Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE (FSI)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Très tôt le mouvement syndical a senti la nécessité de se regrouper par-delà les frontières nationales. Mais les premières associations se forment sur la base des fédérations de métiers : ainsi se créent les fédérations professionnelles internationales des mineurs, des métallurgistes, des travailleurs des transports. De nombreuses tentatives, émanant notamment des centrales syndicales scandinaves, échouent à donner au mouvement syndical une structure internationale. Ce n'est qu'en 1901, à Copenhague, qu'un premier succès est enregistré : l'Allemagne, l'Angleterre, la Belgique, la France et les pays scandinaves décident la création d'un Secrétariat syndical international qui représente ainsi 1 168 000 syndiqués à sa naissance, 7 700 000 en 1913. Contre l'avis des syndicats espagnols, français et italiens qui voudraient voir le Secrétariat intervenir dans le champ de la politique, notamment sur les thèmes de la grève générale comme moyen d'émancipation ouvrière et de l'antimilitarisme, la majorité des pays représentés décide que ce secrétariat ne sera que « technique » : sorte de moyen d'échange d'informations et organe d'entraide internationale. En 1907, le Secrétariat syndical international se qualifie lui-même de « conférence de fonctionnaires syndicaux ». L'intervention politique est laissée aux partis politiques regroupés dans la IIe Internationale.

En 1913, la croissance du mouvement ouvrier international aboutit à la création de la Fédération syndicale internationale ; elle regroupe l'ensemble des centrales existantes et les fédérations professionnelles internationales qui avaient jusqu'alors gardé leur autonomie. Trois tendances se distinguent : le trade-unionisme des pays anglo-saxons, très marqué par le corporatisme ; le syndicalisme scandinave et germanique, de loin le plus puissant, dont la perspective socialiste est claire, mais dont la réalisation est totalement abandonnée aux partis politiques ; enfin le syndicalisme révolutionnaire des organisations française, italienne et espagnole, très minoritaires.

Le premier conflit mondial entraîne la cassure de la toute jeune fédération. Comme le mouvement socialiste, le syndicalisme se montre impuissant à jouer un rôle dans le règlement du conflit : et ce sont en fait deux fédérations internationales qui s'affrontent.

Après la guerre, la Fédération syndicale internationale, réunifiée à Amsterdam en 1919, joue un rôle politique croissant. La coexistence de trois Internationales socialistes interdit, en effet, au mouvement ouvrier toute initiative politique commune à l'échelle internationale. C'est donc la F.S.I. qui reprend ce rôle, presque malgré elle. Elle tient une place importante dans l'élaboration des traités de paix, dans la création de la Société des Nations et surtout dans l'établissement d'une législation internationale du travail : elle est à l'origine de la Charte du travail et de l'Organisation internationale du travail.

Cependant, la F.S.I. voit se dresser en face d'elle une redoutable concurrente : l'Internationale syndicale rouge, créée à l'initiative de l'U.R.S.S., qui lui arrache huit millions de syndiqués entre 1921 et 1927, sur les vingt millions qu'elle représentait. En effet, le réformisme de la F.S.I., qui confine à la collaboration de classes, sa trop grande intégration dans les organismes internationaux, ne répondent pas aux aspirations des masses dans l'immédiat après-guerre. Par ailleurs, elle perd très vite, sur sa droite, les centrales syndicales américaines qui la jugent « trop socialiste » et qui se trouvent entraînées dans le mouvement de repliement politique qu'effectuent les pays américains à cette époque.

Impuissante face à la crise de 1924 (occupation de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Paul CLAUDEL. FÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE (FSI) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CGT (Confédération générale du travail)

    • Écrit par , et
    • 4 429 mots
    • 1 média
    ...Affaiblie par la scission, la C.G.T. ne compte plus que 370 000 adhérents. Elle participe au Conseil national économique créé en 1925, est affiliée à la Fédération syndicale internationale (F.S.I.) et joue un rôle actif au Bureau international du travail. Ses effectifs s'accroissent régulièrement. Elle...
  • COMMUNISME - Histoire

    • Écrit par
    • 13 863 mots
    • 10 médias
    ...classe ouvrière mondiale. La forme institutionnalisée de ce degré trade-unioniste de la classe ouvrière est le syndicat. À l'échelle internationale, la Fédération syndicale mondiale est la branche du syndicalisme dont la fonction spécifique consiste précisément à accélérer le passage de la classe ouvrière...
  • INTERNATIONALE SYNDICALE ROUGE

    • Écrit par
    • 1 040 mots

    La scission syndicale n'a jamais été un objectif stratégique de l'Internationale communiste. Et cependant, du 3 au 19 juillet 1921, se tient à Moscou le congrès constitutif de l'Internationale syndicale rouge. Le schisme était certes prévisible, mais les bolcheviks avaient souvent...

  • INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 839 mots

    28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876.

    2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York....