JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fonctions du langage définies par Roman Jakobson

Fonctions du langage définies par Roman Jakobson
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


L'exil aux États-Unis : études slaves et linguistique générale

En 1939, l'occupation de la Tchécoslovaquie par les nazis oblige Jakobson à émigrer. Après quelques mois de séjour au Danemark, il passe en Norvège, où le surprend de nouveau l'invasion allemande ; dans des conditions dramatiques, il se réfugie en Suède, où il enseigne un temps à Uppsala. C'est là qu'il publie sa célèbre monographie, Kindersprache, Aphasie und allgemeine Lautgesetze (1940). Dans ce livre, il apporte de nouvelles justifications à sa théorie des oppositions phonologiques binaires, fondées sur l'acquisition du langage par les enfants et sa dégradation dans l'aphasie. Il montre que ces deux processus sont régis par les mêmes principes qui gouvernent la distribution des phonèmes dans les langues du monde. Ce travail, outre ses mérites intrinsèques, a joué un rôle décisif pour attirer l'attention des linguistes sur ces deux domaines, acquisition et troubles du langage.

En 1941, Jakobson s'installe aux États-Unis. Ses débuts y sont difficiles ; beaucoup de linguistes américains, dominés par un empirisme et un béhaviorisme étroits qui lui ont toujours été étrangers, lui sont hostiles. Il trouve un asile à l'École libre des hautes études, fondée par des savants européens exilés, surtout français. C'est là qu'il se lie d'amitié avec Claude Lévi-Strauss. Il enseigne la phonologie, d'abord en français (son cours sera publié beaucoup plus tard), et collabore avec le byzantinologue belge Henri Grégoire à un grand ouvrage sur un récit épique russe du xive siècle, Le Dit du prince Igor. En 1946, il est nommé professeur à l'université Columbia, qu'il quitte en 1949 pour Harvard où, jusqu'à sa retraite en 1967, il enseignera les langues et les littératures slaves, ainsi que la linguistique générale ; à partir de 1957, il sera aussi professeur au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : professeur de première classe à l'université de Paris-VIII, responsable du D.E.A. et de la formation de recherche en linguistique

Classification


Autres références

«  JAKOBSON ROMAN (1896-1982)  » est également traité dans :

ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 898 mots

Roman Jakobson (1896-1982) a contribué aux recherches en grammaire historique du russe et en linguistique structurale, en poétique et en pathologie du langage, en anthropologie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-de-linguistique-generale/#i_1123

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_1123

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les rend mutuellement substituables, catégorie renvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories-linguistiques/#i_1123

CODE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 562 mots

La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les formes auxquelles il est possible d'accéder lors de l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-linguistique/#i_1123

COMMUNICATION - Les processus de la communication

  • Écrit par 
  • Robert PAGÈS
  •  • 6 240 mots

Dans le chapitre « Analyse des messages »  : […] L'analyse des messages dans leurs relations avec les éléments du schéma de communication appelle toutes les formes d'analyse sémiologique et particulièrement d'«  analyse de contenu » ou, mieux, de teneur. De la simple catégorisation des thèmes en vue de leur inventaire quantifié (Berelson, 1952) on passe de plus en plus à des méthodes liées à la fois à la linguistique, à la psycho-socio-linguisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-les-processus-de-la-communication/#i_1123

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fonction référentielle et la fonction phatique »  : […] Dans le chapitre de l' Institution oratoire que l'on vient d'évoquer, qui parle des mains et de la langue universelle qu'elles paraissent constituer, Quintilien écrit : « Pour désigner les lieux et les personnes, n'équivalent-elles pas à des adverbes et à des pronoms ? » C'est ce point que nous examinerons maintenant en étudiant l'application des fonctions référentielle et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-corps-et-langage/#i_1123

