RÉCIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Fonctions de Propp

Fonctions de Propp
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oliver Twist, de David Lean

Oliver Twist, de David Lean
Crédits : Bert Hardy/ Picture Post/ Getty Images

photographie


La représentation narrative

Il ne saurait être question ici de rendre compte des développements de la représentation narrative dans le domaine des arts visuels, soit d'adopter une perspective historique. Nous nous bornerons à produire quelques propositions de définition et à montrer que chacun de leurs éléments constitue un problème susceptible de recevoir diverses solutions : l'histoire de la représentation narrative pourrait alors être considérée comme l'inventaire de ces solutions.

Définitions

Une représentation est narrative lorsque le propos de l'artiste est de représenter un événement singulier impliquant des acteurs eux-mêmes reconnaissables comme individus et participant à l'événement d'une manière telle que celui-ci est suffisamment remarquable pour être représenté. Cette définition de la représentation narrative soulève, dans son énoncé et dans ses exclusions, un ensemble de problèmes qui peuvent être utilisés comme autant de moyens d'approcher l'immense domaine des œuvres.

1. « Le propos de l'artiste est de représenter... » Certes, dans l'immense majorité des cas, il n'est pas possible de connaître ce que l'artiste a voulu faire, mais on peut reconnaître dans l'œuvre même une intention narrative, analyser les modalités narratives de la représentation visuelle en les distinguant d'autres modalités représentatives.

2. « ... un événement singulier... » Il s'agit sans doute de l'atome narratif par excellence, le moment de transformation où tout récit se manifeste tel ; mais parler d'événements singuliers, c'est exclure de la représentation les événements répétitifs ou typiques qui, cependant, pourront souvent être vus et lus comme singuliers. Est-ce là le naufrage d'Ulysse frappé de la foudre de Zeus ou bien seulement un naufrage en général ? Mais, même, dans ce cas, toute narrativité a-t-elle disparu ?

3. « ... impliquant des acteurs reconnaissables comme individus... » L'événement singulier est alors défini par l'interaction de figures anthropomorphes suffisamment déterminées [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Écrit par :

  • : professeur d'Université, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : maître assistant à l'université de Paris-VIII, département de littérature française

Classification


Autres références

«  RÉCIT  » est également traité dans :

ACQUISITION DU RÉCIT

  • Écrit par 
  • Michel FAYOL
  •  • 1 102 mots

Le récit est une forme de discours relatif à une séquence d’au moins deux événements ou actions réels ou fictifs qui sont généralement situés dans un cadre spatial et temporel. Il serait une forme universellement disponible ne nécessitant pas d’enseignement spécifique, au moins sous sa modalité orale. Le récit apparaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-du-recit/#i_13168

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et vérité »  : […] Si l'on veut un fondateur, ce sera Rousseau , non parce qu'il a raconté tout (il en est loin), mais parce qu' il dit qu'il le fait. Les premières lignes des Confessions assignent au lecteur médusé la place de celui à qui l'on annonce du référent (ma vie) pour mieux le prendre dans la rhétorique de cette annonce même. Témoin et v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_13168

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le jeu avec le « je » »  : […] L'âge d'or du roman n'a pas résisté à l'ère du soupçon, mais aussi au retour du biographique, qui refait la part de l'effectif et celle du fictif. Dans les années 1950, on peut voir dans le Nouveau Roman un refus des pouvoirs dévolus à l'auteur et un retour au principe flaubertien de l'absence nécessaire du romancier à l'intérieur de son œuvre. On retrouve ici Serge Doubrovsky , qui, dans un modèl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/#i_13168

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Toute bande dessinée est fondée sur une juxtaposition d'images, organisée en séquences narratives. Chaque image – dite « vignette » – se trouve généralement à l'intérieur d'un cadre rectangulaire, la « case ». Un alignement de cases forme un « registre » ou « strip ». Une superposition de registres occupant toute une page d'une revue ou d'un album constitue une « planche ». La bande dessinée, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_13168

