ROBERT MARTHE (1914-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Paris dans une famille très modeste, remarquée par ses professeurs, Marthe Robert bénéficie, dès ses études secondaires, d'une bourse lui permettant de séjourner en Allemagne. La rencontre avec ce pays, sa langue et sa littérature est décisive pour l'orientation de sa vocation littéraire. Son premier livre publié est une Introduction à la lecture de Kafka (1946), un écrivain dont l'œuvre tient une place majeure dans sa bibliographie.

Au café du Dôme, elle fait la connaissance d'Arthur Adamov et d'Antonin Artaud. Roger Gilbert-Lecomte fait également partie de ses proches. Au cours de ses séjours en Allemagne, elle noue des contacts avec le Bauhaus : son premier mari, Jacques Germain, est un peintre proche de ce courant artistique. En 1941, elle rencontre Michel de M'Uzan, dont elle deviendra plus tard la femme. En 1946, elle participe très activement, avec Arthur Adamov, au retour d'Antonin Artaud à Paris.

Sa culture allemande la met en contact avec l'œuvre de Freud. Mais c'est au début des années 1950, alors que Michel de M'Uzan entreprend une formation de psychanalyste, qu'elle entame une véritable démarche dans ce sens : elle fait une psychanalyse et écrit une série d'émissions radiophoniques, parcours de l'œuvre de Freud entremêlé de citations, qui donnera lieu à un classique : La Révolution psychanalytique. La vie et l'œuvre de Freud (1964).

L'origine de la rencontre de Marthe Robert avec le judaïsme est moins facile à cerner. Sans doute y a-t-elle été conduite par des évidences historiques et culturelles, par la constatation que Marx, Einstein, Freud et Kafka, « pionniers de la modernité, ont ceci de commun qu'ils sont et restent juifs ». Elle construit son livre D'Œdipe à Moïse, Freud et la conscience juive (1974) autour d'idées émises par Freud lui-même sur la genèse de son œuvre : juif, son esprit n'était pas encombré, comme celui d'un chrétien, par des croyances et des dogmes ; juif, il était condamné à vivre en marge du conformisme viennois ; juif, il était « prêt comme ses ancêtres défendant leur Temple à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROBERT MARTHE (1914-1996)  » est également traité dans :

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Dans le chapitre « L'inconscient pour l'inconscient »  : […] Un léger retour en arrière nous conduit à prendre en considération une autre ligne des investigations de Freud en matière d'art. Sonder les grandes œuvres avec les outils de la psychanalyse donne parfois des informations sur l'esprit humain, plus particulièrement sur des constantes du comportement et des usages si fréquents, si répandus dans les différentes sociétés qu'on ne sait plus très bien di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-psychanalyse/#i_93601

ROMAN FAMILIAL

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 848 mots

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la condition du progrès de la société. Le roma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-familial/#i_93601

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « ROBERT MARTHE - (1914-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marthe-robert/