NOUMÉA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouméa est le chef-lieu de la Nouvelle-Calédonie. En 1854, l’année suivant la prise de possession de ce territoire par la France, le capitaine de vaisseau Tardy de Montravel fonde Port-de-France, rebaptisée Nouméa en 1866. Le site est choisi pour ses qualités nautiques : une vaste rade en eaux profondes, bien abritée et accessible par deux larges passes. Judicieux sur le plan militaire, ce choix pose des problèmes en matière d’urbanisation, en raison du système de presqu’îles très découpées, du relief vallonné, du littoral à marécages ou mangroves, et du manque d’eau douce. Il faut remblayer de nombreux fonds de baies au cours du temps, les espaces gagnés sur la mer représentant aujourd’hui le sixième du territoire de la commune de Nouméa. Des captages successifs sur la Yahoué (1875-1877), la Dumbéa (1892-1953) et la Tontouta (1999-2001) permettent d’alimenter en eau une localité en plein essor. Comme dans le reste de l’outre-mer, on opte pour le plan orthogonal en centre-ville, mais le damier colonial est débordé à partir du début du xxe siècle avec le développement des faubourgs, tels le quartier Latin ou le faubourg Blanchot. L’essor industriel de l’usine métallurgique de la Société Le Nickel (SLN) à Doniambo provoque l’apparition d’îlots d’habitat dans ce secteur et à Ducos ou Rivière-Salée dans les années 1950. La ville continue de s’étaler, dans les vallées des Colons ou du Tir, sur les collines et le long des baies au sud. À partir du milieu des années 1960, les communes de Dumbéa, de Païta et du Mont-Dore sont concernées et l’île Nou est reliée à la ville en 1974, devenant la presqu’île de Nouville.

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Carte : Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Carte administrative de la Nouvelle-Calédonie [France]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Nouméa est longtemps restée une ville coloniale et européenne. En témoigne la place dévolue aux Kanak qui, jusqu’à la fin du régime de l’indigénat, en 1945, n’étaient pas libres de leur déplacement, tout particulièrement à Nouméa, dont l’accès était réglementé et dans laquelle ils ne pouvaient pas circuler après 20 heures. Jadis à peine admis, les Kanak ont progressivement investi la ville, devenue également attractive pour d’autres Océaniens, des Wallisiens et des Futuniens essentiellement, qui se sont installés surtout sur ses pourtours. Il s’agit là d’une des plus grandes agglomérations de l’outre-mer français, assimilée au territoire des quatre communes de Nouméa, Païta, Dumbéa et du Mont-Dore, en l’absence de définitions et de délimitations officielles du fait urbain par l’Institut de la statistique et des études économiques de la Nouvelle-Calédonie (ISEE). Cette zone urbaine appelée Grand Nouméa totalisait près de 180 000 habitants au recensement de 2014, soit les deux tiers de la population de la Nouvelle-Calédonie, contre seulement 36 p. 100 en 1956. Concomitamment, le poids de la commune de Nouméa (près de 100 000 habitants en 2014) dans l’agglomération n’a cessé de décroître – il était de 75 p. 100 en 1976 – en raison d’une périurbanisation de faible densité, qui se dilue dans la campagne. Des noyaux plus ou moins éparpillés sont séparés les uns des autres par des zones agricoles ou forestières. Les emplois demeurant majoritairement localisés à Nouméa, les trois communes périphériques se vident de leurs actifs dans la journée, ce qui génère des embouteillages de plus en plus importants. À Dumbéa, les migrants pendulaires représentent les trois quarts des actifs, plus de la moitié au Mont-Dore et à Païta.

La ségrégation socio-spatiale reste très forte à Nouméa avec l’opposition entre la ville océanienne au nord et la ville européenne au sud. Les quartiers résidentiels aisés de l’Anse-Vata et de la Baie-des-Citrons, le long des plages les plus prisées, sont aussi des lieux de loisirs car, si le centre-ville continue de polariser les flux de salariés et de chalands, il se vide dès la fin de l’après-midi et l’animation glisse alors vers le sud, où se trouvent restaurants et discothèques. Au nord du centre-ville, Normandie, Rivière-Salée, Montravel, Vallée-du-Tir, PK 4 ou la presqu’île de Ducos sont des quartiers majoritairement habités par des Océaniens, vivant souvent dans des logements sociaux. Les ouvriers et les employés constituent plus des deux tiers de la population. Le chômage, la taille des ménages ou la part des moins de vingt ans sont également supérieurs à la moyenne. Depuis la fin des années 1980, les squats se sont multipliés à Nouméa et alentour. Ces regroupements d’habitations précaires, le plus [...]

Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa

Photographie : Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa

À l'extrémité sud-ouest de Nouméa, le quartier de l'Anse-Vata, avec ses grandes plages de sable, cumule des fonctions balnéaire, touristique et résidentielle. 

