INVESTITURES QUERELLE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conflit qui, au milieu du xie siècle, éclata entre le pape et l'empereur à propos de la pratique de l'investiture accordée aux évêques par les pouvoirs laïcs (investiture ecclésiastique). Des clercs réformateurs, désireux de lutter contre la simonie dans le clergé et contre le concubinage des prêtres, dénoncèrent alors une telle pratique comme la racine du mal. En 1059, Nicolas II promulgua un décret interdisant cet usage. La mesure fut reprise par ses successeurs, Alexandre II et Grégoire VII, qui l'inclurent dans un programme plus vaste de réforme de l'Église et de la société. L'empereur Henri IV, qui tenait à contrôler la désignation des évêques de l'Empire parce qu'il leur déléguait des pouvoirs régaliens, s'opposa à ces décisions. Il en résulta un long conflit, qu'on a appelé la querelle des Investitures.

Henri IV ouvrit le feu en faisant déposer le pape par une assemblée d'évêques allemands et italiens. Grégoire VII riposta par l'excommunication et la déposition de l'empereur (1076), contre lequel, profitant de l'occasion, une partie des princes allemands se révolta. À Canossa (1077), le monarque sollicita son pardon en reconnaissant ses péchés. Mais, désormais plus libre, il reprit une politique indépendante et lutta avec succès contre l'anti-roi que lui opposaient ses adversaires. En 1080, Grégoire VII l'excommunia et le déposa de nouveau. Henri réagit, fit élire un antipape, força Grégoire à quitter Rome et à se retirer à Salerne, où il mourut abandonné de presque tous. Après le bref pontificat de Victor III, Urbain II (1088-1099) reprit la condamnation de l'investiture, mais il agit avec prudence et habileté ; et il se gagna de nombreuses sympathies. Au début du xiie siècle, le conflit rebondit avec le fils d'Henri IV, l'empereur Henri V, qui intimida un moment le pape Pascal II [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  INVESTITURES QUERELLE DES  » est également traité dans :

DICTATUS PAPAE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 215 mots

En 1074, le pape Grégoire VII condamne la simonie (trafic des choses saintes et des fonctions ecclésiastiques) et le nicolaïsme (mariage ou concubinage des prêtres). Comme ces réformes sont mal acceptées, le pape pense que le mal vient de l'investiture laïque – la désignation des évêques par les princes –, qu'il interdit en 1075. Pour justifier cette mesure refusée par l'empereur germanique, le pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictatus-papae/#i_3685

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La querelle des Investitures »  : […] L' Église manifestait un désir accru d'affranchissement, sous l'influence d'une série de mouvements développés en Lorraine, en Bourgogne (Cluny), en Lombardie. Aucun résultat n'était encore visible, car, de 1046 à 1054, l'empereur nomma les papes qu'il voulut, choisis parmi les prélats germaniques, tandis qu'il disposait à sa guise des évêchés et des abbayes. Il désigna, d'ailleurs, à tous les éch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_3685

CANOSSA (1077)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARTIN
  •  • 412 mots

Épisode célèbre de la lutte entre le pape Grégoire VII et l'empereur Henri IV. Depuis le milieu du xi e siècle, les papes tentent de réformer l'Église pour la débarrasser de la simonie et du nicolaïsme et la soustraire à l'emprise laïque. Ils rompent ainsi avec la tradition constantinienne, reprise par les Carolingiens et les Ottoniens, de collab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canossa/#i_3685

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 396 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « En Occident, de 565 aux querelles du Sacerdoce et de l'Empire »  : […] La situation est entièrement différente dans l'Occident du haut Moyen Âge, avant comme après la création de l'Empire carolingien. Byzance a toujours été un État centralisé et hautement différencié, doté d'une Église à tendance « nationale ». L'Occident forme un damier de royaumes peu étatisés, auxquels convient mal la qualification de césaropapistes, tant les empiétements mutuels du laïque et du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesaropapisme/#i_3685

