NOUMÉA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa

Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa
Crédits : Jean-Christophe Gay

photographie

Zone industrielle de Ducos, Nouméa

Zone industrielle de Ducos, Nouméa
Crédits : Jean-Christophe Gay

photographie


Nouméa est le chef-lieu de la Nouvelle-Calédonie. En 1854, l’année suivant la prise de possession de ce territoire par la France, le capitaine de vaisseau Tardy de Montravel fonde Port-de-France, rebaptisée Nouméa en 1866. Le site est choisi pour ses qualités nautiques : une vaste rade en eaux profondes, bien abritée et accessible par deux larges passes. Judicieux sur le plan militaire, ce choix pose des problèmes en matière d’urbanisation, en raison du système de presqu’îles très découpées, du relief vallonné, du littoral à marécages ou mangroves, et du manque d’eau douce. Il faut remblayer de nombreux fonds de baies au cours du temps, les espaces gagnés sur la mer représentant aujourd’hui le sixième du territoire de la commune de Nouméa. Des captages successifs sur la Yahoué (1875-1877), la Dumbéa (1892-1953) et la Tontouta (1999-2001) permettent d’alimenter en eau une localité en plein essor. Comme dans le reste de l’outre-mer, on opte pour le plan orthogonal en centre-ville, mais le damier colonial est débordé à partir du début du xxe siècle avec le développement des faubourgs, tels le quartier Latin ou le faubourg Blanchot. L’essor industriel de l’usine métallurgique de la Société Le Nickel (SLN) à Doniambo provoque l’apparition d’îlots d’habitat dans ce secteur et à Ducos ou Rivière-Salée dans les années 1950. La ville continue de s’étaler, dans les vallées des Colons ou du Tir, sur les collines et le long des baies au sud. À partir du milieu des années 1960, les communes de Dumbéa, de Païta et du Mont-Dore sont concernées et l’île Nou est reliée à la ville en 1974, devenant la presqu’île de Nouville.

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Nouvelle-Calédonie [France]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Nouméa est longtemps restée une ville coloniale et européenne. En témoigne la place dévolue aux Kanak qui, jusqu’à la fin du régime de l’indigénat, en 1945, n’étaient pas libres de leur déplacement, tout particulièrement à Nouméa, dont l’accès était réglementé et dans laquelle ils ne pouvaient pas circuler après 20 heures. Jadis à peine admis, les Kanak ont progressivement investi la ville, devenue également attractive pour d’autres Océaniens, des Wallisiens et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, professeur des Universités, université de Nice Sophia-Antipolis

Classification


Autres références

«  NOUMÉA  » est également traité dans :

NOUVELLE-CALÉDONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 4 998 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les enjeux socio-spatiaux actuels »  : […] De tout l’outre-mer français, la Nouvelle-Calédonie est le territoire où la domination de la ville principale est la plus forte, puisque l’agglomération de Nouméa, appelée « Grand Nouméa », concentre un peu plus des deux tiers de la population néo-calédonienne, contre un tiers en 1956, si l’on considère que les quatre communes qui la composent (Nouméa, Païta, Mont-Dore et Dumbéa) en font intégral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-caledonie/#i_30172

OCÉANIE - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 537 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Le climat »  : […] Si nous laissons de côté l'Australie dont la partie méridionale a un climat tempéré et le Centre-Ouest un climat aride, ainsi que la Nouvelle-Zélande qui a un climat tempéré océanique, les archipels océaniens sont tous situés dans la zone tropicale. Ils jouissent donc d'un climat chaud ; à proximité de l'équateur, les températures moyennes sont de 26-27  0 C et l'amplitude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-physique/#i_30172

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 725 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Une croissance démographique rapide »  : […] Alors que, à la fin du xix e  siècle, les populations indigènes d'Océanie étaient encore en recul, et paraissaient même parfois vouées à l'extinction, les premières décennies du xx e  siècle ont vu un total renversement de la tendance qui n'a fait que se confirmer et se renforcer depuis lors, au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-humaine/#i_30172

PIANO RENZO (1937- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN, 
  • Universalis
  •  • 1 571 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un travail sur la lumière »  : […] Piano aime manier ces géométries complexes que l'ordinateur permet de calculer. Ainsi pour le stade de Bari (1990), le centre commercial de Bercy (1990), l'aéroport international du Kansaï, construit sur une île artificielle dans la baie d'Ōsaka (1994), bâtiment de 1,7 km de longueur dont l'impressionnante structure se déploie en un souple mouvement organique qui fait écho au mouvement des vagues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renzo-piano/#i_30172

Pour citer l’article

Jean-Christophe GAY, « NOUMÉA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noumea/