RÉFORMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si la réforme est de tout temps et de tout pays, le réformisme, lui, est contemporain de l'essor du mouvement socialiste à la fin du xixe siècle, c'est-à-dire du moment où la conquête du pouvoir politique et économique fait l'objet, de la part d'un parti, d'un projet conscient, précis et permanent. Comme le révolutionnaire, le réformiste est un homme qui ne se satisfait pas de l'état de choses existant ; c'est un volontariste, un interventionniste qui, en principe, ne diffère du premier que par le choix des méthodes. Mais le mot « réformisme » est souvent pris dans un sens péjoratif, et ceux-là même dont le but est de réformer la société redoutent plus que tout d'être qualifiés de réformistes.

Essor historique du réformisme

Constitution du clivage politique

Le développement du réformisme est étroitement lié au régime parlementaire et à l'espoir d'une transformation sociale par le suffrage universel. En ce sens, on pourrait dire que le réformiste est celui qui pense que la démocratie politique ouvre directement la voie à la démocratie sociale. N'est-il pas significatif que le mot « réforme » et l'adjectif « réformiste » aient été introduits dans le vocabulaire politique à la faveur de la campagne menée en Angleterre, à fin du xviiie siècle et au début du xixe, pour une plus grande justice électorale, et qui culmine avec le Great Reform Bill de 1832, lequel procède à une répartition plus équitable des circonscriptions électorales et à une uniformisation des conditions de l'électorat ? Quelques années plus tard (1838), c'est encore sur un programme de réformes électorales, visant à parachever l'œuvre incomplète de 1832, que se constitue le chartisme et que s'instaure en son sein le grand débat entre modérés, partisans de la « force morale » (R. Lovett), et révolutionnaires, partisans de la « force physique » [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉFORMISME  » est également traité dans :

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Les origines de la C.G.T. remontent à la fin du xix e  siècle. Après la Commune de Paris et malgré la répression qui a suivi sa défaite, les organisations syndicales réapparaissent rapidement. En 1881, on dénombre déjà en France cinq cents chambres syndicales. Des congrès ouvriers se réunissent à Paris en 1876, à Lyon en 1878 et à Marseille en 1879. Des chambres syndicales constituent des fédérat […] Lire la suite

C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 1 804 mots
  •  • 1 média

Née d'une scission de la C.G.T. intervenue en décembre 1947 et consacrée par un congrès constitutif en avril 1948, la Confédération générale du travail-Force ouvrière se déclare continuatrice du syndicalisme réformiste de la « vieille C.G.T. » de l'entre-deux-guerres. Depuis ses origines, l'organisation a connu une lente mais assez régulière progression et son ambition reste de reconquérir la pre […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Aujourd'hui »  : […] La « guerre des classes », qui semblait posséder l'évidence du vrai au xix e siècle et faisait de l'économie l'enjeu essentiel du politique, ne pouvait que susciter des mythologies radicales. Mais ce radicalisme va s'émousser au fil du siècle, sous l'effet de la démocratisation du politique et de l'intégration dans la société civile des groupes et classes qui en étaient exclus. Après la guerre de […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le révisionnisme, terreau d'une radicalisation ultérieure »  : […] Le révisionnisme bernsteinien se définit négativement par sa renonciation aux principes philosophiques et aux conséquences politiques du marxisme : remettant en cause les mécanismes économiques de la société capitaliste, il propose de repenser les théories marxistes de la plus-value et de la concentration capitaliste, ainsi que la loi de l'accumulation qui implique la polarisation des richesses. B […] Lire la suite

CONSERVATEURS, Royaume-Uni

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  • , Universalis
  •  • 1 418 mots
  •  • 4 médias

L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient pas les fondements de l'ordre et de la vie nationale. Constamment attentif à l'importance des problèmes sociaux et sol […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Partis des classes dominantes »  : […] Vers 1890-1895, quatre classes sociales s'opposent à Cuba : une classe de gens de couleur libres, une classe d'anciens propriétaires terriens qui se retrouvent ruinés par la transition impérialiste et la destruction du système esclavagiste, une classe de technocrates employés dans l'appareil d'État colonial et qui sont les piliers de la domination – et de l'oppression – espagnole, une classe de ca […] Lire la suite

FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre . Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on y a vu figurer la plupart des grands intellectuels de gauche, à commencer par G. B. Shaw et les Webb, […] Lire la suite

FÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE (F.S.I.)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 837 mots

Très tôt le mouvement syndical a senti la nécessité de se regrouper par-delà les frontières nationales. Mais les premières associations se forment sur la base des fédérations de métiers : ainsi se créent les fédérations professionnelles internationales des mineurs, des métallurgistes, des travailleurs des transports. De nombreuses tentatives, émanant notamment des centrales syndicales scandinaves, […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « L'État justicier »  : […] À l'interventionnisme social, on chercherait en vain une doctrine précise : le réformisme qui l'inspire a pris même différents aspects suivant les écoles politiques, philosophiques ou religieuses. Parmi elles, le catholicisme social se présente comme le corps de principes le plus cohérent (respect de la personne, sauvegarde de la famille, liberté d'association, préférence accordée aux « corps inte […] Lire la suite

JAURÈS JEAN (1859-1914)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 2 656 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dimension internationale »  : […] Pour assumer ces responsabilités, Jaurès ne voit que l'Internationale. Certes elle n'a pas à dicter leur conduite aux partis nationaux, mais à ses yeux elle est plus qu'un club de discussion, « une force intermittente et superficielle ». Il lui faut mobiliser l'opinion publique et proposer des règles, des moyens d'action. Seule, en effet, pense-t-il, la classe ouvrière, internationalement organisé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. XXIXe congrès du P.C.F. 18-22 décembre 1996

] à participer au gouvernement de la France ». Tout en dénonçant le « carcan » du traité de Maastricht, Robert Hue réitère son attachement à la construction européenne, contre les critiques des orthodoxes qui, conduits par la fédération du Pas-de-Calais, dénoncent globalement le « réformisme […] Lire la suite

Chine. Deng Xiaoping pour le retour au réformisme économique. 10-20 mars 1992

Le 10, à l'initiative de Deng Xiaoping, le bureau politique du Parti communiste chinois décide de relancer les réformes économiques, sans assouplir la rigueur de la ligne politique.Le 20, contraint par l'ampleur de l'offensive réformiste, le Premier ministre Li Peng ouvre la session annuelle du Parlement chinois en appelant à « innover bravement dans les réformes ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques JULLIARD, « RÉFORMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/