CONSERVATEURS, Royaume-Uni

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient pas les fondements de l'ordre et de la vie nationale. Constamment attentif à l'importance des problèmes sociaux et sollicité en cela par certains de ses membres, dont Benjamin Disraeli, le parti surmonte la crise libre-échangiste et, à partir de 1866, se réorganise autour de Disraeli. À l'attachement pour la Couronne, l'Église anglicane, la grandeur extérieure de l'Empire, s'ajoute le souci majeur de réaliser une grande alliance entre la monarchie et le peuple sous l'égide des « élites naturelles » : les conservateurs se font, en 1867, les hérauts de la réforme électorale et parlementaire et les apôtres d'un réformisme social ; en 1872, Disraeli exalte l'idée impériale et annonce l'évangile nouveau de l'expansion coloniale. Les mêmes années voient naître l'Union nationale conservatrice (1867) et se développer une puissante machine électorale fondée sur des comités locaux dans chaque circonscription : Randolph Churchill plaidera pourtant en vain, dans les années quatre-vingt, en faveur d'une véritable démocratie de parti et devra constater la survivance d'une direction oligarchique. Partisan de toutes les adaptations dans certaines limites, le mouvement conservateur réussit à sauvegarder son rôle au moment même où la réforme de 1884-1885 a accentué le caractère démocratique du régime ; dans les classes moyennes et populaires, son patriotisme, ses liens avec une Église établie qui le soutient ouvertement, ses préoccupations sociales lui valent des ralliements fidèles ; des organisations annexes, comme la Primrose League impérialiste, l'aident à tirer profit de l'impérialisme des masses. De 1886 à 1905, il est le plus souvent au pouvoir, bénéficiant de la crise du Parti libéral et de l'alliance avec la fraction unioniste de ce parti ; ce dernier, avec Joseph Chamberlain, a fait sécession et défend alors l'unité de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Lord Salisbury puis Arthur Balfour dirigent le parti et les gouvernements conservateurs de cette période. Les premières années du xxe siècle mettent fin à la prépondérance conservatrice, en particulier parce que les amis de Chamberlain font campagne en faveur d'un impopulaire protectionnisme.

Benjamin Disraeli

Photographie : Benjamin Disraeli

Benjamin Disraeli (1804-1881), écrivain et homme d'État britannique. 

Crédits : Jabez Hughes/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Exclus du pouvoir jusqu'en 1915, rentrés timidement dans le cabinet de coalition nationale d'Asquith, les conservateurs prennent leur revanche à partir de la fin de 1916. Ils favorisent la venue de Lloyd George et collaborent avec lui pendant les six années suivantes. Grands vainqueurs des élections en 1918, ils ne se débarrassent du libéral gallois que lorsque la situation d'après-guerre est stabilisée. Entre 1919 et 1939, ils bénéficient du déclin des libéraux, du ralliement de certains de leurs anciens adversaires, dont Winston Churchill, de la valeur de leurs chefs, Bonar Law, Curzon, Baldwin, Austen et Neville Chamberlain, du pragmatisme de leur programme, enfin, dans une large mesure, de la peur du « rouge » et des difficultés des travaillistes à s'imposer. Le mouvement des suffrages (1910), puis l'extension du droit de vote aux femmes par les réformes de 1918 et 1928, semblent les avoir avantagés. L'entre-deux-guerres les voit participer au pouvoir ou l'exercer sans partage pendant dix-sept années sur vingt. Ralliés à l'Union nationale de 1931 pour lutter contre les effets de la crise mondiale, ils dominent cette union et la dirigent dès 1935.

George Curzon

Photographie : George Curzon

Le Britannique George Nathaniel Curzon (1859-1925), vice-roi des Indes de 1899 à sa démission, en 1905. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La Seconde Guerre mondiale donne sa chance à Winston Churchill, longtemps voué au rôle de prophète des catastrophes extérieures et de défenseur aveugle de l'Empire. À la tête du cabinet d'Union nationale, il est le grand vainqueur de la guerre. Ses compatriotes, avides de grandes réformes économiques et de justice sociale, ne croient pourtant pas, en 1945, que les conservateurs soient les mieux désignés pour les satisfaire : les [...]

