe, état de santé).

Il convient donc de définir une « oreille moyenne » dont les diverses caractéristiques exprimées sont le résultat statistique d'un très grand nombre de mesures effectuées sur des sujets médicalement sains et d'âge déterminé. Dans ces conditions, on peut définir le seuil d'audition normal.

L'étude métrologique de l'audition ou audiométrie permet de tracer l'audiogramme, graphique en coordonnées rectangulaires sur lequel sont portées en abscisses les fréquences (suivant une échelle logarithmique), et en ordonnées, les pressions sonores minimales déterminant une sensation sonore chez le sujet expérimenté et les valeurs des pressions maximales intolérables (à la limite de la douleur) chez le même sujet.

On obtient ainsi, sur le même graphique : le seuil d'audition et le seuil d'audition intolérable.

L'examen d'un grand nombre de sujets normaux au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Seuils d'audition et intolérable chez l'homme

Seuils d'audition et intolérable chez l'homme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Sensibilité différentielle d'intensité

Sensibilité différentielle d'intensité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Sensibilité différentielle de fréquence

Sensibilité différentielle de fréquence
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Courbes isosoniques

Courbes isosoniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur honoraire au Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur du laboratoire d'électro-acoustique du Conservatoire national des arts et métiers

Classification


Autres références

«  SONS  » est également traité dans :

SONS - Production et propagation des sons

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER, 
  • Jean-Claude RISSET
  •  • 13 384 mots
  •  • 15 médias

La notion de son n'est pas attachée uniquement aux phénomènes aériens responsables de la sensation auditive, mais aussi à tous les autres phénomènes qui sont gouvernés par des principes physiques analogues. C'est ainsi que les perturbations trop « graves » (infrasons) ou trop « aiguës » (ultrasons) pour être perçues par l'oreille humaine sont elles aussi appelées « sons » et que l'on parle de prop […] Lire la suite

SONS - Bruit

  • Écrit par 
  • Pierre BUGARD, 
  • Claude CARLES, 
  • Gérard MANGIANTE
  • , Universalis
  •  • 8 924 mots
  •  • 6 médias

Le bruit provoque, chez la plupart des gens, une sensation désagréable. Il s'agit d'une nuisance à combattre. Pourtant, sur le plan scientifique, il possède une définition très précise et représente un phénomène qui n'occasionne pas de gêne particulière. Du point de vue physiologique, le bruit est un son désagréable et gênant. Un son agréable peut toutefois devenir dangereux pour l'oreille s'il es […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 826 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Écouter sans voir »  : […] Si l'obscurité surgit, on ressent que le monde sonore est d'abord naturellement perçu comme une irruption, une alerte, comme une question posée. Puis, par stabilité, il perd rapidement son caractère d'anomalie pour s'intégrer et concourir à un équilibre normal entre les sensations de l'environnement. Les événements sont reconnus comme une conséquence logique des actions qui surviennent et dont ils […] Lire la suite

ACOUSTIQUE ARCHITECTURALE

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER
  •  • 3 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Acoustique des salles »  : […] L'acoustique des salles est un domaine d'activité où concourent la science, l'art, l'architecture et la psychologie. C'est le champ d'étude de prédilection de l'interaction entre l'homme et son environnement sonore. Dès la plus lointaine antiquité, les esprits curieux ont porté leur attention sur les phénomènes de réflexion, simples ou multiples, et sur les phénomènes de réverbération. Des exemple […] Lire la suite

AMUSIE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 325 mots

L’amusie est un trouble neurologique qui affecte à des degrés variables la perception et la production musicales. Celui-ci ne s’explique pas par une baisse de l’acuité auditive (surdité), une déficience intellectuelle ou motrice. Cette perte sélective de la fonction musicale contraste avec des compétences de langage qui peuvent demeurer intactes tout comme la reconnaissance des voix humaines et d […] Lire la suite

ANTHEIL GEORGE (1900-1959)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 774 mots

Arnold Schönberg écrivit le 21 novembre 1920 : « Si nous vivions à une époque normale – aussi normale que la période antérieure à 1914 –, la musique de notre temps se trouverait dans une situation différente. » Le début du xx e  siècle est en effet marqué par de nombreuses ruptures, au premier rang desquelles la suppression de la tonalité (Schönberg) et une nouvelle conception du temps musical int […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif. En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structuration progressive du système de la langue […] Lire la suite

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Réponse aux sons complexes »  : […] Dans le cas de sons complexes, on peut imaginer que, chaque fréquence correspondant à une région particulière de la membrane basilaire, les mouvements résultants pourront être eux-mêmes assez complexes. On a surtout étudié la situation la plus simple dans laquelle deux sons seulement sont associés. On peut, par exemple, constater qu'une fibre qui répond à un son continu est transitoirement inhibé […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

