PIANO RENZO (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un travail sur la lumière

Piano aime manier ces géométries complexes que l'ordinateur permet de calculer. Ainsi pour le stade de Bari (1990), le centre commercial de Bercy (1990), l'aéroport international du Kansaï, construit sur une île artificielle dans la baie d'Ōsaka (1994), bâtiment de 1,7 km de longueur dont l'impressionnante structure se déploie en un souple mouvement organique qui fait écho au mouvement des vagues environnantes. Ainsi pour un pont en arc dans l'archipel d'Ushibuka au Japon (1995), le centre de la Science et de la Technologie d'Amsterdam, qui offre sur son toit une place surélevée (1997), le centre de design de Mercedes-Benz près de Stuttgart (1998), les trois salles de l'auditorium de Rome (1994-2002) ou le gratte-ciel de 200 mètres pour Sydney (1997-2000).

Renzo Piano anime une équipe d'une centaine de collaborateurs dans ses agences de Paris, Berlin et Gênes, regroupées sous le nom de Renzo Piano Building Workshop (R.P.B.W.). En 1995, il établit un cabinet d'architecture et de recherche à Tōkyō. Fondée sur une éthique du métier, sa méthode privilégie le « faire », qu'il entend sur un mode presque artisanal. Il insiste sur la compétence sans cesse reconstruite, le goût de l'étude et du chantier, plus que sur l'œuvre achevée. Il prend ses modèles chez les grands ingénieurs-constructeurs plutôt que chez les architectes, et aspire à fonder un humanisme moderne, technologiste et mesuré, qui saurait combiner permanence et mobilité, légèreté et transparence, et privilégierait les éléments immatériels de l'émotion spatiale.

Dans les années 2000, Renzo Piano est contacté pour la conception de musées et de galeries d'art, comme le Nasher Sculpture Center à Dallas (2003) et pour l'extension du High Museum of Art d'Atlanta (2005). Ces deux musées bénéficient d'un toit comportant une structure d'écran solaire (celui de Dallas est inspiré de la forme des coquillages) et étudié pour permettre une modulation naturelle de l'éclairage dans les salles d'exposition.

Pour Hermès Japon (2001) à Tōkyō réalise deux tours compos [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Centre Georges-Pompidou, terrasse

Centre Georges-Pompidou, terrasse
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Magasin Peek & Cloppenburg, Cologne, R. Piano

Magasin Peek & Cloppenburg, Cologne, R. Piano
Crédits : R. Hackenberg/ AKG

photographie

Centre Paul-Klee, Berne, R. Piano

Centre Paul-Klee, Berne, R. Piano
Crédits : Rodemann/ Schütze/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIANO RENZO (1937- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Fuller et son principe, n […] Lire la suite

BERLIN

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT, 
  • François REITEL
  •  • 5 909 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La métropole inachevée »  : […] Depuis 1990, les grands chantiers du « nouveau Berlin » donnent à la ville un caractère de métropole. La réduction de la périphérie intérieure s’effectue sur la base de périmètres de reconversion urbaine et s’incarne dans des opérations de prestige. La réhabilitation du Reichstag (coupole de verre dessinée par l’architecte Norman Foster) ou des immeubles du quartier de la Leipzigerstrasse où sont […] Lire la suite

CENTRE NATIONAL D'ART & DE CULTURE GEORGES-POMPIDOU

  • Écrit par 
  • Bernadette DUFRÊNE
  •  • 2 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Une grande idée logée » (Francis Ponge) : la pluridisciplinarité »  : […] Aux origines du Centre, un concours de circonstances a permis la réalisation d'une idée qui allait imposer une conception de la culture rompant avec les cloisonnements académiques hérités du xix e  siècle. La pluridisciplinarité du Centre telle que nous la connaissons, regroupant arts visuels, livre, spectacle vivant, s'est en effet construite progressivement. Dans sa lettre à Edmond Michelet, le […] Lire la suite

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1943-1959 Musée Guggenheim, New York , Frank Lloyd Wright (1867-1959). L'architecte applique une conception originale du parcours muséal, en créant une rampe hélicoïdale qui mène le visiteur jusqu'au sommet du musée. Ce schéma rend toutefois impossible une libre déambulation à travers l'espace. 1961-1962 Musée d'Oakland, Californie, Kevin Roche (1922-2019). L'architecte refuse toute construction […] Lire la suite

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'architecture urbaine »  : […] L'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République, en 1974, marque la fin de la construction des tours dans Paris – entamés en 1970, les Orgues de Flandre ( xix e ) de Martin van Treeck sont néanmoins achevés en 1978. L'inauguration, en 1977, du Centre national Georges-Pompidou ( iv e ) conçu en 1971 par Renzo Piano et Richard Rogers, symbolise quant à elle la fin de la pér […] Lire la suite

ROGERS RICHARD (1933- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 2 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une architecture manifeste : Beaubourg »  : […] Ce sont ensuite des années difficiles pour Richard Rogers, qui construit peu. La maison Spender, dans l'Essex, puis celle de ses parents à Wimbledon, abritées sous des successions régulières de larges portiques métalliques, lui permettent de développer ses recherches sur les matériaux au fini parfait et d'une esthétique puriste. Il mène par ailleurs l'étude d'un système de coques industrialisées […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François CHASLIN, « PIANO RENZO (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/renzo-piano/