Winston Churchill le jour de la victoire

Photographie : Winston Churchill le jour de la victoire

Le Premier ministre britannique Winston Churchill (1874-1965) dans Whitehall, le 9 mai 1945, jour de la victoire. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Benjamin Disraeli

Benjamin Disraeli
Crédits : Jabez Hughes/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

George Curzon

George Curzon
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Winston Churchill le jour de la victoire

Winston Churchill le jour de la victoire
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Edward Heath

Edward Heath
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CONSERVATEURS, Royaume-Uni  » est également traité dans :

BALDWIN STANLEY 1er comte (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 590 mots
  •  • 1 média

Homme d'État britannique, plusieurs fois Premier ministre. Né dans une famille d'industriels non conformistes du comté de Worcester, Stanley Baldwin succède à son père dans la vie parlementaire en 1908. Secrétaire parlementaire privé du leader conservateur Bonar Law, il devient en 1917 secrétaire adjoint au Trésor. En 1919, il se singularise en consacrant un cinquième de sa fortune à l'achat de bo […] Lire la suite

BALFOUR ARTHUR JAMES comte de (1848-1930)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 616 mots
  •  • 1 média

Homme d'État britannique, Arthur James Balfour est né dans une famille de la gentry, petit-fils d'un marquis de Salisbury ; esprit brillant, d'abord attiré par les lettres et la philosophie, il fut l'auteur d'ouvrages métaphysiques comme les Fondements de la foi (1895). Il est progressivement amené à l'action politique sous l'influence de son oncle, lord Salisbury. Entré au Parlement en 1874, il […] Lire la suite

CAMERON DAVID (1966- )

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER
  •  • 1 296 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les débuts en politique »  : […] Sa carrière prend un nouveau départ en juin 2001 avec son élection comme député de Witney (Oxfordshire), un bastion conservateur. Membre du shadow cabinet en 2003, il devient leader, le 6 décembre 2005, d'un parti dont il veut « changer le langage » et renvoie l'image d'un tory cool , se rendant au Parlement à vélo, parfois comparé au Blair de 1997, sous les sobriquets de « Blameron » ou de « To […] Lire la suite

CHAMBERLAIN AUSTEN (1863-1937)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 985 mots

Fils aîné de Joseph Chamberlain, demi-frère du plus jeune, Neville, Austen Chamberlain appartient à la famille qui influença de manière décisive la politique britannique de la fin de l'ère victorienne à la Seconde Guerre mondiale. Son prestige personnel fut immense dans l'entre-deux-guerres, bien que progressivement éclipsé par celui de son frère, et le bilan aujourd'hui très critique de son actio […] Lire la suite

CHAMBERLAIN ARTHUR NEVILLE (1869-1940)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 617 mots
  •  • 2 médias

Né d'un deuxième mariage de son père, Joseph Chamberlain, Neville Chamberlain débute dans la carrière politique en entrant au Parlement de Londres en 1918. Membre du parti conservateur, il fait partie du Cabinet à partir de 1922 et, sauf un bref passage à la chancellerie de l'Échiquier en 1923-1924, est cantonné avant 1931 dans des postes relativement secondaires (postes, santé publique). En 1931, […] Lire la suite

CHAMBERLAIN JOSEPH (1836-1914)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 581 mots

Né à Londres, devenu industriel à Birmingham, unitarien tôt tourné vers les questions sociales et en particulier éducatives, Joseph Chamberlain entre dans la vie publique à partir de 1873. Il va être successivement le fondateur du socialisme municipal, l'intransigeant nationaliste hostile à toute sécession irlandaise, l'apôtre du néo-impérialisme et d'un nouveau cours de la politique étrangère, l' […] Lire la suite

CURZON GEORGE NATHANIEL, marquis de Kedleston (1859-1925)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 565 mots
  •  • 1 média

Fils d'un pasteur du Derbyshire, brillant élève à Eton et étudiant à Oxford, très tôt attiré par l'Orient, Curzon entame en 1884 une belle carrière politique dans les rangs du Parti conservateur britannique. Protégé par lord Salisbury, dont il est devenu à cette date le secrétaire adjoint, il réussit à se faire élire au Parlement en 1886. Revenu de ses premiers enthousiasmes pour le torysme démoc […] Lire la suite

