PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Que les classes dirigeantes tremblent à l'idée d'une révolution communiste ! Les prolétaires n'y ont à perdre que leurs chaînes, ils ont un monde à gagner » (Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, 1848). Avec le Manifeste, le prolétariat fait son entrée dans l'histoire comme classe porteuse de l'avenir. Jusqu'à la Ire Internationale, les penseurs et écrivains révolutionnaires s'adressent au « peuple ». La terminologie nouvelle marque le passage de l'idéologie révolutionnaire égalitaire, mais formulée en termes sociologiques (les classes riches et les classes pauvres), à l'idéologie marxiste, qui s'appuie sur l'analyse économique du capitalisme en plein développement.

Manifeste du Parti communiste

Photographie : Manifeste du Parti communiste

Frontispice de la première édition du Manifeste du Parti communiste de Karl Marx et Friedrich Engels, publié à Londres en 1848. 

Crédits : AKG

Afficher

Le concept de prolétariat est différent de celui de classe ouvrière. La classe ouvrière est une notion sociologique et, comme telle, complexe et multiforme : il n'y a jamais eu de classe ouvrière homogène du point de vue de la qualification, du niveau de revenu, de la situation dans la production, etc. Les marxistes appuient par contre leur définition du prolétariat sur trois aspects essentiels dérivés de l'analyse économique qu'ils font du mode capitaliste de production : le prolétariat est le produit de l'organisation industrielle du travail et il n'existe que dans et par la grande industrie ; le prolétariat est le producteur de la plus-value qui permet la reproduction élargie du capital (le prolétariat est donc la source de tout le progrès économique et technologique) ; l'insécurité du travail est un élément constitutif de la situation prolétarienne. Cette insécurité n'est pas liée aux aléas de la conjoncture, mais au mode de production capitaliste lui-même qui a besoin de l'existence d'une armée de réserve industrielle pour corriger les mécanismes du marché.

Du point de vue du concept marxiste, le prolétariat ne se réduit pas à la seule couche des ouvriers manuels ; par contre, il n'englobe pas nécessairement toute la population laborieuse. Il est déterminé par sa place dans les rapports de production : producteur de la plus-value, il est exclu de la propriété et de la gestion desdits moyens de production. C'est cette situation exceptionnelle qui donne au prolétariat sa spécificité historique en tant que classe ; les autres classes qui ont lutté pour la conquête du pouvoir dans l'histoire passée ne luttaient que pour assurer leur domination sur les autres couches de la société. Le prolétariat, parce qu'il est la classe sur laquelle repose toute l'infrastructure de la société moderne, ne peut se libérer qu'en libérant du même coup toute l'humanité. La société socialiste ou communiste qu'il réalise assure le développement harmonieux des forces productives telles que le mode capitaliste de production les a engendrées, mais auxquelles le capitalisme impose des contraintes insupportables, génératrices de crise et de gaspillage de ses forces. Néanmoins, le prolétariat, en tant que classe formée par le mode capitaliste de production, est marqué par son producteur : il est réifié. Il ne peut aboutir à la conscience historique de son rôle, forger sa propre conscience de classe, qu'au travers du mouvement ouvrier.

Le concept de prolétariat tel qu'il a été défini par les créateurs du marxisme a été repris par le mouvement ouvrier. Est-il encore opératoire dans la période actuelle ? La société capitaliste, sous la pression du mouvement ouvrier lui-même, a changé ; les classes sociales ont connu d'importantes mutations et la condition ouvrière elle-même apparaît aujourd'hui moins tragique qu'elle ne l'était en 1848. Pourtant, les caractéristiques essentielles qui déterminent l'existence du prolétariat demeurent : le développement du mode capitaliste de production a prolétarisé des couches sociales de plus en plus importantes et a élargi cette prolétarisation à l'ensemble du globe. Dans ce développement, en profondeur et en surface, la société capitaliste a pu éviter que ne se réalise cette rencontre du prolétariat et de la révolution que les marxistes attendaient en 1848. Mais l'expansion du prolétariat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Manifeste du Parti communiste

Manifeste du Parti communiste
Crédits : AKG

photographie

Proudhon

Proudhon
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

György Lukács

György Lukács
Crédits : Hulton Getty

photographie

Téléphones à la chaîne

Téléphones à la chaîne
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VIII, directeur du laboratoire de sociologie de la connaissance

