FÉODALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire de la civilisation de l'Europe occidentale, la féodalité représente un moment particulier qui se caractérise par la dissolution de l'autorité publique ; elle répond à un état de la société et de l'économie fondé sur l'exploitation de la paysannerie par l'aristocratie dans le cadre de la seigneurie. À partir du ixe siècle, les relations de patronage et de dévouement personnel, qui s'étaient développées dans le privé, se sont introduites progressivement dans les structures de l'État. L'affaiblissement de la royauté en fit peu à peu la seule armature des rapports politiques. Le pouvoir de commander, de punir et de taxer les gens du commun se répartit entre de petites cellules autonomes construites autour des châteaux. Parmi les membres de l'aristocratie, l'engagement vassalique et la concession du fief servirent de cadre aux liens de subordination.

L'hommage et le serment de fidélité instituent entre le vassal et son seigneur des devoirs honorables et réciproques de non-agression et d'assistance, peu différents de ceux que déterminent entre parents les liens du sang. Le lien réunit les deux hommes leur vie durant, sauf manquement de la part de l'un ou de l'autre à ses obligations. Pour mériter le fief dont il a reçu la jouissance lors de la prestation de l'hommage, le vassal est astreint à des services, plus nettement positifs, d'aide et de conseil. Mais le réseau des clientèles demeura longtemps discontinu, et la place prépondérante qu'occupa le fief à partir du xie siècle dans la relation féodo-vassalique contribua à l'affaiblissement du lien affectif. Aussi, les institutions féodales ne parvinrent-elles pas à dégager de la violence et de l'anarchie la société aristocratique, malgré les efforts déployés par l'Église, qui s'était elle-même féodalisée, pour établir la « paix de Dieu ».

Au xiie siècle, l'autorité mona [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FÉODALITÉ  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'Angleterre normande »  : […] Vainqueur à Hastings, en 1066, d'un autre prétendant, Harold de Wessex, lui-même tout juste victorieux de Harold Hardrada de Norvège, Guillaume le Conquérant succède au dernier roi saxon, Édouard le Confesseur . Il a réussi la dernière invasion du sol britannique de l'histoire, et son expédition est immortalisée par la tapisserie de Bayeux. Les Normands apportent avec eux un système féodal qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_3225

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Le royaume d'Italie »  : […] Cette période est, pour l'Italie, le premier âge féodal. La féodalité est née de la vassalité carolingienne ; à ses vassaux, comtes et marquis, et autres grands, le roi a distribué, en rétribution de leurs fonctions et de leur fidélité, des domaines (bénéfices), à titre personnel. Mais dès le ix e  siècle, les agents royaux se recrutent par hérédité ; de même les autres vassaux ; ainsi le bénéfice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_3225

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Les guerres féodales »  : […] Après les troubles d'Ōnin, non seulement les shugo-daimyō se disputèrent la prépondérance, mais encore des hobereaux obscurs partirent à la conquête des provinces. Ainsi commencèrent les guerres féodales, au cours desquelles « les petits évincèrent les grands ». Par exemple, les Hōjō, d'origine mal connue (on les appelle Hōjō postérieurs, afin de les distinguer des Hōjō sous Kamakura), chassèren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_3225

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réaction seigneuriale »  : […] La pression seigneuriale a été pratiquement constante tout au long de l'époque moderne, et les mesures de limitation de la noblesse, de recherches de faux nobles sont anciennes. Mais ces habitudes, ces mesures, d'ailleurs plus ou moins observées, se forment à la fin du xviii e  siècle en une espèce de corps de doctrine, d'autant plus insupportable que les circonstances s'y prêtent moins. Les mots […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/#i_3225

SERVAGE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 3 160 mots

Dans l'Europe féodale, le servage apparaît comme une adaptation de l' esclavage aux exigences d'une morale nouvelle, à l'effacement des institutions de droit public, au renforcement de l'aristocratie, et surtout aux nécessités d'une économie privée de moyens techniques, où le travail humain demeure un facteur fondamental de la production, mais où les profits de la guerre de pillage tiennent moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/servage/#i_3225