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique saussurienne, le formalisme russe, le New Criticism »  : […] Pour le nouveau textualisme français, il y a deux ou trois références plus proches que l'aristotélisme : la linguistique saussurienne, le formalisme russe et le New Criticism anglo-américain, tardivement découverts par une culture littéraire et philosophique parisienne relativement isolée du reste du monde. Quelques principes, extraits du Cours de linguistique générale de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_1123

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les définitions »  : […] Depuis le dernier quart du xix e siècle, beaucoup de définitions du folklore ont été proposées, mais elles sont peu satisfaisantes. Le Standard Dictionary of Folklore, Mythology and Legend en recensaient déjà vingt et une en 1949. On peut les classer d'après les théories, explicites ou sous-jacentes, sur lesquelles elles s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_1123

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage »  : […] L'héritage des formalistes russes est important et varié. Il semble qu'on peut le classer sous trois rubriques. La première est celle des recherches théoriques : manifestes, travaux, études de courts textes-échantillons, recueils d'articles. Il y a dans cet amas de textes du meilleur et du pire, des outrances démodées et des analyses d'une virtuosité inégalée. Les principaux recueils furent les su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_1123

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche sémiotique et poétique du phénomène littéraire  »  : […] Présentées comme les trois moments d'une réflexion, Figures I (1966), Figures II (1969) et Figures III (1972) constituent un ensemble critique complexe. En s'interrogeant sur le texte conçu comme « réserve de formes qui attendent leur sens », Genette interprète les œuvres de manière singulièrement novatrice tout en analysant les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_1123

IGOR

  • Écrit par 
  • René L'HERMITTE
  •  • 1 895 mots

Dans le chapitre « La polémique sur l'authenticité du « Slovo » »  : […] Dès le début, les conditions mystérieuses de l'apparition du Slovo et, comble d'infortune, sa perte dès 1812 amenèrent plusieurs bons esprits à s'interroger sur son authenticité. L'affaire des Chants d'Ossian comme, plus tard, celle des prétendus chants illyriens de La Guzla , de Prosper Mérimée, ne purent que favoriser un certain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/igor/#i_1123

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « Les moyens de la communication : le moment Jakobson »  : […] Un siècle plus tard, Karl Bühler propose une théorie du langage ( Sprachtheorie , 1934) dans laquelle ce n'est plus la représentation de la pensée, mais l'acte de communication qui occupe la place centrale. D'après lui, cet acte engage trois dimensions constitutives : la représentation d'un contenu à communiquer, l'appel en direction du destinataire et l'expression de l'attit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-fonctions-du/#i_1123

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « Les fonctions du langage »  : […] À ces deux dimensions (signe et sens) du langage, la linguistique du xx e  siècle va ajouter une nouvelle complexité en mettant en évidence la pluralité des fonctions du langage , ou plus précisément de la communication. On doit à Roman Jakobson (1896-1982) la théorie la plus satisfaisante sur ce plan. Dans ses différents ouvrages, il part des fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/#i_1123

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Roman Jakobson et André Martinet »  : […] Au carrefour de ces courants multiples, deux œuvres majeures se sont affirmées : celle de Roman Jakobson et celle d'André Martinet. En distinguant, dans l'acte de communication linguistique, les points de vue du locuteur, de l'auditeur, du message, du contexte, du contact, du code, auxquels il fait correspondre les fonctions conative, émotive, poétique, référentielle, phatique, métalinguistique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_1123

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phonétique et phonologie »  : […] La distinction entre phonétique et phonologie, développée par Roman Jakobson et Nikolaï Troubetzkoy, constitue l'un des apports décisifs du cercle linguistique de Prague. La phonétique a pour objet les sons dans leur réalisation concrète indépendamment de leur fonction linguistique, tandis que la phonologie a pour objet les phonèmes. Le phonème est la plus petite unité phonique distinctive (ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_1123

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « La poétique »  : […] La poétique, qui, elle aussi, remonte à Aristote, est l'étude de l'ensemble des procédés constitutifs de l'art poétique (tragédie, épopée, ...) en tant que création verbale. Au cours des siècles, elle s'est trouvée très largement absorbée par la rhétorique, en particulier à travers l'étude des figures. Depuis la fin du xix e  siècle, elle a connu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-le-langage-au-carrefour-des-disciplines/#i_1123

