FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre. Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on y a vu figurer la plupart des grands intellectuels de gauche, à commencer par G. B. Shaw et les Webb, mais aussi des hommes d'État, dont Ramsay MacDonald qui devint en 1924 le premier Premier ministre travailliste. Nombre de députés du Labour Party sont ou ont été affiliés à la Société. On peut la comparer en France aux clubs des années 1960, 1970 et 1980, particulièrement au club Jean-Moulin des années 1960.

La Fabian Society

Photographie : La Fabian Society

Des membres de la Fabian Society, E.F. Errington, à gauche, et J. Davies, association britannique fondée en 1884, à Londres, et qui participa à la naissance du Parti travailliste. 

Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Le dénomination de « Fabienne », quelque peu mystérieuse au premier abord, est une référence à un épisode de l'histoire romaine. Nommé dictateur par le Sénat de Rome, Fabius inaugura, contre le Carthaginois Hannibal, une habile stratégie de guérilla, alors appelée de « temporisation » : Fabius « Cunctator » réussit ainsi à affaiblir considérablement les forces ennemies sans les affronter. Pour un « Fabien », l'ennemi est le capitalisme : il importe d'en saper les bases par des réformes progressives qui rapprocheront le moment où un dernier effort, baptisé « révolutionnaire », permettra de parvenir à la société « socialiste ». Celle-ci, dans l'esprit de ses promoteurs, serait en particulier fondée sur l'appropriation publique des moyens de production et d'échanges. En 1889, G. B. Shaw a publié les Fabian Essays on Socialism (Essais fabiens sur le socialisme) qui forment, au dire de Clement Attlee en 1952, « le premier exposé cohérent d'une philosophie gradualiste, par opposition aux doctrines utopiques ou catastrophiques ». Fabianisme et réformisme ou révisionnisme sont largement synonymes. Il n'est pas sans intérêt de noter que le père du révisionnisme allemand, Edouard Bernstein, subit à la fin du xixe siècle la forte emprise de la doctrine anglaise. En Grande-Bretagne, il faut attendre précisément 1952 pour qu'un groupe de jeunes et de moins jeunes membres du Parti travailliste, Richard Crossman, C. A. R. Crosland, Roy Jenkins, Ian Mikardo, Denis Healey, ait l'audace de publier les New Fabian Essays, traduits deux ans plus tard en français sous le titre L'Avenir du travaillisme. Les auteurs, dont certains sont devenus des hommes d'État de premier plan, prétendaient s'inspirer du même esprit que leurs glorieux prédécesseurs.

Le « programme » fabien devait nécessairement être empirique, hostile à tout dogme, par définition antimarxiste. Il est d'abord fondé sur l'idée de l'éducation du peuple : la Société a commencé (et elle continue de le faire) par éditer des « brochures » (tracts) qui ont exposé des faits de la vie économique et sociale et proposé les remèdes socialistes aux maux constatés : « Dans la physique du socialisme, la lumière importe davantage que la chaleur » (G. B. Shaw). De 1884 à 1924, par exemple, on ne compta pas moins de 212 brochures auxquelles il convient d'ajouter nombre de publications spéciales. Les New Fabian Essays de 1952 mettent l'accent sur l'éducation, la démocratie sociale, le rôle des syndicats, la recherche (originalité par rapport à 1889) d'une politique internationale de gauche.

Pendant quelques décennies, les Fabiens se sont partagés entre des partis pris variés. Au départ, le socialisme municipal leur paraît le plus prometteur et, à Londres surtout, ils inspirent, à la fin de l'époque victorienne, le programme du parti « progressiste » en faveur de la municipalisation des eaux et de l'éclairage, du développement de transports publics à bon marché, etc. Pendant la Grande Guerre, l'historien G. D. H. Cole, l'un des meilleurs esprits de la Société, tente de la mener sur les voies d'un socialisme autogestionnaire, le guild socialism. Avec l'arrivée du Parti travailliste au premier plan des partis de gouvernement, à compter de 1924, les Fabiens s'acheminent vers la conception d'un interventionnisme d'État. Ils sont intégrés au parti depuis sa fondation en 1900 et sont à l'origine du département de recherche créé par les travaillistes en 1917. La symbiose faillit causer la perte de la Société, tombée en sommeil dans les années 1930, revivifiée à partir de 1939.