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les structures féodales à la fin du XIIe siècle »  : […] Les pratiques féodo-vassaliques, nées entre Loire et Meuse, se répandirent en Francia orientalis avec un certain décalage dans le temps, qu'accentua encore la séparation entre les deux royaumes. Mais le champ d'application de ces pratiques s'était étendu aux fonctions publiques, notamment à la plus importante, celle des comtes qui, après avoir tenu du roi des biens en bénéfice, en vinrent, dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_3225

ANGEVIN EMPIRE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 506 mots
  •  • 4 médias

De 1154 au début du xiii e siècle, sous l'égide des rois d' Angleterre issus de la maison d' Anjou, un « empire », fait en réalité de la juxtaposition de terres de pleine souveraineté et de fiefs tenus de princes étrangers, paraît dominer l'ouest de l'Europe . Ce Channel State est aussi remarquable par sa puissance d'un moment que par la relative rapidité de son érosion. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-angevin/#i_3225

AUBAIN

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 434 mots

Terme qui, dans l'ancien droit français, désigne l'étranger. Dans le morcellement politique du premier âge féodal, l'aubain était non seulement l'étranger au royaume, mais même à la seigneurie : ceux qui venaient du dehors s'établir dans une seigneurie devaient dans l'an et jour s'avouer l'homme du seigneur sur la terre duquel ils s'établissaient, sous peine de s'exposer à être saisis corps et bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aubain/#i_3225

BAN, pouvoir de commandement

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 201 mots

En droit féodal, le seigneur haut-justicier dispose du pouvoir de faire des règlements et des proclamations publiques, ou droit de ban, sur l'étendue de son domaine, d'où il a aussi le droit de bannir les criminels. Ainsi, par un ban, le seigneur s'attribue, dès le xi e  siècle, le monopole d'installations telles que four, halle (qu'à l'origine il était seul à pouvoir faire construire), forge, pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ban-pouvoir-de-commandement/#i_3225

BAN & ARRIÈRE-BAN

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 126 mots

Dans le système féodal, les vassaux, ou titulaires de fiefs, doivent au seigneur, donc au roi en particulier, un temps de service militaire, le service d'ost : ils forment le ban. En cas de grand péril, les seigneurs procèdent à la levée en masse de tous les hommes, vassaux et paysans : c'est l'arrière-ban, service sans limitation de durée. Dès la fin du Moyen Âge, il devient possible pour chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ban-et-arriere-ban/#i_3225

BANNIÈRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 375 mots

Mot dont la racine est ban , c'est-à-dire convocation des vassaux par le suzerain. Au Moyen Âge, la bannière est l'enseigne sous laquelle se rangent les vassaux convoqués pour aller à la guerre. Le seigneur banneret est celui qui peut lever bannière en réunissant ses vassaux. La bannière du banneret, attachée au bout de la lance, est carrée et se distingue du pennon du simple chevalier, prolongé e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banniere/#i_3225

CHASSE

  • Écrit par 
  • Xavier PATIER
  •  • 7 042 mots

Dans le chapitre « L'encadrement juridique de la chasse »  : […] L'examen du cadre juridique de la chasse vient combler les lacunes de l'examen des productions artistiques . On ne trouve pas trace avant le Moyen Âge d'un droit spécifique de la chasse. Dans le droit romain, le droit de la chasse ne se distingue pas du droit de propriété : chasser est un usus parmi les autres au bénéfice du propriétaire. L'empereur lui-même ne chasse que sur ses domaines (les do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chasse/#i_3225

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

La chevalerie apparaît au xi e  siècle comme une catégorie de la société féodale rassemblant les spécialistes du combat cavalier, devenu le seul réellement efficace. C'est par le rite de la remise des armes, l' adoubement, que le jeune homme ayant achevé son éducation militaire, est fait chevalier, apte à coopérer loyalement à la défense du peuple et au maintien de la paix. En France, la chevaler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/#i_3225