Crédits : Jean-Christophe Gay

Afficher

Zone industrielle de Ducos, Nouméa

Photographie : Zone industrielle de Ducos, Nouméa

Installée sur une presqu'île de Nouméa qui accueillit des bagnards au XIXe siècle, la zone industrielle de Ducos est le poumon économique et commercial de la Nouvelle-Calédonie.  

Crédits : Jean-Christophe Gay

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative

Nouvelle-Calédonie [France] : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa

Quartier de l’Anse-Vata, Nouméa
Crédits : Jean-Christophe Gay

photographie

Zone industrielle de Ducos, Nouméa

Zone industrielle de Ducos, Nouméa
Crédits : Jean-Christophe Gay

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, professeur des Universités, université Côte d'Azur

Classification

Autres références

«  NOUMÉA  » est également traité dans :

NOUVELLE-CALÉDONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 5 036 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les enjeux socio-spatiaux actuels »  : […] De tout l’outre-mer français, la Nouvelle-Calédonie est le territoire où la domination de la ville principale est la plus forte, puisque l’agglomération de Nouméa, appelée « Grand Nouméa », concentre un peu plus des deux tiers de la population néo-calédonienne, contre un tiers en 1956, si l’on considère que les quatre communes qui la composent (Nouméa, Païta, Mont-Dore et Dumbéa) en font intégral […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 539 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Le climat »  : […] Si nous laissons de côté l'Australie dont la partie méridionale a un climat tempéré et le Centre-Ouest un climat aride, ainsi que la Nouvelle-Zélande qui a un climat tempéré océanique, les archipels océaniens sont tous situés dans la zone tropicale. Ils jouissent donc d'un climat chaud ; à proximité de l'équateur, les températures moyennes sont de 26-27  0 C et l'amplitude thermique annuelle est i […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 727 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Une croissance démographique rapide »  : […] Alors que, à la fin du xix e  siècle, les populations indigènes d'Océanie étaient encore en recul, et paraissaient même parfois vouées à l'extinction, les premières décennies du xx e  siècle ont vu un total renversement de la tendance qui n'a fait que se confirmer et se renforcer depuis lors, au point que certains archipels ont une des structures par âge les plus jeunes du monde. En Papouasie, a […] Lire la suite

PIANO RENZO (1937- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN, 
  • Universalis
  •  • 1 573 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un travail sur la lumière »  : […] Piano aime manier ces géométries complexes que l'ordinateur permet de calculer. Ainsi pour le stade de Bari (1990), le centre commercial de Bercy (1990), l'aéroport international du Kansaï, construit sur une île artificielle dans la baie d'Ōsaka (1994), bâtiment de 1,7 km de longueur dont l'impressionnante structure se déploie en un souple mouvement organique qui fait écho au mouvement des vagues […] Lire la suite

Les derniers événements

12 décembre 2021 France. Troisième référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie.

Les électeurs rejettent par 96,5 % des suffrages l’accès à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, lors du troisième et dernier référendum sur le sujet prévu par l’accord de Nouméa de mai 1998, après ceux de novembre 2018 et d’octobre 2020. Le taux de participation n’est que de 43,9 % – contre plus de 80 % lors des deux précédentes consultations – à la suite de l’appel au boycottage lancé par les organisations indépendantistes. […] Lire la suite

7-23 novembre 2021 France. Confirmation de la tenue du référendum en Nouvelle-Calédonie malgré la menace de boycottage.

Le 23, dans une « lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France » mise en ligne sur les réseaux sociaux, les partis indépendantistes affirment que « la prochaine consultation référendaire n’a aucune chance de clore la séquence politique ouverte par l’accord de Nouméa » et que, « s’il faut absolument choisir entre la liberté et [les] relations [avec la France], nous choisirons la liberté ». […] Lire la suite

4-20 octobre 2021 France. Menace d'un boycottage du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie par le FLNKS.

Il demande le report de la consultation après les échéances électorales de 2022, accusant l’exécutif de vouloir « solder l’accord de Nouméa sous son quinquennat ». […] Lire la suite

1er juin - 8 juillet 2021 France. Accord sur l'organisation du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

C’est le premier indépendantiste et le premier Kanak à siéger à la tête du gouvernement depuis l’accord de Nouméa. […] Lire la suite

2-17 février 2021 France. Élection d'un gouvernement dirigé par les indépendantistes en Nouvelle-Calédonie.

C’est la première fois depuis la signature de l’accord de Nouméa de mai 1998 que les indépendantistes prennent la direction du gouvernement. L’Union calédonienne (UC-FNLKS) et l’Union nationale pour l’indépendance (UNI-FLNKS) ne s’entendent toutefois pas sur le nom d’un président.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christophe GAY, « NOUMÉA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noumea/