DISRAELI BENJAMIN (1804-1881) comte de Beaconsfield

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 703 mots
  •  • 2 médias

Homme d'État britannique. Fils d'un père juif converti à l'anglicanisme, Benjamin Disraeli se fait d'abord connaître par ses talents d'écrivain. Après plusieurs œuvres mineures, dont Vivian Grey en 1827, il publie en 1844, 1845 et 1847 ses trois grands romans : Coningsby  ; Sybil, or The Two Nations et Tancred, or The New Crusade . Le premier pose le problème de la société de son temps ; il déno […] Lire la suite

DOUGLAS-HOME ALEXANDER FREDERICK (1903-1995)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 959 mots

Descendant d'une fort ancienne dynastie écossaise, qui lui vaut, en 1951, d'hériter du titre de quatorzième comte de Home, Alexander Frederick Home brise cette continuité. Mort à quatre-vingt-douze ans, le 9 octobre 1995, dans le Berwickshire où il s'était retiré, il n'est en effet alors que pair viager, avec le seul titre de lord Home of the Hirsel qui lui fut conféré en 1974 : entre-temps, en 19 […] Lire la suite

EDEN sir ROBERT ANTHONY (1897-1977)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 717 mots
  •  • 1 média

Devenu le premier comte d'Avon en 1961, Anthony Eden a marqué l'histoire de son temps par un rôle politique majeur à la tête de la diplomatie, puis des affaires de l'État britannique. Membre du Parti conservateur, sa première consécration gouvernementale lui vient en 1935 : Baldwin démontre alors sa volonté de favoriser les jeunes talents en lui confiant un « ministère sans portefeuille pour les a […] Lire la suite

Les derniers événements

10-31 janvier 2022 Royaume-Uni. Rapport du Cabinet Office sur les fêtes à Downing Street pendant la pandémie.

Le 10, la chaîne ITV publie un courriel d’invitation à une fête dans les jardins du 10 Downing Street, adressé en mai 2020 par le secrétaire privé du Premier ministre à plus d’une centaine de personnes. Cette fête s’était tenue en présence de Boris Johnson, alors que les Britanniques étaient invités à rester chez eux et contraints de ne pas se trouver à plus de deux en extérieur en raison de la pandémie de Covid-19. […] Lire la suite

3 novembre - 18 décembre 2021 Royaume-Uni. Affaiblissement du Premier ministre Boris Johnson visé par plusieurs scandales.

Le 3, les députés conservateurs adoptent, à la demande expresse du Premier ministre Boris Johnson, un amendement qui reporte l’application de la suspension de trois mois infligée par la commission d’éthique de la Chambre des communes au député conservateur et ancien ministre Owen Paterson, pour avoir défendu les intérêts de deux entreprises auprès du gouvernement en échange d’un montant total de quelque 500 000 livres. […] Lire la suite

3-24 septembre 2019 Royaume-Uni. Annulation de la suspension du Parlement.

Le 24, la Cour suprême du Royaume-Uni déclare illégale la suspension du Parlement, à l’unanimité, et autorise celui-ci à reprendre ses séances. Elle juge que cette prorogation « a eu pour effet d’entraver la capacité du Parlement à exercer ses fonctions démocratiques et ce, sans justification rationnelle. » […] Lire la suite

1er-29 août 2019 Royaume-Uni. Suspension du Parlement.

Il exige principalement l’abandon du « backstop », procédure qui prévoit le maintien temporaire du Royaume-Uni dans l’union douanière en vue d’éviter le retour d’une frontière entre les deux Irlandes. Le 20, Donald Tusk rejette cette exigence. Le 27, cent soixante députés – travaillistes, libéraux-démocrates, verts, indépendantistes écossais et conservateurs dissidents –, réunis sous l’égide de Jeremy Corbyn, signent un communiqué commun qui reconnaît l’« urgence d’agir ensemble » contre un « no deal ». […] Lire la suite

7-20 juin 2019 Royaume-Uni. Démission de Theresa May.

Le 7, la Première ministre Theresa May présente sa démission de la présidence du Parti conservateur, comme elle l’avait annoncé en mai. Elle demeure chef du gouvernement jusqu’à la désignation en juillet de son successeur à la tête des tories, qui deviendra Premier ministre en tant que chef du parti majoritaire à la Chambre des communes. Le 20, le vote des députés conservateurs permet de sélectionner les candidatures à la présidence du parti de l’ancien maire de Londres et ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, et de l’actuel titulaire de ce poste Jeremy Hunt, que les militants doivent à présent départager. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « CONSERVATEURS, Royaume-Uni », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conservateurs-royaume-uni/