COMMENDATIO

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 329 mots

Acte par lequel un homme libre pouvait se « recommander » à un plus puissant que lui, se placer dans sa dépendance pour en obtenir protection et, parfois, nourriture. Ce fut, pendant le haut Moyen Âge ( vi e -IX e s.), l'origine de la féodalité. À l'époque mérovingienne, cette commendatio affecte des hommes de tout rang qui obtiennent ainsi d'un plus puissant (laïc, ou institution ecclésiastique) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commendatio/#i_3225

CONQUÊTE DE L'ANGLETERRE PAR LES NORMANDS

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 249 mots
  •  • 1 média

Guillaume, duc de Normandie (1035-1087), envahit l'Angleterre en 1066 parce qu'il refuse que le comte Harold de Wessex soit couronné roi d'Angleterre à sa place. En effet, le roi Édouard le Confesseur (1005-1066), fils de sa grand-tante, lui avait promis le trône en 1064. Le comte Harold est tué le 14 octobre 1066 à la bataille de Hastings défait par Guillaume, qui se fait couronner roi à l'abbaye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquete-de-l-angleterre-par-les-normands/#i_3225

CORVÉES

  • Écrit par 
  • Claude GAUVARD
  •  • 987 mots

Prestations en travail exigées de certains hommes, libres ou non, en échange d'une protection ou de terres, les corvées peuvent être de nature publique ou être des services domaniaux. Les corvées de nature publique sont exigées par l'État de tous les hommes libres pour le bien de tous. Il s'agit d'une sorte d'impôt en nature. Dès le ~ III e millénaire, l'État égyptien entretient les digues et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corvees/#i_3225

CURIA REGIS

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 527 mots

Là où est le roi, là est sa cour ; cette cour portait au Moyen Âge le nom latin de curia regis . La famille du roi : mère, épouse, oncles, frères, ses familiers et les domestiques de l'« hôtel » en forment le noyau, autour duquel gravitent les grands feudataires, comtes, évêques et, en France, les douze pairs, qui ont officiellement la première place dans la royauté féodale. Les grands vassaux, re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/curia-regis/#i_3225

DAIMYŌ

  • Écrit par 
  • Michel François VIÉ
  •  • 1 740 mots

De la fin du xiv e  siècle au début de l'ère Meiji (1871), le Japon fut morcelé en dominations territoriales, fondées sur la force militaire et ayant à leur tête des dynastes provinciaux, les daimyō . Ce terme, en usage dès la fin de l'époque de Heian, n'exprimait à l'origine qu'une appréciation de la richesse d'un exploitant rural, dont il soulignait qu'il était grand ( dai ) détenteur de rizièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daimyo/#i_3225

DÎME, Moyen Âge

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 1 051 mots

Redevance, en nature ou en argent, portant principalement sur les revenus agricoles, la dîme, au Moyen Âge, est destinée à permettre l'exercice du culte par l'entretien du clergé et des lieux de culte, et à fournir assistance aux pauvres. On lui trouverait de nombreux antécédents dans l'Antiquité, juive en particulier. La tradition chrétienne la relie aux dons volontaires des membres des premières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dime-moyen-age/#i_3225

DOMAINE SEIGNEURIAL

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 667 mots

C'est à l'époque carolingienne que l'on voit se dessiner l'organisation matérielle du domaine, telle qu'elle subsiste jusqu'au xiii e  siècle. L'ensemble des terres d'un grand propriétaire était partagé en « manses » ou unités de culture ; l'un d'eux, généralement plus vaste, était le « manse du seigneur » ( mansus indominicatus ) dont les revenus étaient entièrement consacrés à l'entretien du pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-seigneurial/#i_3225

DUBY GEORGES (1919-1996)

  • Écrit par 
  • Maurice AGULHON, 
  • Universalis
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un regard novateur et global sur le Moyen Âge  »  : […] « Son » Moyen Âge est celui de la féodalité à son apogée, après la fin des invasions et de leurs désastres, mais avant la grande époque où les Capétiens lancent et réussissent l'œuvre de construction d'un État. La féodalité, c'est tout un système social : des paysans qui travaillent, qui défrichent, qui bâtissent (et Duby sera un des pionniers de l'introduction de l'archéologie médiévale) ; des n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-duby/#i_3225