BARTHES ROLAND (1915-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 4 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature, critique, lecture : vers le « plaisir du texte » »  : […] Parallèlement à son entreprise sémiologique, Barthes porte à la littérature une attention continue, une prédilection particulière qui ne se démentira pas (son premier article, daté de 1942, est, significativement, consacré au Journal de Gide). Que ce soit avec Michelet par lui-même , où il se livre, chez cet auteur, à une surprenante analyse des rêverie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-barthes/#i_13168

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le champ diversifié des méthodes d'approche »  : […] La plus ancienne et la plus largement pratiquée des méthodes d'approche du texte de la Bible est dite volontiers « historico-critique » : elle est à la fois historique et scientifique, reposant sur la rencontre de diverses activités critiques. Cette méthode comprend d'abord la critique des sources : avec des antécédents plus anciens, celle-ci n'a vraiment pris forme qu'au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_13168

BIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 2 603 mots

Dans le chapitre « L'illusoire totalité »  : […] Le biographique englobe aussi bien des notices de dictionnaire, des articles journalistiques (les nécrologies des personnalités, voire les petites annonces matrimoniales, etc.), des discours juridiques (la présentation de la vie de l'accusé par le président de tribunal) que des livres entiers. Ce polymorphisme impose d'examiner tout l'espace du genre, tant ses usages ordinaires que ses spécificati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographie/#i_13168

BOBIN CHRISTIAN (1951- )

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 074 mots

Christian Bobin est un écrivain et poète aussi singulier que lumineux. Traduite en plus de quarante langues, son œuvre, qui compte une soixantaine de livres et qui a reçu le prix de l'Académie française en 2016, excède toutes les conventions. Elle se situe aux lisières du récit et du fragment, de la lettre et du poème, de l'essai autobiographique et de la légende biographique. Contre le désenchan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-bobin/#i_13168

BOCCACE (1313-1375)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 4 938 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'encyclopédie des récits »  : […] Le Décaméron est aussi un extraordinaire inventaire des formes narratives, « nouvelles, ou fables, ou paraboles, ou histoires ». Les sources de ces récits, orales ou écrites, sont très diverses et V. Branca les a recensées dans son édition. Boccace a souvent puisé dans des répertoires d' exempla à l'usage des prédicateurs, comme la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boccace/#i_13168

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 562 mots
  •  • 3 médias

Le terme scénario (d'un mot italien signifiant « décors ») est employé dans le cinéma, mais plus anciennement encore au théâtre et dans la littérature, pour désigner l'intrigue sur laquelle s'appuie un récit en mots, ou en images et en sons. Aujourd'hui, c'est presque uniquement pour les fictions de cinéma, de télévision ou de jeux vidéo que l'on parle de scénarios (ou de scenarii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-scenario/#i_13168

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un conte populaire ? »  : […] Si le terme de conte présente, dans la littérature, des acceptions multiples et des frontières indécises, trois critères suffisent à le définir en tant que récit ethnographique : son oralité, la fixité relative de sa forme et le fait qu'il s'agit d'un récit de fiction. Le conte populaire s'inscrit d'abord dans ce vaste champ qu'en 1881 Paul Sébillot baptise, d'une expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conte/#i_13168

DIALOGUE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 271 mots

Occasionnel dans les genres narratifs (genres mixtes en ce qu'ils peuvent insérer, en des effets de réel, la transcription de discours de personnages au sein d'un récit), principiel dans le genre dramatique (qui est supposé n'être qu'imitation, le poète ne manifestant pas sa voix propre), le dialogue est par nature principe de contradiction et de conflit ( agôn ) : il est sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue-notion-de/#i_13168

