Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CODE, linguistique

La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les formes auxquelles il est possible d'accéder lors de l'opération de l'encodage, appelée aussi production. Ce que sont exactement ces règles et ce programme d'accès à la mémoire, et notamment s'il s'agit d'engrammes innés, d'un apprentissage fondé sur des lois statistiques de probabilité, on ne le sait au juste et il est probable que toute réponse à cette question sera pour longtemps encore entachée de spéculation, car beaucoup trop de facteurs — culturel, affectif, biochimique — sont en jeu, et ils sont encore trop mal connus.

Quoi qu'il en soit, c'est du code que partent les instructions transmises physiologiquement à l'appareil moteur qui les réalisera (la phonation, les mimiques et le comportement gestuel). C'est de façon inverse, mais non symétrique, que se passe le décodage chez le récepteur, processus également appelé reconnaissance : les ondes transmises et transformées en signaux sont probablement confrontées avec ce qui existe de plus proche dans la mémoire et au besoin y prennent place. Il est bien évident que ce schéma n'est jamais réalisé de façon optimale, mais qu'il faut accorder une certaine importance au bruit, qui vient perturber la communication. C'est pourquoi le code est souvent invoqué à l'intérieur même du message, notamment dans les énoncés tautologiques, ce qui définit la fonction métalinguistique du langage (« un batracien anoure est un batracien privé d'appendice caudal », « l'appendice caudal est... », etc.).

Comme le message est avant tout destiné à véhiculer une information, il est inimaginable qu'un discours soit purement axé sur le code : il faut se rappeler du reste que chacun de ces deux concepts n'a d'existence que par rapport à l'autre, et que le code ne peut se concevoir que comme l'ensemble des conventions auxquelles se réfèrent les partenaires lors de la communication effectuée par le message. Saussure et Jakobson ont eu recours à cette opposition structurale, le premier en la dénommant langue/parole et pour souligner le caractère social, transindividuel de l'institution langagière (personne ne peut par sa volonté modifier les lois de fonctionnement de la communication, qui, pourtant, évoluent dans le temps), le second, d'une façon bien plus axée sur la théorie de la communication, pour mettre au jour les principes d'une « poétique » au sens large et même d'une grammaire. Pour lui, en effet, pas plus que pour un autre, il n'y a de linguistique particulière au code, mais il y a une formalisation possible des interférences du code dans le message, dont, par exemple, la théorie des embrayeurs (éléments non référenciés, comme je) et la substitution ou transfert grammatical le long de l'axe paradigmatique, source de métaphores, sont des illustrations.

— Robert SCTRICK

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGRAMMATICALITÉ

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 478 mots

    Une phrase est réputée agrammaticale lorsqu'elle est incompatible avec les schèmes qui régissent la structure et le fonctionnement de la langue où elle est émise.

    En raison des différents niveaux où l'on peut se placer pour apprécier la manière dont un code est violé par une production...

  • CATÉGORIES LINGUISTIQUES

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 287 mots

    Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments...

  • COMMUNICATION - Les processus de la communication

    • Écrit par Robert PAGÈS
    • 6 234 mots

    L'évolution qui a marqué les problèmes de la communication dans le monde contemporain s'inscrit dans la terminologie, elle-même reflet de la conceptualisation. En français comme en anglais, tend à se constituer une opposition entre deux sens du mot « communication » : celui de possibilité de...

  • ÉNONCIATION

    • Écrit par Oswald DUCROT
    • 7 958 mots

    La prise en considération systématique de l' énonciation n'est devenue habituelle que depuis les années 1960, à l'intérieur de la linguistique dite moderne ou scientifique. Bien qu'on puisse déjà observer cette attitude dans divers ouvrages de Charles Bally ou d'Henri Frei,...

  • Afficher les 13 références

Voir aussi