SÉRICICULTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sériciculture, ou culture de la soie, fut, jusqu'au xie siècle, un secret et un monopole des Asiatiques. Les routes de la soie aboutissaient à Boukhara, puis au golfe Persique et à Smyrne, d'où les Arabes exportaient les tissus précieux en Occident. Au xie siècle, les Italiens s'initient à l'élevage du ver à soie. Au xve siècle, la sériciculture s'étend en Espagne, puis en France (basse vallée du Rhône). En 1938 le Japon produisait encore 80 p. 100 de la soie grège du monde. Lyon et Milan restaient les places principales du négoce de la soie.

L'essentiel de la production est fourni par le Bombyx mori. À Madagascar, la soie provient du landibé (ver indigène) ou de l'araignée à soie qui construit d'énormes nids ; cette soie n'a pas accédé au marché mondial et alimente des manufactures locales.

Ver à soie

Ver à soie

photographie

Élevé depuis plus de 4000 ans, le ver à soie est en fait la chenille du bombyx du mûrier (Bombyx mori). Celle-ci, à peine éclose, se nourrit de feuilles de mûrier pendant plus d'un mois avant de commencer à tisser, avec un fil sécrété par des glandes situées près de la bouche, un cocon... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Le Bombyx mori ne vit que sur le mûrier blanc (Morus alba) et ne consomme que les feuilles du printemps, d'où la nécessité d'un climat à hiver tiède — climat de mousson ou méditerranéen à la limite. De plus, le Bombyx mori a besoin d'une forte humidité et d'une température ambiante de 20 à 25 0C. Deux solutions : élever le ver à la température de l'air (Asie chaude) ou utiliser des chambres chauffées (au Japon, en Europe ; les magnaneries en France). Le massage des feuilles et le traitement des cocons nécessitent une main-d'œuvre abondante et bon marché. Dans tous les pays à salaires élevés, la sériciculture est en position marginale et difficile, ne se justifiant que par l'éloignement de l'Orient. Des crises graves éclatent dès qu'il y a baisse des cours mondiaux. Le Japon domine la production de la soie, les États-Unis sont les plus gros consommateurs. Yokohama et New York font le marché. Les autres pays producteurs sont la Chine, l'U.R.S.S., les pays du Levant, l'Italie (Vénétie). La sériciculture du Vivarais a été ruinée par la pébrine et par la concurrence de la viticulture.

—  Roger BÉTEILLE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  SÉRICICULTURE  » est également traité dans :

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le delta du Yangzi »  : […] À partir de Jiujiang, où le Yangzi reçoit l'eau du lac Poyang et jusqu'à proximité de Nankin, la plaine se réduit à la vallée entre les montagnes de Wannan au sud et les monts Huaiyang ou les basses collines, à moins de 200 mètres, qui les prolongent. Cette vallée est tantôt épanouie et partiellement lacustre, surtout sur la rive gauche, tantôt resserrée en défilés. Un certain nombre de ports fluv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_39114

CNIDOSPORIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 447 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pébrine et les travaux de Pasteur »  : […] Maladie du ver à soie, dont l'agent est Nosema bombycis , la pébrine provoqua la ruine de la soierie française de 1854 à 1867. La maladie se traduit extérieurement par l'apparition de taches brunes en grain de poivre sous la peau, mais la Microsporidie peut attaquer tous les organes. La spore ingérée par la chenille s'ouvre sous l'action de sucs intestinaux, le filament se d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cnidosporidies/#i_39114

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La lutte contre les maladies contagieuses »  : […] En 1867, Pasteur succède à Balard dans la chaire de chimie physiologique de la Sorbonne. Le chercheur dispose désormais d'un laboratoire bien équipé. Mais en 1868, à l'âge de quarante-six ans, il est frappé par une attaque d'hémiplégie cérébrale dont il ne se relèvera que lentement, restant en grande partie paralysé du côté gauche. Sa jambe raide le handicapera beaucoup pour marcher. Il ne pourra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_39114

RHÔNE-ALPES

  • Écrit par 
  • Franck SCHERRER
  •  • 4 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  La révolution industrielle, creuset de l'identité régionale »  : […] Il serait vain de faire remonter une histoire rhônalpine commune à toutes ses parties au-delà de la fin du xviii e  siècle et du début du xix e  siècle, période qui voit les forces économiques de la première révolution industrielle réaliser une unité régionale que l'histoire politique et sociale d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhone-alpes/#i_39114

ROUTE DE LA SOIE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 737 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Découverte et diffusion de la soie »  : […] D’après une légende chinoise, la soie fut découverte vers 2700 avant J.-C. par l’épouse du prince Hoang-Ti, lorsqu’un cocon tomba dans sa tasse de thé et que, voulant l’en retirer, elle déroula le fil. La sériciculture ne se diffusa d’abord qu’en Chine, et son secret était jalousement gardé. En 440 avant J.-C., un prince de Khotan, un royaume en bordure du désert de Takla-Makan, se maria avec une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/route-de-la-soie/#i_39114

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La soie »  : […] Les fils de soie se composent de brins (ou bouts) de très grande longueur (de 400 à 1 200 m) > . C'est de la bave séchée du ver à soie ( Bombyx mori ) . Cette bave est constituée de deux veines de protéine à haut degré d'ordre, la fibroïne (de 75 à 80 p. 100), accolées par un ciment constitué de séricine, protéine à faible degré d'ordre, donnant le grès (de 20 à 25 p. 100), d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_39114

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Chine »  : […] Le ver à soie ( Bombyx mori ) est originaire des provinces septentrionales de la Chine. Les Chinois ont été les premiers à tisser la soie de ses cocons et à produire des étoffes de soie à motifs décoratifs. La vraie soie est le fil continu que l'on obtient en dévidant le cocon émis par le Bombyx . Pour que le fil soit continu, il fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_39114

TURKMÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard DUPAIGNE
  •  • 1 785 mots

Dans le chapitre « Organisation sociale traditionnelle »  : […] Autrefois, chaque concentration de yourtes nomades ne comprenait qu'un seul sous-groupe. La solidarité était fondée sur les liens de parenté ; chaque chef de famille était, en principe, sur un plan d'égalité avec les autres. L'autorité reposait sur la loi écrite musulmane ( shariat ) et sur la loi orale ( adat ) représentant la tradition et que les vieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenes/#i_39114

Pour citer l’article

Roger BÉTEILLE, « SÉRICICULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sericiculture/