SYNDICALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ne peut parler de mouvement ouvrier avant la révolution industrielle. Cela ne veut cependant point dire qu'il n'y avait pas, auparavant, de travailleurs organisés au sein d'institutions spécifiques, mais les corporations de l'Ancien Régime relèvent d'une autre logique que celle du syndicalisme né du machinisme et de la séparation du travail et du capital.

Les syndicats ont pour objectif général la défense des intérêts des salariés face aux intérêts des employeurs. Leur fonction ainsi définie, on pourrait penser que les mouvements syndicaux, tels qu'ils se sont développés dans les divers pays à la faveur de l'extension progressive de la révolution industrielle, sont fondamentalement semblables.

Or, il n'en est rien. En effet, l'étude comparative des organisations syndicales actuelles montre qu'il en existe une variété considérable et, de plus, qu'elles présentent entre elles de véritables antagonismes. À l'origine de ces antagonismes, il y a la multiplicité des sociétés globales, dont l'institution syndicale est une des expressions. C'est ainsi qu'après 1917 et surtout 1945 une véritable coupure s'est progressivement instaurée entre, d'une part, le syndicalisme des pays « occidentaux » industrialisés et, d'autre part, celui des pays de l'Est européen ; si cette division est aujourd'hui en voie de résorption, une coupure continue d'être observée entre les formes d'organisation syndicale des pays développés et celles des pays du Tiers Monde. Par ailleurs, au sein de chacune de ces grandes catégories on peut observer des particularités nationales parfois très accusées. Enfin, à l'intérieur d'un seul et même pays peuvent coexister, pour différentes raisons, des modes d'organisation et des orientations syndicales fort différentes

Pour rendre compte de ces différences on peut – par analogie avec le titre d'un tableau célèbre de Gauguin (D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  SYNDICALISME  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De 1880 à 1914 »  : […] Avec le retour des proscrits de la Commune, la France redevint un des centres du mouvement ouvrier international. Le congrès ouvrier de Marseille, en 1879, donna naissance à un Parti des travailleurs qui regroupait toutes les familles socialistes. Mais les anarchistes le quittèrent définitivement lors du congrès régional du Centre qui se tint à Paris le 22 mai 1881. Celui-ci vit la naissance en Fr […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les syndicats »  : […] La structure économique et sociale de la Suède confère au mouvement syndical un rôle particulièrement important. Historiquement, le Parti social-démocrate s'est développé à partir d'une base syndicale puissante. Cette origine explique l'étroite parenté qui a constamment existé entre les syndicats et les sociaux-démocrates. Après la tentative des typographes de Stockholm qui, en 1846, voulurent cré […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 45 720 mots
  •  • 66 médias

Dans le chapitre « Du thatchérisme au « majorisme » »  : […] En 1979, le Parti conservateur revient au pouvoir, sous la houlette d'un nouveau leader : élue en 1975 contre l'ancien Premier ministre Edward Heath, Margaret Thatcher est vite surnommée, avant même son arrivée au 10 Downing Street, la Dame de fer. Elle n'a connu qu'une expérience limitée aux sommets de l'exécutif (dans le cabinet Heath de 1970-1974, elle fut ministre de l'Éducation et de la Scie […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le « mai rampant » et l'« automne chaud » »  : […] De 1968 à 1972, l'Italie traverse une période de réactions violentes contre un système incapable d'absorber le flux de demandes d'une société en pleine expansion. Comme dans d'autres pays occidentaux, l'explosion de la contestation débute dans les universités en 1968, mais c'est dans les usines qu'elle trouve son expression majeure et qu'elle introduit les changements les plus importants. La clas […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « L'ambition réformiste des forces d'occupation »  : […] Le 2 septembre 1945, la reddition officielle du Japon était signée sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l'immédiat après-guerre […] Lire la suite

OUVRIER MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • Bernard PUDAL
  •  • 10 989 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le néo-libéralisme et la mondialisation »  : […] L'effondrement des régimes « communistes » d'une part, la mondialisation et la transformation de la division internationale du travail qui en résulte d'autre part, la domination du néo-libéralisme et les métamorphoses de la question sociale qu'elle suscite, enfin, sont sans aucun doute les trois phénomènes qui participent à la recomposition du mouvement ouvrier, dans ses variantes nationales comm […] Lire la suite

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

En 1986, l'American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations célébrait le centième anniversaire de sa plus puissante composante, l'American Federation of Labor. Le panorama qu'elle pouvait contempler était pour le moins inquiétant : en trente ans, le syndicalisme américain n'avait cessé de s'affaiblir. La plus puissante centrale syndicale des États-Unis était pourtant née à New Yor […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Patronat et syndicats »  : […] À trois reprises, l'Allemagne a connu un système d'économie dirigée : sous Hitler, pendant l'occupation des vainqueurs, et en R.D.A. À trois reprises ce système est allé de pair avec une dictature politique. Il n'est donc pas étonnant que libéralisme économique et libertés publiques et privées se soient trouvés liés dans l'idéologie de la République fédérale, idéologie largement commune aux social […] Lire la suite

INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 840 mots

28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876. 2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York. 14-21 juillet 1889 Naissance de la II e  Internationale à Paris. Le congrès rassemble presque toutes les organi […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les milieux sociaux »  : […] La Première Guerre mondiale et la défaite de l'Allemagne n'ont pas eu les conséquences sociales qu'on aurait pu attendre des crises qui l'ont secouée de 1918 à 1923 . Le mouvement spartakiste n'a pas réussi à instaurer la dictature du prolétariat. Les membres des corps francs qui s'étaient battus en Allemagne et dans les pays baltes – ceux qu'Ernst von Salomon a appelés die Geächteten (les hors-l […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Accord sur la représentativité syndicale. 10 avril 2008

Les partenaires sociaux adoptent une « position commune sur la représentativité, le dialogue social et le financement du syndicalisme ». Le texte prévoit que sera considéré comme représentatif tout syndicat de plus de deux ans d'ancienneté, qui aura obtenu 10 p. 100 des suffrages aux élections […] Lire la suite

France. Succession d'André Bergeron à la tête de F.O. 3-4 février 1989

obtenu, le 2, que 63,5 p. 100 de votes favorables. Les militants entendent ainsi sanctionner le manque de préparation de sa succession, pour laquelle s'opposent deux candidats, Marc Blondel, partisan d'un « syndicalisme de contestation » et Claude Pitous, considéré comme plus proche d'André Bergeron […] Lire la suite

République fédérale d'Allemagne. Accord sur une réduction du temps de travail dans la métallurgie. 26 février 1988

(+ 2 p. 100) et le 1er août 1989 (+ 2 p. 100). Cet accord, limité à la Ruhr, à la région d'Osnabrück et de Brême, devrait, en fait, rapidement s'étendre à toute la métallurgie dans le reste du pays. Il s'agit à la fois d'une victoire du syndicalisme ouest-allemand […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy CAIRE, Thomas LOWIT, « SYNDICALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syndicalisme/