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le grand empire »  : […] Considérons l'Europe vers 1810. La domination napoléonienne s'étend non seulement à la France proprement dite, mais à la Belgique transformée en départements dès la Révolution, à la Hollande annexée en 1810, aux villes de la Hanse, Brême et Hambourg, à la rive gauche du Rhin, à l'Italie du Nord, à Rome et aux Provinces Illyriennes . Napoléon est médiateur de la Confédération helvétique et protect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_3225

FÉLONIE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 435 mots

Rupture, par le seigneur ou par le vassal, du lien d'homme à homme résultant de l'hommage. Dans la plupart des cas de félonie, il s'agit de la rébellion du vassal contre son seigneur, chose difficilement concevable aux temps postcarolingiens, lorsque le seigneur assurait au vassal la plus efficace des protections, mais devenue inévitable à partir du xi e siècle lorsque se multiplièrent les hommag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felonie/#i_3225

FIEF

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 1 166 mots

Dans ses premiers emplois connus, le mot fief désigne un bien meuble. Il devient, au plus tard au x e  siècle, l'équivalent, en langue vulgaire, du terme savant «   bénéfice », qui signifie faveur, et que l'on utilisait dans les textes latins pour nommer la récompense accordée pour un service rendu ou attendu. Dans les structures économiques et sociales du Moyen Âge occidental, où la circulation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fief/#i_3225

FORFAITURE

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 618 mots

Du latin foris factura , le terme de forfaiture désigne l'action accomplie en dehors des règles édictées. Dans le droit féodal, la forfaiture correspondait à une « faute grave ». En effet, un vassal s'était-il rendu coupable d'une violation grave de l'hommage qui le liait à son suzerain que ce dernier était en droit de reprendre le fief concédé. Le Code du 3 brumaire an IV de la République a donné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forfaiture/#i_3225

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'empire carolingien »  : […] Dès Pépin le Bref (751-768), le royaume des Francs, centré plus au nord-est que sous les Mérovingiens, se tourne vers le sud (expéditions contre les Lombards en Italie et constitution du patrimoine de Saint-Pierre en faveur du pape ; récupération de la Narbonnaise sur les Musulmans). Sous son fils Charlemagne (seul roi en 771 à la mort de son frère Carloman, puis empereur de 800 à 814), qui porte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-naissance-d-une-nation/#i_3225

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roi, représentant de Dieu »  : […] Au début de l'époque franque (Mérovingiens) , le roi considère le royaume comme son bien ; cette conception patrimoniale a pour conséquence, à la mort du monarque, le partage du royaume entre ses fils, les filles étant exclues comme elles le sont de la succession à la terre des ancêtres ( terra salica ). De son vivant, le souverain, chef militaire, jouit de l'autorité que lui confère son pouvoir p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_3225

GRANDE CHARTE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 344 mots

Premier monument de la Constitution anglaise, rédigé et promulgué en 1215. Bien qu'en théorie ils aient été dus à une médiation de l'archevêque de Canterbury, Étienne Langton, entre le roi et ses grands vassaux, ses soixante-trois articles sont imposés à Jean sans Terre par une révolte de barons, soutenus par les principaux prélats de l'Église. Le document est daté du 15 juin « dans la prairie app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-charte-1215/#i_3225

GUERRE DE CENT ANS

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 436 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un héritage contesté : le royaume de France »  : […] Pendant longtemps, les historiens ont vu dans la guerre de Cent Ans la conséquence d'une querelle dynastique compliquée par un conflit féodal. Ce dernier remontait au mariage d'Henri Plantagenêt avec Aliénor d'Aquitaine, répudiée par le roi de France Louis VII (1152). Devenu en 1153 roi d'Angleterre, Henri II était plus puissant que le roi de France, dont il était le vassal pour divers fiefs, don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-cent-ans/#i_3225

GUILLAUME LE CONQUÉRANT (1027 env.-1087)