La psycho-acoustique, branche de la psychophysique, a pour objet l'étude expérimentale des relations quantitatives entre les stimulus acoustiques mesurables physiquement et les réponses de l'ensemble du système auditif : sensations et perceptions auditives. Après avoir établi ces relations, le psycho-acousticien recherche dans le fonctionnement du système neurosensoriel de l'audition des mécanis […] Lire la suite

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Selon qu'un son est engendré par un nombre plus ou moins grand de vibrations à la seconde, nous traduisons la sensation qu'il nous donne par les mots : aigu ou grave, haut ou bas. Ces images ne s'appliquent évidemment qu'à des notions toutes relatives. L'oreille peut reconnaître la hauteur absolue d'un son, mais la musique commence avec les rapports qui s'établissent, dans la durée ou la simultan […] Lire la suite

BRUIT, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 518 mots

Les compositeurs ont toujours manifesté un intérêt pour les sonorités étranges, pour des timbres agressifs, pour des combinaisons sonores originales considérées comme expression musicale à part entière, et l'utilisation du bruit – ou, plus généralement, des bruits – dans les œuvres musicales est une constante, même si son évolution, depuis la mention de l'enclume par Michael Praetorius dans son T […] Lire la suite

CERVEAU ET MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 1 025 mots

Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant des lésions cérébrales et des études en neuro-imagerie que les scientifiques ont réussi à apporter des preuves solides con […] Lire la suite

CHANT DES DUNES

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 408 mots

On recense aujourd'hui dans le monde une trentaine de sites désertiques où l'on peut entendre le « chant des dunes » : un son long, grave, mélodieux et très puissant (100 dB). Marco Polo et Charles Darwin faisaient déjà état de cette musique mystérieuse dans leurs récits de voyage. Un manuscrit chinois du viii e  siècle en fait également mention. Certains comparent ce son à un grondement de tonner […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 482 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'enregistrement sonore »  : […] À l'origine du cinéma sonore, en 1928, le son était enregistré uniquement sous forme d'une piste photographique placée entre le bord des images et les perforations. À cette époque, l'enregistrement magnétique n'étant pas opérationnel, tous les enregistrements destinés au cinéma se faisaient sur un négatif son qui devait être tiré photographiquement sur une émulsion positive pour être reproduit. Le […] Lire la suite

COGNITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Emmanuel BIGAND
  •  • 1 292 mots

Tout comme la couleur, la musique n’existe pas dans la nature. Elle résulte d’une construction de l’esprit. Cette construction repose sur des opérations psychologiques perceptives, intellectuelles, affectives et motrices. Le terme « cognition musicale » désigne l’ensemble de ces opérations. Leur étude scientifique s’inscrit dans le champ des sciences cognitives et relève directement de la psychol […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT COGNITIF ET CÉRÉBRAL EN CAS DE CÉCITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier COLLIGNON, 
  • Virginie CROLLEN
  •  • 1 998 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Différences quantitatives »  : […] La vision est une modalité sensorielle prédominante pour nos interactions avec l’environnement. Au cours de nos déplacements, elle est continuellement intégrée aux signaux auditifs et proprioceptifs que nous percevons. Étant donné le rôle crucial joué par la vision dans le traitement de l’espace, l’étude du traitement spatial chez les aveugles a fait l’objet de nombreuses recherches. La question […] Lire la suite

DOLBY RAY (1933-2013)

  • Écrit par 
  • Michael RAY
  •  • 303 mots

Ingénieur du son et inventeur américain, Ray Dolby, avec la mise au point de techniques permettant d’améliorer la qualité du son, révolutionna l’industrie du disque et du cinéma, tant pour les professionnels que pour le grand public. Ray Milton Dolby naît le 18 janvier 1933, à Portland (Oregon), et grandit à San Francisco en Californie. Dès l’adolescence, il travaille pour l’entreprise californie […] Lire la suite

ENREGISTREMENT

  • Écrit par 
  • Michel CALMET
  •  • 11 294 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « L'enregistrement numérique du son »  : […] La numérisation du son transforme celui-ci en une succession de 0 et de 1. Il perd sa spécificité et on peut l'enregistrer comme un simple document comptable. Selon la richesse du codage adopté, la capacité de mémoire nécessaire peut, pour une seconde de signal audiofréquence, passer de 16 kilo-octets (téléphonie avec F e  = 16 kHz et N = 8) à 176 kilo-octets pour deux voies stéréo de haute fidéli […] Lire la suite

FERRARI LUC (1929-2005)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 790 mots

Le Français Luc Ferrari se situait aux antipodes des compositeurs de « musique nouvelle » de sa génération : Pierre Boulez, Luciano Berio, Karlheinz Stockhausen... Pour les uns, il représentait le compositeur du futur, pour d'autres, un simple créateur à la mode. Luc Ferrari, né le 5 février 1929 à Paris, apprend très jeune le piano. La tuberculose le contraint malheureusement à délaisser un temps […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André DIDIER, « SONS - Audiométrie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-audiometrie/