L'une des grandes questions posées par son existen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE  » est également traité dans :

MACDONALD JAMES RAMSAY (1866-1937)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

Né dans une famille écossaise pauvre du Morayshire, d'esprit très religieux mais influencé très jeune par Henry George et Henry Mayers Hyndman, James Ramsay MacDonald eut une adolescence difficile. Membre de la Société fabienne dès 1886, il devient l'un des orateurs de la Fédération social-démocrate. Passé au journalisme, poursuivant une formation d'autodidacte, il entre, en 1894, dans l'Independe […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] Les grands problèmes qui divisent l'opinion et le Parlement ont varié. Au départ, on peut en recenser trois à l'intérieur : la politique économique, la réforme sociale et la question de la démocratisation. La première est surtout celle du choix du système douanier : aux protectionnistes invétérés, soutenus par les « intérêts fonciers », s'opposent les libre-échangistes de l'école de Manchester, d […] Lire la suite

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude AMALRIC
  •  • 1 880 mots

Dans le chapitre « Le réformateur social et le critique »  : […] George Bernard Shaw naît à Dublin, d'une bonne famille d'origine anglo-écossaise et protestante. Élevé entre un père éthylique aux moyens financiers réduits et une mère, musicienne remarquable et professeur de chant, il tire peu de profit des différentes écoles qu'il fréquente, mais il acquiert par lui-même, un peu au hasard, une culture littéraire et musicale étendue. Après avoir travaillé quelqu […] Lire la suite

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 059 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Formation du Labour Party »  : […] Le travaillisme anglais est étroitement lié au syndicalisme. Jusqu'en 1900, les leaders syndicalistes se contentaient de négocier avec le Parti libéral l'entrée au Parlement d'un certain nombre de militants, qui prenaient l'étiquette « lib.-lab. » (libéral-labour) au moment des élections, puis qui siégeaient au groupe libéral de Westminster. Cette formule convenait à l'élite de la classe ouvrière […] Lire la suite

THINK TANKS

  • Écrit par 
  • Keith DIXON
  •  • 4 201 mots

Dans le chapitre «  Origines du phénomène »  : […] Il y a encore discussion sur la genèse des think tanks. Si l'on accorde volontiers qu'il s'agit plutôt d'un phénomène anglo-américain, d'aucuns repèrent son émergence aux États-Unis au milieu du xix e  siècle, alors que d'autres considèrent que les Britanniques en ont la primeur. De toute manière, une des premières organisations qui a opéré comme un think tank moderne et sans aucun doute la premi […] Lire la suite

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire d'un parti syndicaliste »  : […] Durant la première moitié du xix e  siècle, la révolution industrielle avait nourri des idées nouvelles, telles celles de Robert Owen, et lancé, en dépit de la répression ( Peterloo massacre , 1819 ; Tolpuddle martyrs , 1834), un syndicalisme désormais distinct du corporatisme médiéval. La seconde moitié du siècle, avec l'extension du droit de suffrage en 1867 et 1884, donne au mouvement ouvrier […] Lire la suite

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 874 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] La crise économique a relancé d'inévitables conflits de classes. Peu préparés à des luttes sévères et victimes de la conjoncture, les syndicats sont impuissants à prévenir des réductions de salaires et des licenciements, leur idéologie comme leur appareil paraissent du coup inadaptés. Les idées socialistes, fort peu influentes malgré la présence à Londres de Karl Marx, qui y meurt en 1883, connai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fabian-society-societe-fabienne/