  • Écrit par 
  • Jacques BOUSSARD
  •  • 2 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le roi d'Angleterre »  : […] Toute sa propagande est fondée sur l'idée de légitimité ; c'est pourquoi il ne confisque d'abord que les biens des Saxons, peu nombreux, qui ont porté les armes contre lui et qu'il considère comme traîtres et rebelles. En février 1067, Guillaume, triomphant, peut retourner en Normandie en laissant l'administration du royaume à son sénéchal, Guillaume Fils-Osbern, et à son demi-frère, Eudes, évêque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-le-conquerant/#i_3225

HABITAT - L'habitat rural en Occident (XIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CHAPELOT
  •  • 4 318 mots

Dans le chapitre « Système féodal et croissance démographique : le tournant des Xe, XIe et XIIe siècles »  : […] Cette forme d'habitat rural, en particulier dans les zones non ou peu romanisées, était liée à un certain type d'économie agraire basé sur une utilisation extensive de l'espace rural et sur un habitat non ou peu stabilisé. Deux phénomènes capitaux, dont la diffusion est plus ou moins précoce en Europe, vont modifier radicalement cette situation : la constitution du système féodal et la croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat-l-habitat-rural-en-occident-xie-xixe-s/#i_3225

HERMINE, héraldique

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 473 mots

L'héraldique utilise des fourrures comme le vair et l'hermine (cette dernière n'étant que le pelage d'hiver d'un petit quadrupède) dont la blancheur est rehaussée d'un semé de bouts de queues noires. Les cadets de familles féodales, brisant les armes de leur chef pour s'en distinguer, prirent parfois un franc quartier de fourrure pour modifier son écu (autour de 1200). Les seigneurs de Montagu, ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermine-heraldique/#i_3225

JUSTICE ROYALE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 504 mots

Le roi est la source de toute justice et c'est de sa fonction de justicier suprême qu'il tire ses pouvoirs. Cette notion est inséparable de la souveraineté dans les royautés occidentales. La main de justice, qui est une variante du sceptre, est remise au roi le jour de son sacre, et le souverain jure alors de faire respecter les lois. C'est aussi à sa personne que s'achève toute justice puisqu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-royale/#i_3225

JUSTICE SEIGNEURIALE

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 745 mots

La justice seigneuriale proprement dite apparaît avec la seigneurie banale à la fin du x e siècle. Elle dérive de la justice publique franque et de la délégation aux comtes, à l'époque carolingienne, de pouvoirs judiciaires étendus. Elle constitue au Moyen Âge la prérogative politique par excellence, fondement et instrument du pouvoir des seigneurs. Sa compétence recouvre toutes les causes nées s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-seigneuriale/#i_3225

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principautés, fiefs et seigneuries »  : […] Chacun de ces États avait été la création d'un baron qui avait installé dans la principauté qu'il avait fondée les chevaliers qui s'étaient attachés à sa fortune. Et chacun d'eux fit souche d'une dynastie, même Godefroi de Bouillon dont cependant l'héritage fut revendiqué par le patriarche Daimbert de Jérusalem : les chevaliers de son entourage assurèrent sa succession à son frère Baudouin de Boul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-latins-d-orient/#i_3225

LIGE

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 107 mots

Un même homme peut au Moyen Âge se trouver vassal de plusieurs seigneurs : mais il doit à un seul d'entre eux, qu'il reconnaît comme son principal seigneur, l'hommage lige. Il en devient l'homme lige et doit lui rendre tous les services d'un vassal, quitte à négliger ses devoirs vis-à-vis des autres. Le roi de France a beaucoup usé de cette méthode pour faire entrer dans la mouvance capétienne les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lige/#i_3225

LOT FERDINAND (1866-1952)

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 1 139 mots

Archiviste-paléographe, Ferdinand Lot ne passa jamais l'agrégation, à laquelle il était violemment opposé, la traitant de bachotage supérieur. Il écrivit en 1906 et 1912 des pamphlets contre l'organisation de l'enseignement supérieur qu'il comparait au sérieux des « séminaires » allemands. Cela lui valut l'inimitié de certains collègues, en particulier d'Ernest Lavisse. On lui doit l'introduction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-lot/#i_3225

