Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

Le cercle linguistique de Prague : la phonologie

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson

En 1920, Jakobson s'établit en Tchécoslovaquie, où il vivra jusqu'en 1939 ; malgré certaines oppositions officielles, il y enseignera, à l'université Mazaryk de Brno. Pendant cette période, son génie scientifique s'épanouit pleinement. Son activité est intimement liée à celle du cercle linguistique de Prague. Il participe à sa fondation, en 1926, en est nommé vice-président, et s'en montre un des porte-parole les plus incisifs. En collaboration étroite avec N. S. Troubetzkoy, il jette les bases de la doctrine phonologique, notamment de la théorie des oppositions distinctives ; dans ses « Observations sur le classement phonologique des consonnes » (1939), il esquisse sa conception des oppositions distinctives binaires : le système phonologique de chaque langue se laisse ramener à un petit nombre d'oppositions binaires, prises dans un inventaire universel relativement limité ; le phonème n'est donc pas la plus petite unité phonologique, et les consonnes comme les voyelles se laissent analyser en termes des mêmes oppositions. En phonologie, Jakobson ne se borne pas à l'étude synchronique de langues isolées. Il jette les bases d'une théorie phonologique universelle, et apporte des contributions essentielles à la géographie linguistique (étude des aires) et à la phonologie diachronique : dans ses « Remarques sur l'évolution phonologique du russe... » (1929), il entreprend de montrer que la structure d'un système phonologique joue un rôle crucial dans l'évolution. Il prend ainsi le contre-pied de la conception atomistique des néo-grammairiens, dépassant en même temps Saussure qui, « structuraliste » en synchronie, était proche des néo-grammairiens en diachronie. Durant cette période tchécoslovaque, l'activité de Jakobson ne se borne pas à la phonologie. Il publie des études sur la théorie linguistique générale (notions de marque, de signe « zéro »), la morphologie (études sur les cas, les aspects verbaux, etc.), la culture et la littérature slaves médiévales, le folklore, la sociolinguistique, la métrique, la poétique (voir ses études sur Maïakovski et sur la prose de Pasternak), et même le cinéma, le théâtre et la peinture.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de première classe à l'université de Paris-VIII, responsable du D.E.A. et de la formation de recherche en linguistique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson

Fonctions du langage définies par Roman Jakobson

Fonctions du langage définies par Roman Jakobson

Autres références

  • ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture

    • Écrit par Gabriel BERGOUNIOUX
    • 897 mots

    Roman Jakobson (1896-1982) a contribué aux recherches en grammaire historique du russe et en linguistique structurale, en poétique et en pathologie du langage, en anthropologie et en théorie de la communication, en histoire de la linguistique et en philosophie. Plusieurs de ces disciplines sont abordées...

  • ALLÉGORIE, notion d'

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 1 454 mots
    ...décision d'interpréter », à l'origine à la fois de la tradition allégorique et symbolique, de la tradition philologique, et de l'herméneutique. Roman Jakobson considère la métaphore comme un des deux « pôles », avec la métonymie, de la structure discursive elle-même ; le pôle métaphorique domine...
  • ROMANTISME

    • Écrit par Henri PEYRE, Henri ZERNER
    • 22 170 mots
    • 24 médias
    L'opposition entre le romantisme et le réalisme a été reprise dans les années 1960 dans une note extrêmement suggestive de Roman Jakobson (Essais de linguistique générale), lequel y voit une polarité fondamentale de l'histoire de l'art (de la littérature aussi bien que des arts plastiques). À cette...
  • CATÉGORIES LINGUISTIQUES

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 287 mots

    Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments...

  • CODE, linguistique

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 560 mots

    La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose...

  • Afficher les 33 références

Voir aussi