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poétiques »  : […] C'est une combinaison assez différente de linguistique et de littérature qui s'est organisée dans le domaine de la poétique, sur un système d'échanges plus que de complémentarité. On suppose ici que la réponse à la question « qu'est-ce qui fait qu'un texte littéraire est un texte littéraire ? » doit pouvoir être obtenue à l'aide de critères formels dont la linguistique est censée fournir les princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_1123

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Le rôle théorique décisif de la linguistique structurale »  : […] Mais cela n'affecte pas l'importance décisive que prend par ailleurs la possibilité de la science linguistique. Car cette importance n'est pas liée à des résultats empiriques, mais à des décisions théoriques. À cet égard, une seule forme de linguistique a véritablement importé : la linguistique structurale, représentée par la tradition saussurienne et singulièrement par Roman Jakobson. Il ne s'ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_1123

MÉTALANGUE & MÉTALANGAGE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 648 mots

Toute science est tentée de se constituer un savoir sur les outils qu'elle emploie : dès lors que l'on parle, dans n'importe quel langage, sur un autre langage, il y a un phénomène de métalangage. Lorsque ce langage second est organisé lui-même et forme un tout, c'est une métalangue. Si Hilbert a nettement constitué la métamathématique, si les logiciens sont conscients des problèmes que pose pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metalangue-et-metalangage/#i_1123

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Deux extensions remarquables : Jakobson et Lacan »  : […] C'est en un sens une conception analogue que semble avoir Roman Jakobson, mais il donne au terme une extension qui d'un coup efface les frontières relativement restreintes à l'intérieur desquelles il demeurait maintenu. Tant que ces distinctions et définitions sont produites à l'intérieur de la rhétorique classique conçue comme art de persuader, leur extension demeure limitée. Si, en revanche, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_1123

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle métaphorique »  : […] Le deuxième modèle de langage peut ici relayer le premier. C'est, disions-nous, l' énonciation en tant qu'acte de discours qui porte le sens et la référence : ce que l'on dit et ce sur quoi on le dit. Il faut maintenant placer le processus métaphorique sur lequel repose le mythe à l'intérieur de ce cadre d'une « sémantique », dont on vient de montrer l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_1123

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mémoire de l'oreille »  : […] Depuis la fin des années 1960, après les travaux de Havelock et dans le prolongement des enquêtes de Parry, une nouvelle problématique tend à s'imposer qui analyse, dans le monde grec, l'émergence progressive de l'écriture au-dedans d'une civilisation traditionnelle. Havelock a montré de manière décisive que l'épopée homérique, dont Parry avait reconnu l'appartenance à l'oralité, ne pouvait plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-epistemologie-des-mythes/#i_1123

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique : de l'analyse lexicale à la phonologie de Jakobson »  : […] Les linguistes utilisent aujourd'hui les termes d' opposition et de contraste pour désigner toutes formes de rapports de différence, respectivement sur les axes paradigmatique et syntagmatique – distinction que n'avait pas encore effectuée F. de Saussure. Dans l'étude des unités lexicales, des lexèmes, l'analyse linguistique moderne distingue trois sortes de « contraires », ceux-ci étant définis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_1123

PARADIGME, linguistique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 684 mots

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradigme-linguistique/#i_1123

PHONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Léonce DONEUX, 
  • Véronique REY, 
  • Robert VION
  •  • 7 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'identification des phonèmes »  : […] Si les Américains se contentent le plus souvent de définir les phonèmes comme des classes d'allophones, les Européens poursuivent, quant à eux, l'analyse pour les identifier à des ensembles de traits distinctifs. Le phonème se voit ainsi attribuer un trait distinctif définitoire chaque fois que ce trait lui permet, à lui seul, de rester distinct d'un autre phonème avec lequel il est en relation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/#i_1123