DIÉGÈSE, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 176 mots

« La diégèse est l'univers spatio-temporel désigné par le récit » (Gérard Genette, Figures III ). Dans la terminologie propre à la narratologie, il s'est avéré utile de distinguer le contenu du récit, l'histoire et l'acte par lequel le récit « se narre ». En effet, cette distinction permet de s'interroger sur les rapports entre le narrateur et l'histoire qu'il raconte : il pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diegese-poetique/#i_13168

DESCRIPTION, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 987 mots

La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique, où il s'avère parfois malaisé de distinguer récit et description. C'est pourquoi, selon Gérard Genet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-notion-de/#i_13168

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « Penser le singulier et la succession »  : […] Dès l'origine, le discours philosophique sur la réalité recourt aux puissances contrastées du nom et du verbe. Dans la première optique, que la pensée occidentale tend toujours à privilégier, le monde se compose de substances et d'accidents, de choses et d'états de choses constituant des faits. Dans une ontologie substantialiste, l'événement représente l'accidentel, ce dont il ne peut pas y avoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_13168

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable-notion-de/#i_13168

FICTION

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 009 mots

De même que le terme « poésie » est forgé sur le grec poïein , « fabriquer », celui de « fiction » vient du latin fingere , « façonner » (et par extension « feindre », « inventer »). Tous deux renvoient à un faire , comme le mot français art, qui signifie d'abord le métier : l'artiste est un artisan, le fabricant d'une œuvre, mot d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fiction/#i_13168

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Raymond Roussel »  : […] Le lecteur des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel risque d'être surpris. Car l'auteur – étrange conseil pour un romancier – lui recommande de sauter les dix premiers chapitres. Ils sont en effet singuliers : une série de tableaux vivants, dans lesquels des hommes utilisent d'incroyables machines pour accomplir les actions les plus bizarres. Un tireur d'élite parvient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_13168

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art de l'interprétation »  : […] L' Interprétation des rêves traduit le rêve en récit avant de l'interpréter. Freud raconte ses propres rêves, en reprenant des notes prises sur le mode du journal, puis en propose l'auto-analyse. Ce qui lui permet de définir la méthode d'interprétation des récits de rêve de ses patients, mais aussi des textes littéraires et des œuvres d'art. Le rêve po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_13168

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche sémiotique et poétique du phénomène littéraire  »  : […] Présentées comme les trois moments d'une réflexion, Figures I (1966), Figures II (1969) et Figures III (1972) constituent un ensemble critique complexe. En s'interrogeant sur le texte conçu comme « réserve de formes qui attendent leur sens », Genette interprète les œuvres de manière singulièrement novatrice tout en analysant les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_13168

GENRES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER
  •  • 3 083 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conventions et prescriptions »  : […] Qui tente de décrire la notion de genre littéraire se heurte à un certain nombre de difficultés. Écartons d'abord les problèmes de terminologie : certains auteurs distinguent entre les genres, compris comme des classes de textes historiquement spécifiques, et d'autres catégories plus abstraites, dont le statut serait transhistorique, tels les modalités d'énonciation (narration et représentation), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires/#i_13168

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_13168

GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

  • Écrit par 
  • François RASTIER
  •  • 681 mots

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de lexicologie sur le vocabulaire de la mode en 1830. Dès sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/#i_13168

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Le héros »  : […] L'individualité, dans l'hagiographie, compte moins que le personnage. Les mêmes traits ou les mêmes épisodes passent d'un nom propre à l'autre : de ces éléments flottants, comme de mots ou de bijoux disponibles, les combinaisons composent telle ou telle figure et l'affectent d'un sens. Plus que le nom propre importe le modèle qui résulte de ce « bricolage » ; plus que l'unité biographique, le déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiographie/#i_13168

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « De la disqualification à la réhabilitation du récit »  : […] Un cran supplémentaire dans le procès en suspicion mené contre la « forme » et la dimension littéraire de l'histoire est franchi avec les historiens qui, au début du xx e  siècle, promeuvent et pratiquent une histoire sociale des structures défendue comme « histoire-science sociale » contre une histoire-récit dénoncée comme superficiellement desc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_13168