Classification

Autres références

«  PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La société : le siècle de la bourgeoisie »  : […] Les paysans forment toujours la majorité de la population allemande. Mais la noblesse demeure puissante, et la bourgeoisie connaît un essor qui correspond à celui de l'économie industrielle de type capitaliste. Les paysans ont bénéficié, dans le premier quart du xix e  siècle, de la suppression ou de l'atténuation du régime seigneurial, par les réformes de Stein et de Hardenberg en Prusse (1807-18 […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Une évolution économique et sociale particulière »  : […] La société et l'économie chinoises ne s'étaient pas développées conformément aux normes occidentales du progrès. Au lieu d'une évolution, la Chine représenterait plutôt un cas d'« involution », selon le terme proposé par des économistes américains comme Geertz, à propos de ces sociétés du Tiers Monde qui s'enfoncent sur place depuis la décolonisation et se révèlent incapables de « décollage » écon […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « La lutte de classes : un credo politique »  : […] Postuler que le conflit est un élément constitutif de toute société n'est pas faire preuve d'une audace intellectuelle excessive. Comment, après tout, la machine sociale fonctionnerait-elle sans une « différence de potentiel », sans un déséquilibre interne producteur du mouvement et de l'ordre ? Et comment l'existence individuelle et collective des hommes serait-elle pensable sans la catégorie de […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Nationalisme offensif » et « nationalisme défensif » »  : […] L' édification de l'État soviétique et la consolidation du pouvoir bolchevik exigeaient, selon Lénine, le respect du sentiment national des peuples colonisés sous l'ancien régime. Le peuple russe avait une dette à leur égard que le pouvoir soviétique devait honorer par de très larges concessions à leurs aspirations nationales : « Pour le prolétariat, il n'est pas seulement important mais absolumen […] Lire la suite

CONSCIENCE DE CLASSE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 985 mots

L’expression « conscience de classe » appartient au répertoire marxiste. Afin de définir une classe sociale, Karl Marx ne s’en tient pas à l’unique critère de la place occupée dans le rapport de production. En reprenant à son compte une sémantique hégélienne, il propose aussi de distinguer la classe « en soi » et la classe « pour soi ». La première notion désigne un ensemble d’individus qui, bien […] Lire la suite

DÉVIATIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 552 mots

Lors de la critique par Kautsky de la théorie de Bernstein était apparu le concept d'opportunisme, qui allait être largement élucidé par Lénine. Celui de déviationnisme fut introduit un peu plus tard, lorsque la théorie du centralisme démocratique dans les partis communistes se trouva infléchie par Staline (1930 env.). Pour qu'il y ait déviationnisme, il faut, en effet, qu'une ligne orthodoxe ait […] Lire la suite

ENGELS FRIEDRICH (1820-1895)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 2 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeune révolutionnaire »  : […] Engels naquit à Barmen, en Rhénanie, dans une famille d'industriels filateurs qui étaient installés également à Manchester, en Angleterre. Pendant sa jeunesse, il étudia notamment la philosophie et fut membre actif de cercles « hégéliens de gauche » qui, « à l'aide d'armes philosophiques », menaient la lutte démocratique pour la « destruction de la religion traditionnelle et de l'État existant », […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  La révolution industrielle »  : […] Tels qu'ils viennent d'être brièvement retracés, les avatars de l'idéal révolutionnaire en France, depuis 1789 jusqu'à 1944, doivent être mis en relation avec d'autres conceptions de la révolution, nées des incroyables mutations que connut alors la société française. Au premier rang de ces mutations, l'ensemble des phénomènes bientôt réunis sous l'appellation de « révolution industrielle » pesa d […] Lire la suite

TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 939 mots

Dans le chapitre « Vers l’« homme nouveau » ? »  : […] Le marxisme et les utopies socialistes possèdent en commun le projet d’une société où le travail « aliéné » aurait disparu. L’un des plus grands paradoxes de la théorie de Marx est qu’après avoir souligné que c’est le travail qui forme l’homme, le philosophe imagine une société sans travail dans laquelle l’homme accomplirait enfin toutes ses potentialités. L’auteur du Capital  le proclame : « Le p […] Lire la suite

LUMPENPROLÉTARIAT

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 385 mots

C'est une importante catégorie de l'analyse marxiste que celle de lumpenprolétariat (prolétariat en haillons). Selon celle-ci, le capitalisme présente un double aspect : d'une part, toutes oppositions antérieures s'effacent progressivement devant celle de la bourgeoisie et du prolétariat, qui reflète la division des moyens de production et de la force de travail ; en ce sens, la classe exploitée […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge MALLET, « PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/proletariat-et-proletarisation/