PRAGUE CERCLE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 205 mots

Mouvement de réflexion et d'analyse linguistique fondé par le linguiste russe Nicolaï Troubetskoy et par Roman Jakobson, le cercle de Prague connut sa plus grande activité entre 1920 et 1930. Les membres du Cercle mettent l'accent sur la fonction des éléments qui constituent le langage, le contraste de ces éléments entre eux, et le modèle d'ensemble formé par ces contrastes. L'œuvre accomplie par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-prague/#i_1123

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sens et altérité »  : […] C'est, en effet, en tant que refus d'un savoir que le refoulement est originairement conçu. « Quand, à la première entrevue, je demandais à mes malades s'ils se souvenaient de ce qui avait d'abord provoqué le symptôme considéré, les uns prétendaient n'en rien savoir, les autres me rapportaient un fait dont le souvenir, disaient-ils, était vague, et auquel ils ne pouvaient rien ajouter [...]. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_1123

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Problème de l'art romantique en France »  : […] Le romantisme ayant trouvé sa vocation en Allemagne comme mouvement antirationaliste et antifrançais, il n'est pas surprenant qu'il ait eu des difficultés à se redéfinir en France. Il s'est posé à ses débuts comme anticlassique. Mais si cette formule fut assez efficace chez les littérateurs, elle jeta dans l'art une grande confusion. En effet, on assimilait volontiers le concept de classicisme à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_1123

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance »  : […] Lointain dépositaire des grandes leçons de l'école sociologique française, lecteur admiratif de Marcel Granet, dont l'ouvrage Catégories matrimoniales et relations de proximité dans la Chine ancienne a paru en 1939, Lévi-Strauss donne forme à son projet intellectuel pendant la drôle de guerre et plus fondamentalement durant l'exil des années 1940, marquées notamment par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_1123

LES STRUCTURES ÉLÉMENTAIRES DE LA PARENTÉ, Claude Lévi-Strauss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Né à Bruxelles en 1908, Claude Lévi-Strauss découvre l'ethnologie au travers des écrits de Robert Lowie. Après des études de droit et de philosophie à Paris et une agrégation de philosophie (1931), il part en 1935 enseigner la sociologie à São Paulo et c'est au Brésil qu'il conduit ses premières enquêtes ethnographiques. Réfugié aux États-Unis pendant la guerre, il enseigne à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-structures-elementaires-de-la-parente/#i_1123

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_1123

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et linguistique »  : […] La stylistique, cependant, est aussi inséparable de la linguistique, soit comme partie intégrante, soit comme voisine d'un territoire aux lisières incertaines. On peut même soutenir que c'est dans la mouvance de la linguistique que la stylistique s'est historiquement constituée comme discipline autonome. Mais il s'est passé, à ce sujet, quelque chose d'assez curieux. C'est le disciple de Saussure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_1123

TROPES, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 310 mots

La taxinomie des ornements rhétoriques (il faut bien avoir recours à cette périphrase, puisque, dès les Anciens, on estime que le trope porte sur le mot, et la figure sur le groupe de mots) pose des problèmes tant historiques (l'histoire des classements) que théoriques (le fondement des classements). En cette matière, les deux extrêmes sont imaginables : depuis l'énumération fastidieuse de chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropes-linguistique/#i_1123

TROUBETZKOY ou TROUBETSKOÏ NIKOLAÏ SERGUEÏEVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 922 mots

Né à Moscou dans une famille de la haute aristocratie, de père universitaire, Troubetzkoy s'intéresse très tôt (dès l'âge de treize ans) à l'ethnographie, puis à la sociologie et à l'histoire : ses premiers articles sont publiés alors qu'il est à peine âgé de quinze ans. Il entre à l'université, où il étudie la grammaire comparée des langues indo-européennes, pensant trouver dans ce domaine une ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubetzkoy-troubetskoi/#i_1123

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas RUWET, « JAKOBSON ROMAN - (1896-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-jakobson/