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « L'avènement des langues vernaculaires »  : […] Un fragment de manuscrit du x e  siècle donne, à la suite d'une pièce latine également en l'honneur de sainte Eulalie, une séquence de 29 vers qui célèbre, mais en langue vulgaire, en « roman », les mérites et le martyre de la sainte. Ce texte en vers assonancés n'est pas l'acte de naissance de la langue française : les Serments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_13168

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Gens de Dublin » »  : […] En 1902, Joyce produit les premiers des contes et nouvelles qu'il écrira principalement en 1904 et dont l'ensemble s'intitulera Dubliners ( Gens de Dublin ). Ce sont d'admirables pièces où la pseudo-objectivité du récit est faite pour rendre plus subtilement perceptible l'angle d'ironie, plus sournoise la destruction de l'intégrité de l'individu par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-joyce/#i_13168

L'ÉCHARPE ROUGE (Y. Bonnefoy) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Né en 1923 à Tours de parents originaires des Causses et mort à Paris en 2016, le poète, critique et traducteur français Yves Bonnefoy revient dans L’ É charpe rouge (Mercure de France, 2016) , ultime livre publié de son vivant avec un recueil de poésie, Ensemble encore suivi de Perambulans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-echarpe-rouge/#i_13168

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] Cette conversion du réel vécu en objet littéraire représente, dans le roman par lettres, la convention fondatrice du genre : un récit s'y construit non par la voix d'un narrateur, mais par le jeu d'une ou de plusieurs correspondances données pour vraies. Le lecteur se trouve en prise directe sur les mots et les pensées avouées des personnages, et l'usage de la lettre fonctionne comme un puissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_13168

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Étymologiquement, le merveilleux est un effet littéraire provoquant chez le lecteur (ou le spectateur) une impression mêlée de surprise et d'admiration. Dans la pratique, on ne peut pas en rester là. La rhétorique classique limitait le merveilleux à l'intervention du surnaturel dans le récit et le décrivait comme un ensemble de procédés, ce qui a contribué à le rejeter hors du crédible et finalem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleux/#i_13168

MONOLOGUE INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Technique littéraire qui a joué un rôle important dans le renouvellement du roman au xx e siècle. Rendu fameux par l'usage magistral qu'en a fait James Joyce dans Ulysse (1922), le monologue intérieur (l'expression, dans son sens actuel, a été introduite par Valery Larbaud) a immédiatement suscité d'interminables et persi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monologue-interieur/#i_13168

MOTIF, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 315 mots

Dans l'œuvre littéraire, le motif est « une toile de fond, un concept large, désignant soit une certaine attitude — par exemple la révolte —, soit une situation de base impersonnelle dont les acteurs n'ont pas encore été individualisés » (Raymond Trousson). Ainsi le motif du « cœur mangé » apparaîtra-t-il dans la littérature médiévale dans une série d'œuvres, dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motif-poetique/#i_13168

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Narration et textualité »  : […] La prose des premiers textes narratifs n’a pas l’aspect de la prose latine et ne prétend pas avoir le même statut rhétorique. L’absence presque totale de codification explicite avant Brunetto Latini est compensée par un investissement formel très important ; il s’agit surtout d’une compétence collective des écrivains, une codification implicite qui touche en premier lieu à la cohérence et à la coh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_13168

MYTHE - Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 293 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le discours réglé »  : […] Qu'il ait été formé ou non à partir d'une racine signifiant « cueillir », « recueillir », « rassembler », le terme « logos » avait déjà pris en une haute époque le sens de «   récit » ou « parole ». Le logos comme récit est alors qualifié de « sacré », ce qui suppose, par opposition, un récit profane. Mythos et Logos se sont séparés comme se spécifiaient, d'une part, des emplois beaucoup plus tec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-mythos-et-logos/#i_13168

