FOSTER NORMAN (1935- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Souvent appelé high tech (de high technology), un courant très particulier de l'architecture contemporaine s'est développé, principalement en Grande-Bretagne, dans les années 1970. Il se distingue par la légèreté inaccoutumée de ses structures, l'élégance, le raffinement parfois un peu affecté de ses procédés constructifs, l'emploi renouvelé du fer, du verre, des réseaux de câbles tendus et par l'utilisation des matériaux les plus récents. Perçu comme un regain d'optimisme et de confiance en la modernité, ce courant tend vers un dépassement de l'architecture moderne internationale, que certains esprits déclaraient exténuée et qui a eu à subir les assauts négateurs du post-modernisme et des tendances historicistes.

Londres: le pont du Millenium et la cathédrale Saint-Paul

Londres: le pont du Millenium et la cathédrale Saint-Paul

Photographie

Le pont du Millenium, construit par Norman Foster, relie la cathédrale Saint-Paul (au fond) à la Tate Gallery. 

Crédits : R. Mattes/ Getty

Afficher

Mis à part le Génois Renzo Piano, ses chefs de file représentent une toute petite cohorte de professionnels anglo-saxons de la même génération. Formés ensemble, ils ont souvent travaillé conjointement : Michael Hopkins, Nicholas Grimshaw, Peter Rice, et surtout Richard Rogers (qui construisit à Paris avec Piano le Centre Pompidou, premier édifice high tech et longtemps le seul du genre) et son ancien associé Norman Foster. L'un et l'autre ont achevé en 1986 leur œuvre majeure : pour Rogers le nouveau siège des Lloyd's, au cœur de la City de Londres, pour Foster la tour de la Hong Kong and Shanghai Bank à Hong Kong. L'un et l'autre eurent l'insigne honneur d'être exposés à la Royal Academy of Arts de Londres, en compagnie de leur aîné James Stirling.

Une architecture de la flexibilité

Norman Robert Foster est né en 1935 dans une famille modeste de Manchester. Ce n'est qu'à vingt et un ans, après deux années de service militaire dans la Royal Air Force (qui devaient laisser en lui des traces profondes), qu'il entreprit ses études d'architecture, d'abord dans sa ville natale puis aux États-Unis, à Yale, où enseignaient Paul Rudolph, James Stirling [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOSTER NORMAN (1935- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Fuller et son principe, n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_99039

ROGERS RICHARD (1933- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 2 478 mots
  •  • 3 médias

L'architecture anglaise est dominée par deux créateurs à la sensibilité très différente qui forment les deux pôles du courant high tech : Norman Foster, discipliné à l'extrême, rigoureux comme un ingénieur et soucieux de perfection plastique, et son ancien associé Richard Rogers, plus complexe, moins attaché à l'objet fini qu'au processus de sa mise en œuvre, à la dynamique dans laquelle il s'ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rogers/#i_99039

TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL

  • Écrit par 
  • Élisabeth PÉLEGRIN-GENEL
  •  • 6 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des tours « écologiques » ?  »  : […] Les Européens s'investissent rapidement dans ces recherches environnementales. La première « tour verte » est construite en 1997 par Foster à Francfort pour la Commerzbank. Un plan triangulaire avec trois branches qui entourent un immense atrium central apportant lumière et ventilation naturelle. Les bureaux occupent deux « pétales », le troisième étant aménagé en jardin sous une quadruple haute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-de-grande-hauteur-gratte-ciel/#i_99039

Pour citer l’article

François CHASLIN, « FOSTER NORMAN (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/norman-foster/