CODE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les formes auxquelles il est possible d'accéder lors de l'opération de l'encodage, appelée aussi production. Ce que sont exactement ces règles et ce programme d'accès à la mémoire, et notamment s'il s'agit d'engrammes innés, d'un apprentissage fondé sur des lois statistiques de probabilité, on ne le sait au juste et il est probable que toute réponse à cette question sera pour longtemps encore entachée de spéculation, car beaucoup trop de facteurs — culturel, affectif, biochimique — sont en jeu, et ils sont encore trop mal connus.

Quoi qu'il en soit, c'est du code que partent les instructions transmises physiologiquement à l'appareil moteur qui les réalisera (la phonation, les mimiques et le comportement gestuel). C'est de façon inverse, mais non symétrique, que se passe le décodage chez le récepteur, processus également appelé reconnaissance : les ondes transmises et transformées en signaux sont probablement confrontées avec ce qui existe de plus proche dans la mémoire et au besoin y prennent place. Il est bien évident que ce schéma n'est jamais réalisé de façon optimale, mais qu'il faut accorder une certaine importance au bruit, qui vient perturber la communication. C'est pourquoi le code est souvent invoqué à l'intérieur même du message, notamment dans les énoncés tautologiques, ce qui définit la fonction métalinguistique du langage (« un batracien anoure est un batracien privé d'appendice caudal », « l'appendice caudal est... », etc.).

Comme le message est avant tout destiné à véhiculer une information, il est inimaginable qu'un discours soit purement axé sur le code : il faut se rappeler du reste que chacun de ces deux concepts n'a d'existenc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CODE, linguistique  » est également traité dans :

AGRAMMATICALITÉ

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 477 mots

Une phrase est réputée agrammaticale lorsqu'elle est incompatible avec les schèmes qui régissent la structure et le fonctionnement de la langue où elle est émise. En raison des différents niveaux où l'on peut se placer pour apprécier la manière dont un code est violé par une production de parole, il faut soigneusement distinguer des concepts qui lui sont voisins la notion, souvent fort opératoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrammaticalite/#i_20419

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les rend mutuellement substituables, catégorie renvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories-linguistiques/#i_20419

COMMUNICATION - Les processus de la communication

  • Écrit par 
  • Robert PAGÈS
  •  • 6 240 mots

L'évolution qui a marqué les problèmes de la communication dans le monde contemporain s'inscrit dans la terminologie, elle-même reflet de la conceptualisation. En français comme en anglais, tend à se constituer une opposition entre deux sens du mot « communication » : celui de possibilité de passage ou de transport entre deux points (on parle alors de voies de communication) ; celui de transmissio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-les-processus-de-la-communication/#i_20419

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 982 mots

La prise en considération systématique de l' énonciation n'est devenue habituelle que depuis les années 1960, à l'intérieur de la linguistique dite moderne ou scientifique. Bien qu'on puisse déjà observer cette attitude dans divers ouvrages de Charles Bally ou d'Henri Frei, sa popularité date des Problèmes de linguistique générale d'Émile Benveniste (1966), dont la section V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonciation/#i_20419

FÓNAGY IVÁN (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Ferenc KIEFER
  •  • 550 mots

Linguiste de renommée internationale, Iván Fónagy est né à Budapest en 1920. Il acquiert une formation de niveau européen à l'université Pázmány Péter – notamment avec Gyula Laziczius, représentant notable du cercle de Prague –, à Kolozsvár et à Paris. Il termine en 1949 ses études en littérature et langue françaises, en langue allemande et en phonétique, et devient chercheur à l'Institut linguist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-fonagy/#i_20419

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « Les fonctions du langage »  : […] À ces deux dimensions (signe et sens) du langage, la linguistique du xx e  siècle va ajouter une nouvelle complexité en mettant en évidence la pluralité des fonctions du langage , ou plus précisément de la communication. On doit à Roman Jakobson (1896-1982) la théorie la plus satisfaisante sur ce plan. Dans ses différents ouvrages, il part des fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/#i_20419

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Linguistique et sciences de la nature »  : […] Nous avons comparé jusqu'ici le code verbal avec d'autres systèmes de signes qui présupposent le langage qui l'accompagne et qui sont susceptibles d'être traduits dans le registre verbal. Les comparaisons auxquelles on va procéder maintenant en recourant aux sciences de la nature font apparaître des isomorphismes qui ne supposent plus du tout l'antériorité du langage humain. C'est l'intérêt philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_20419

LOCUTEUR

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 606 mots

Dans le schéma de communication, on donne le nom de locuteur à la personne qui parle ; on l'appelle aussi parfois émetteur ou destinateur. Le locuteur s'oppose alors à l'auditeur ou, dans ces autres terminologies, au récepteur ou destinataire. La notion de locuteur a l'avantage de cerner une fonction mobile dans la situation de parole, ce qui a des implications à la fois psycho-linguistiques et sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/locuteur/#i_20419

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Codage et transmission »  : […] Les structures de durée et de mélodie du slogan ou du chant ne sont généralement pas déductibles des paroles, puisqu'une même expression grammaticale peut le plus souvent se rythmer et se chanter d'un grand nombre de manières différentes. Elles se perçoivent ou se transmettent donc d'ordinaire soit par l'audition (culture orale), soit, dans l'écrit, par l'adjonction d'une notation codifiée (écritu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_20419

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche symboliste : le rituel « dit quelque chose » »  : […] V. Turner, par ailleurs, a élaboré une théorie remarquable du symbolisme rituel, à propos de rites relatifs aux accidents de la vie individuelle (maladies, infortunes, stérilité, etc.) qu'il appelle « rites d'affliction ». Il analyse leur signification ( meaning ) et la « syntaxe » de leur symbolisme en y distinguant trois niveaux : la dimension de l'exégèse indigène (pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_20419

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_20419

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Vers la sémiostylistique »  : […] De la sorte, on reste en présence de la dialectique du plural et du singulier, du différentiel et du typique. Et l'on est confronté aux prestiges de la plus puissante des figures, seul outil véritablement fiable d'investigation, et unique structuration objectale des faits étudiés : la répétition. Ce n'est pas par hasard qu'aujourd'hui, dans une vraie modernité au-delà la statistique lexicale, Pie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_20419

SYMBOLE

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 5 520 mots

Dans le chapitre « Pour une interprétation sociologique des faits de symbolisme »  : […] Le champ du symbole peut-il être limité ? Il semble que non. Il est peu de pratiques sociales, peu de conduites culturelles qui n'en soient imprégnées. La mode, la publicité, l'urbanisme, l'architecture, le discours politique (en entendant par ce terme la continuité des messages politiques transmis à l'intérieur d'une société donnée) sont tous porteurs de symbolisme. Tout semble autoriser une inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbole/#i_20419

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « CODE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-linguistique/