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle structural »  : […] Pour Claude Lévi-Strauss, le représentant le plus important de cette école en France, la mythologie doit être considérée comme une « mytho-logique », c'est-à-dire comme la mise en œuvre d'une sorte de logique qui ne peut être entendue que si l'on recourt aux présuppositions principales d'un modèle structural de langage. Selon ce modèle, élaboré par F. de Saussure, L. T. Hjelmslev, les structuralis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_13168

NARRATIF ART

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 971 mots

C'est l'art de conter, c'est-à-dire de transmettre par le verbe, le son ou l'image un récit, une séquence temporelle. Que ce récit soit réel ou imaginaire importe peu ; chaque fois qu'il y a narration, le conteur doit exprimer la durée et la causalité avec les moyens d'expression qu'il a choisis. La texture temporelle du verbe ou du chant est facile à admettre. Elle a plutôt posé des problèmes à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-narratif/#i_13168

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre « Naissance d'une notion »  : […] Les dictionnaires nous seront-ils de quelque secours ? Pour Littré, la nouvelle serait une « sorte de roman très court » ; mais nos Cent Nouvelles nouvelles lui deviennent « contes fort libres » ! Au dictionnaire de l'Académie royale espagnole, la nouvelle sera une « œuvre littéraire où l'on narre une action entièrement ou partiellement imaginée, dont la fin est de causer au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle/#i_13168

ORALE TRADITION

  • Écrit par 
  • Pascal BOYER
  •  • 4 909 mots

Dans le chapitre « L'originalité de la composition orale »  : […] Il est ainsi très difficile d'appliquer à ces objets le terme d' œuvre , qui suggère une réalité à la fois limitée et relativement stable. Où commence et où finit une œuvre de littérature orale ? Par commodité de langage, un ethnographe déclare avoir recueilli un certain mythe ou une épopée ; mais il n'en possède qu'une ou plusieurs versions . Les récit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition-orale/#i_13168

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Performance et narrativité »  : […] C'est au philosophe Jean-François Lyotard que revient le mérite d'avoir fait clairement la distinction, pour la première fois, entre les théories « performatives » – qui s'efforcent de justifier la science moderne et les divers développements de la technologie au xx e  siècle par des discours de « légitimation », axés sur des critères « positifs » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_13168

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Monde »  : […] Ces figures ne sont pas un simple ornement, mais l'instrument d'une configuration de l'expérience humaine. La métaphore fait image, elle donne à voir, elle propose une vision du monde, caractérisée elle aussi par une équivalence généralisée entre le langage, l'homme et l'univers. Ainsi le rythme du vers épouse, pour la plupart des traditions poétiques, celui de la vie universelle : « souffle rythm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_13168

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Structuralisme et sémiotique »  : […] À partir du début des années 1960, la poétique a connu un développement sans pareil, cela sous la double impulsion du structuralisme littéraire et de la sémiotique (ou sémiologie). Bien que son rayonnement ait été international, le structuralisme littéraire constitue la variante spécifiquement française de la poétique des années 1960 et 1970. Contrairement au New Criticism a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_13168

POINT DE VUE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 404 mots
  •  • 1 média

L'usage du terme et de la notion de point de vue remonte probablement à l'œuvre de Henry James et aux préfaces qu'il écrivit pour un certain nombre de romans dans lesquels il fait un usage systématique et personnel d'un procédé littéraire déjà connu : raconter une histoire entière par le moyen d'un personnage fictif doté d'une existence à l'intérieur même du livre qu'il est en train de contribuer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-vue-litterature/#i_13168

PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH (1895-1970)

  • Écrit par 
  • André BÉRÉLOWITCH
  •  • 832 mots

Folkloriste soviétique, Vladimir Propp appartient à ce groupe de formalistes russes dans lequel figurent Jakobson, Tomachevski, Chklovski, Bakhtine et qu'unit une réflexion commune sur les rapports du langage et de l'œuvre littéraire. Moins éclectique que beaucoup de ses compagnons, il s'est consacré exclusivement à l'étude du folklore, sans se livrer à des généralisations théoriques. De l'analyse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-iakovlevitch-propp/#i_13168