MANSE

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 514 mots

L'institution du manse, qui connut son plein essor à l'époque carolingienne, était destinée à assurer la mise en valeur d'un domaine dans un monde qui ignorait presque totalement le salariat et dans lequel l'esclavage de type antique était en régression. Une partie d'un domaine était fractionnée en manses, unités de culture (maison, jardin, vigne, terres arables et usage des communaux) confiées à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manse/#i_3225

MARCHE, histoire

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 362 mots

Terme qui désigne de façon générale au Moyen Âge une zone de confins entre deux dominations. C'est « en marche » qu'un vassal puissant venait prêter l'hommage à son seigneur ; ainsi le duc de Normandie au roi de France. Dans un sens particulier, les marches sont des circonscriptions militaires destinées à protéger les frontières des États. Elles apparaissent dans l'Empire carolingien où elles se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-histoire/#i_3225

MESNIE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 188 mots

Le terme de mesnie (maisonnée, famille), peu utilisé depuis le Moyen Âge, désigne les gens vivant ensemble, qu'ils soient ou non du même sang. Cette notion s'oppose à celle de lignage. Déjà, au Moyen Âge, la mesnie est une notion assez vague, et l'administration fiscale préfère compter les feux, c'est-à-dire les foyers allumés. Le feu étant rapidement devenu (au cours du xiv e  siècle) une unité f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesnie/#i_3225

MESTA

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 901 mots

À partir du xii e siècle, lorsque la reconquête de l'Espagne sur les Maures progresse nettement, les souverains de Castille récompensent leurs vassaux, nobles et chevaliers des ordres militaires, des services rendus dans la lutte contre l'adversaire musulman, par la cession de terres qui seront destinées en priorité à l'élevage. Ces nouveaux propriétaires sont au xiii e siècle assez nombreux pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesta/#i_3225

MINISTÉRIALES ou MINISTÉRIAUX

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 305 mots

Toujours pris à l'origine dans la catégorie des serfs, les ministériaux sont des domestiques qui se voient confier un métier ou une tâche bien spécialisée ; ainsi en est-il des serviteurs de l'Hôtel qui, dans les premières royautés patriarcales de l'Occident, se voient confier à la fois des tâches domestiques et ministérielles. Certains d'entre eux connurent jusqu'au xiii e siècle une ascension é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ministeriales-ministeriaux/#i_3225

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « Les formes de la monarchie »  : […] Il a existé un nombre assez important de formes de la monarchie. Une première classification peut provenir de la relation du roi avec certains groupes. Dans ce que l'on a appelé les « mythes de la souveraineté » de la Rome primitive, on aperçoit déjà des formes diverses selon le facteur sur lequel s'appuie le roi. Même institué par volonté divine, le roi ne peut gouverner qu'avec l'appui de telle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_3225

MONOPOLISATION PROCESSUS DE

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 981 mots

Dans son ouvrage Über den Prozess der Zivili s ation ( Sur le processus de civilisation ), paru initialement en 1939, le sociologue d’origine allemande Norbert Elias propose une analyse de la genèse de l’État à deux niveaux, sociogenèse et psychogenèse, mettant en évidence un processus de « conquête monopolistique » conduisant, dans une logique de concurrence pour les ressources, à la constitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/processus-de-monopolisation/#i_3225

MORT DU COMTE DE PROVENCE GUILHEM III

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 237 mots

Lors de la phase de constitution et d'autonomisation, au cours du x e  siècle, de grandes entités territoriales (duchés ou comtés) dans l'ouest de l'ancien Empire carolingien, la Provence était devenue, sous l'autorité de comtes, pratiquement indépendante du roi de Bourgogne. Cependant, le pouvoir comtal qui s'appuyait sur l'alliance avec les monastères, dut bientôt faire face à son tour aux appét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-du-comte-de-provence-guilhem-iii/#i_3225

