FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre. Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on y a vu figurer la plupart des grands intellectuels de gauche, à commencer par G. B. Shaw et les Webb, mais aussi des hommes d'État, dont Ramsay MacDonald qui devint en 1924 le premier Premier ministre travailliste. Nombre de députés du Labour Party sont ou ont été affiliés à la Société. On peut la comparer en France aux clubs des années 1960, 1970 et 1980, particulièrement au club Jean-Moulin des années 1960.

La Fabian Society

La Fabian Society

photographie

Des membres de la Fabian Society, E.F. Errington, à gauche, et J. Davies, association britannique fondée en 1884, à Londres, et qui participa à la naissance du Parti travailliste. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le dénomination de « Fabienne », quelque peu mystérieuse au premier abord, est une référence à un épisode de l'histoire romaine. Nommé dictateur par le Sénat de Rome, Fabius inaugura, contre le Carthaginois Hannibal, une habile stratégie de guérilla, alors appelée de « temporisation » : Fabius « Cunctator » réussit ainsi à affaiblir considérablement les forces ennemies sans les affronter. Pour un « Fabien », l'ennemi est le capitalisme : il importe d'en saper les bases par des réformes progressives qui rapprocheront le moment où un dernier effort, baptisé « révolutionnaire », permettra de parvenir à la société « socialiste ». Celle-ci, dans l'esprit de ses promoteurs, serait en particulier fondée sur l'appropriation publique des moyens de production et d'échanges. En 1889, G. B. Shaw a publié les Fabian Essays on Socialism (Essais fabiens sur le socialisme) qui forment, au dire de Clement Attlee en 1952, « le premier exposé cohérent d'une philosophie gradualiste, par opposition aux doctrines utopiques ou catastrophiques ». Fabianisme et réformisme ou révisionnisme sont largement synonymes. Il n'est pas sans intérêt de noter que le père du révisionnisme allemand, Edouard Bernstein, subit à la fin du xixe siècle la forte emprise de la doctrine anglaise. En Grande-Bretagne, il faut attendre précisément 1952 pour qu'un groupe de jeunes et de moins jeunes [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE  » est également traité dans :

MACDONALD JAMES RAMSAY (1866-1937)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

Né dans une famille écossaise pauvre du Morayshire, d'esprit très religieux mais influencé très jeune par Henry George et Henry Mayers Hyndman, James Ramsay MacDonald eut une adolescence difficile. Membre de la Société fabienne dès 1886, il devient l'un des orateurs de la Fédération social-démocrate. Passé au journalisme, poursuivant une formation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ramsay-macdonald/#i_43968

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 270 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] William Morris, ont créé en 1885 la Ligue socialiste ; « gradualistes », les membres de la Société fabienne, brillant club d'intellectuels comme les deux Webb, H. G. Wells et G. B. Shaw, veulent saper la société capitaliste, parfois d'abord au niveau des nouveaux conseils de comté, par des réformes progressives ; le mineur écossais Keir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_43968

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude AMALRIC
  •  • 1 880 mots

Dans le chapitre « Le réformateur social et le critique »  : […] Devenu membre de la Société fabienne, groupe d'intellectuels (Sidney Webb et H. G. Wells entre autres) qui souhaitaient imposer le socialisme par une lente et prudente pénétration dans tous les organes de direction de la société, il multiplie conférences, débats, articles et essais : Essais fabiens (Fabian Essays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-bernard-shaw/#i_43968

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 058 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Formation du Labour Party »  : […] C'est aussi dans les années 1880 que se crée la célèbre Société fabienne avec Sidney et Beatrice Webb, G. B. Shaw et H. G. Wells. Ces temporisateurs, très influencés par J. Bentham, S. Mill et le positivisme, considéraient le socialisme comme le développement inévitable et progressif des institutions existantes. Malgré leur petit nombre (ils n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_43968

THINK TANKS

  • Écrit par 
  • Keith DIXON
  •  • 4 201 mots

Dans le chapitre «  Origines du phénomène »  : […] revendiquer une vraie influence sur les décideurs publics est la Sociéte fabienne britannique. Elle est fondée en 1884 avec l'ambition d'opérer une « perméation » du champ politique par les idées qu'elle défendait et que ses adhérents contribuaient largement à diffuser. Si aujourd'hui on associe à juste titre cette société toujours existante au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/think-tanks/#i_43968

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire d'un parti syndicaliste »  : […] League, 1869), aussitôt satellisée par le Parti libéral ; Fédération démocratique (Democratic Federation, 1881), marxiste et intellectuelle, sans grande audience ; Société fabienne (Fabian Society, 1884), dont l'idéologie concilie la démocratie parlementaire et l'idéal socialiste ; le Parti travailliste écossais (Scottish Labour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travaillisme/#i_43968

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 872 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] esthétique et par ses rêves utopiques ; rationalistes et pratiques dans leur démarche, les fabiens, rassemblés autour de G. B. Shaw, H. G. Wells, B. et S. Webb, exposent en 1887 un programme « gradualiste » de transformation de la société à la lumière des vérités qu'ils entendent propager sous la forme de brochures et d'études de cas ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_43968

Pour citer l’article

Roland MARX, « FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabian-society-societe-fabienne/