PROUST MARCEL (1871-1922)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TADIÉ
  •  • 7 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman impossible à écrire »  : […] Si À la recherche du temps perdu a été écrit si tard, a failli ne jamais voir le jour, a été publié, pour un tiers, posthume, la raison en est dans la méthode de composition proustienne. Dès Les Plaisirs et les jours , l'écrivain juxtapose des fragments déjà écrits, et le plus souvent publiés en revue, nouvelles, poèmes en vers ou en prose, pastiches, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-proust/#i_13168

QUÊTE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 687 mots

Notion « fonctionnelle » fondamentale dans le conte populaire, tel que l'a décrit Vladimir Propp, et dans le mythe, la quête est accomplie par le héros en vue de combler le « manque », caractéristique de la situation initiale. À ce titre, elle intervient aussi dans n'importe quel type de récit, d'une façon moins évidente parfois, et que seule l'analyse structurale permet de mettre en lumière. D'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quete-litterature/#i_13168

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La littérature comme reflet de la réalité »  : […] Pourtant, cette étiquette a fait fortune au xix e  siècle, et encore au xx e . Les points de repère abondent. C'est Stendhal, définissant le roman comme un miroir que l'on promène le long d'une grande route. C'est Balzac, se donnant dans l'avant-propos à La Comédie humaine « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_13168

RÊVE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 4 217 mots

Dans le chapitre « Le rêve et le mythe »  : […] Ce qui marque la figure langagière du mythe, on l'a dit, c'est l'exclusion des premières et deuxième personnes pronominales, c'est concurremment la forme du récit. Le mythe déroule diachroniquement les moments d'un drame qu'accomplissent des personnages (troisièmes personnes) ; le linguiste observe que, par ses aspects et ses modalités, le récit mythique exclut toute indication permettant de situ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reve/#i_13168

RHAPSODE, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 283 mots

Le rhapsode est un récitant de poèmes épiques qui accompagne son chant de la lyre ou de la cithare. Il promène son texte et son talent à travers la Grèce antique. Il se distingue de l' aède qui est un véritable poète créateur, comme Homère par exemple, qui l'appelle dans L'Odyssée le « chantre aimé du ciel qui charme les oreilles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhapsode-litterature/#i_13168

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

En apparence, une œuvre romanesque est un discours suivi. En fait, un roman est une forme littéraire construite à partir d'une réalité elle-même structurée, ou du moins que le romancier perçoit comme organisée. Un groupe social, un problème ou un cas psychologique, un événement historique, un fait divers, une biographie peuvent être les matrices d'une œuvre de fiction. Quand cette forme première, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-essai-de-typologie/#i_13168

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influences, ruptures et manifestes »  : […] Le nouveau roman est spécifiquement français, voire parisien (ce qui ne l'a pas empêché de connaître une grande fortune à l'étranger, notamment aux États-Unis). Cette origine se perçoit à l'adjectif « nouveau », qui a servi, chez nous, d'autres effets de mode. On l'expliquera par la tradition du roman français, réputée pour ses vertus de clarté et pour la priorité qu'elle accorde à la psychologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_13168

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Romans ludiques »  : […] Toutes ces entreprises narratives supposent une confiance retrouvée dans le récit. Après les perturbations dont il fut l'objet, l'époque contemporaine renarrativise le roman. Elle témoigne même d'une fascination nostalgique envers les grandes œuvres romanesques du patrimoine – celles de Conrad, Stevenson, Verne mais aussi de Balzac, salué par Michon, ou de Dickens, salué par Belletto. Nul ne prét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/#i_13168