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Lutte contre l'anarchie »  : […] Toutefois, même dans ce cas, le chef de la compagnie vassalique n'était habilité à juger que les manquements à la foi jurée et les défauts du service dû par les fiefs de sa mouvance ; pour tout le reste, ses vassaux, à l'inverse des paysans étroitement soumis au ban, échappaient à son contrôle. Comme, d'autre part, les multiples clientèles féodales étaient discontinues et ne se trouvaient nullemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feodalite/#i_3685

GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 969 mots

Dans le chapitre « La carrière de Hildebrand »  : […] Né entre 1015 et 1020 à Soano, en Toscane, dans une famille sans doute modeste, Hildebrand vint très tôt à Rome, où il étudia au monastère Sainte-Marie de l'Aventin et fit probablement profession monastique. Il passa ensuite au service du pape Grégoire VI et, lorsque l'empereur Henri III déposa celui-ci pour son indignité, il le suivit en exil en Allemagne. Revenu à Rome sous Léon IX, il vécut alo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-vii-hildebrand/#i_3685

GRÉGORIENNE RÉFORME

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 701 mots

Nom donné au mouvement animé et dirigé dans la seconde moitié du xi e  siècle par la papauté, particulièrement à l'initiative du pape Grégoire VII. L'objectif proclamé de la réforme grégorienne fut de rétablir la discipline et de corriger les mœurs des clercs afin de mieux encadrer la société laïque et de faire davantage pénétrer dans les esprits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme-gregorienne/#i_3685

HENRI IV (1050-1106) empereur germanique (1056-1106)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 005 mots

Fils de l'empereur Henri III et d'Agnès de Poitiers, élu roi des Romains à trois ans, héritier légitime du trône d'Allemagne, Henri IV était le petit-fils du puissant duc d'Aquitaine qui avait décliné la couronne d'Italie et protégeait Cluny. Le plus grand des abbés de Cluny, Hugues (1049-1109), fut son parrain et son conseiller. Intelligent, doué d'un certain sens politique et énergique, Henri eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-iv-1050-1106-empereur-germanique-1056-1106/#i_3685

HENRI V (1081-1125) empereur germanique (1106-1125)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 682 mots

Fils de l'empereur Henri IV, Henri V avait été couronné roi en 1099. Bien qu'il fût l'héritier en titre de l'Empire, il se révolta contre son père, de 1104 à 1106. Par la ruse, il obtint que ce dernier se défît de son armée, se saisit alors de lui, l'emprisonna et se fit donner les Reichsinsignien qui lui permirent de se faire couronner à nouveau en 1106. Il se peut qu'il ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-v-1081-1125-empereur-germanique-1106-1125/#i_3685

INVESTITURES ECCLÉSIASTIQUES

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 242 mots

Terme qui, au Moyen Âge, désigne l'acte par lequel une personne met une autre en possession d'une chose (en latin, vestitura ou investitura qualifie l'acte de vêtir quelqu'un, comme si celui qui reçoit la chose en était vêtu). Le mot fut employé dès le ix e siècle pour signifier la donation et la réce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investitures-ecclesiastiques/#i_3685

MATHILDE DE TOSCANE (1046-1115)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 219 mots

Fille du marquis Boniface de Toscane, épouse, tout d'abord de Geoffroi le Bossu, duc de Lorraine, puis du duc Guelf V de Bavière, Mathilde de Toscane n'eut qu'un enfant, mort en bas âge. Liée aux plus grandes familles de l'Europe féodale, dont celle de l'empereur, la comtesse Mathilde disposait elle-même d'un vaste domaine s'étendant de Bergame, Brescia et Mantoue, au nord, à Arezzo et Sienne, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathilde-de-toscane/#i_3685

WORMS

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 357 mots
  •  • 1 média

Ayant pour origine un établissement celte du nom de Borbetomagus, la ville de Worms possède de nombreux vestiges de l'occupation romaine. Au Moyen Âge, la ville est appelée Vormatio. Il semble que la prospérité à cette époque ait été assez remarquable, comme en témoignent les édifices qui subsistent. La première cathédrale a été consacrée en 1018. Elle a été rebâtie entre la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/worms/#i_3685

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « INVESTITURES QUERELLE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-investitures/