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vocation narrative du cinéma »  : […] En 1927, Antonin Artaud explique que faire servir le cinéma « à raconter des histoires, une action extérieure, c'est se priver du meilleur de ses ressources, aller à l'encontre de son but le plus profond ». Dès ses débuts, en effet, le cinéma a été utilisé pour « raconter des histoires ». Cette fonction a pris de plus en plus d'importance jusqu'à devenir prépondérante, sinon unique. Le cinéma a é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-cinema/#i_13168

SAGAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 700 mots

Dans le chapitre « Problème des origines »  : […] Le mot saga (substantif féminin, pluriel sögur ) vient du verbe segja  : dire, raconter. Dès l'origine, dans les langues nordiques où il a vu le jour, le terme s'est appliqué à une certaine façon de dire, à un mode donné d'expression. C'est en tant que genre littéraire particulier à l'Islande du Moyen Âge et promis à une longue for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagas/#i_13168

STERNE LAURENCE (1713-1768)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 3 110 mots

Dans le chapitre « « Tristram Shandy » »  : […] Lorsque paraît Tristram Shandy , Defoe, Richardson et Fielding avaient imposé au roman anglais forme, thèmes, structure et personnages. On savait conduire un récit, nouer une intrigue, régler les rapports des personnages entre eux, donner à la fiction couleur de réalité, et, au sein d'un univers romanesque bien ordonné, établir quelques solides principes devant régler la con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurence-sterne/#i_13168

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et linguistique »  : […] La stylistique, cependant, est aussi inséparable de la linguistique, soit comme partie intégrante, soit comme voisine d'un territoire aux lisières incertaines. On peut même soutenir que c'est dans la mouvance de la linguistique que la stylistique s'est historiquement constituée comme discipline autonome. Mais il s'est passé, à ce sujet, quelque chose d'assez curieux. C'est le disciple de Saussure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_13168

TEMPORALITÉ (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 019 mots

De la notion de temporalité, on ne retient le plus souvent que la signification philosophique : elle désigne la dimension existentielle, vécue, du temps. Mais il s'agit aussi d'un terme grammatical qui indique la valeur ou le caractère temporels d'un fait de langue. Le linguiste Émile Benveniste l'emploie par exemple dans son étude des « relations d'auxiliarité » (reprise in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temporalite-litterature/#i_13168

TEMPS ET RÉCIT, Paul Ricœur - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 882 mots

Dans le chapitre « Histoire et fiction »  : […] Dans une première partie de l'enquête, Ricœur met entre parenthèses la question de la fiction : il ne s'agit pas ici de la prétention de vérité qui distingue les mémoires du roman, par exemple, mais d'un niveau de référentialité plus profond, commun aux deux formes de récit, historiographique ou romanesque : le rapport au temps. La thèse majeure est en effet que « le temps devient temps humain [t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-et-recit/#i_13168

THÈME, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 306 mots

Le thème est la colonne vertébrale, idéologique ou événementielle, de l'œuvre littéraire et assure la cohérence de celle-ci. Annoncé par l'auteur ou décelé par les critiques, le thème est une constante autour de laquelle gravitent les interprétations de l'œuvre particulière. En revanche, il donne lieu à des variations infinies si l'on considère l'ensemble des ouvrages littéraires : un certain type […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theme-poetique/#i_13168

VAN GENNEP ARNOLD (1873-1957)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 2 390 mots

Dans le chapitre « La notion décisive de « rite de passage » »  : […] « Livre capital », disions-nous des Rites de passage. Capital, en effet, dans l'œuvre de Van Gennep, pour qui, de son aveu même, c'était « comme un morceau de sa chair et le résultat d'une sorte d'illumination interne qui mit subitement fin à des sortes de ténèbres où je me débattais depuis près de dix ans ». Capital surtout parce qu'il met au jour un concept d'une très gran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-van-gennep/#i_13168

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis MARIN, Jean VERRIER, « RÉCIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/