OST

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 213 mots

Terme (en latin hostis ) désignant le service militaire féodal dont les dépenses sont à la charge du vassal. L'ost est dû par tout vassal à son seigneur. À l'origine illimité, il est réduit ensuite à quarante jours par an ; parfois restreint à une zone proche du territoire occupé par le fief, il est évalué en nombre d'hommes armés, qui varie suivant l'importance du fief. Les villes y ont été assuj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ost/#i_3225

PAROISSE, histoire

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 614 mots

À l'époque du haut Moyen Âge, la paroisse désigne le lieu de culte, l'église et, par extension, les terres dont elle est dotée par l'évêque pour sa subsistance avec les tenanciers qui y vivent et lui versent la dîme. Le recteur ou curé a la charge (la cure) des âmes de ces tenanciers qui sont tenus d'y remplir leurs devoirs de chrétiens depuis le baptême jusqu'à l'inhumation des leurs dans le cime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroisse-histoire/#i_3225

PHILIPPE II AUGUSTE (1165-1223) roi de France (1180-1223)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Fils de Louis VII et d'Adèle de Champagne, Philippe II Auguste trouve à son avènement un domaine florissant mais restreint, comprenant l'Île-de-France, l'Orléanais et une partie du Berry. Le reste du royaume est partagé en une dizaine de fiefs sur lesquels le roi n'a qu'un droit théorique de suzeraineté, surtout quand il s'agit des provinces de l'Ouest réunies dans la dépendance du roi d'Angleterr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii-auguste/#i_3225

POURSUITE DROIT DE

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 562 mots

Dans les sociétés esclavagistes de l'Antiquité et en particulier à Athènes et à Rome, le droit de poursuite est appliqué principalement aux esclaves fugitifs ou recherchés pour des délits. Les cités grecques protègent légalement les propriétaires d'esclaves en signant entre elles des traités qui autorisent la poursuite et l'extradition d'un esclave d'une ville réfugié dans une autre ville. Au droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-de-poursuite/#i_3225

PRÉCAIRE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 358 mots

Il faut distinguer la précaire ( precaria ), qui est l'acte de requête par lequel un vassal demandait à son seigneur de lui faire un don suffisant pour assurer sa subsistance, ou par lequel un homme libre demandait un bienfait en offrant en échange sa fidélité et ses services, du précaire ( precarium ) qui est précisément le bien fructifère concédé par le puissant à celui qui se place sous sa prot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precaire/#i_3225

PRÉVÔT

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 370 mots

Agent du pouvoir seigneurial dans la France féodale, le prévôt (ou praepositus ) est une sorte d'intendant doté de pouvoirs étendus : il administre, juge, perçoit les multiples taxes et amendes au nom du seigneur. Il représente aussi les premiers Capétiens sur le domaine royal, mais ses abus de pouvoir et les plaintes des populations qui s'ensuivent décident le roi à le placer sous le contrôle et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevot/#i_3225

PROPRIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 11 271 mots

Dans le chapitre « Les prérogatives »  : […] Dans le droit de propriété, les jurisconsultes romains ont reconnu trois éléments : l' usus , droit d'user de la chose ; le fructus , droit d'en recueillir les fruits ou plus généralement les revenus ; l' abusus , droit de disposer de la chose, en termes juridiques essentiellement, c'est-à-dire en l'aliénant. Dans les systèmes qui ont recueilli l'héritage du droit romain (et singulièrement en droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/propriete/#i_3225

RELIEF DROIT DE

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 96 mots

Au Moyen Âge, quand le fief devient vacant, l'héritier doit le droit de relief ou de rachat au seigneur, qui lui concède ensuite son héritage — à moins qu'il n'use de son droit de retrait. Les héritiers directs ont en général été exemptés de cette charge à peu près partout dans le royaume de France : dès le xii e  siècle, les fiefs sont devenus biens patrimoniaux. Le droit de relief, évalué à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-de-relief/#i_3225

ROMANS ANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles HUCHET
  •  • 1 081 mots

Au milieu du xii e siècle, l'avènement du genre romanesque est scellé par les romans antiques (qu'il vaudrait mieux appeler « romans d'Antiquité »). Ils constituent une trilogie : le Roman de Thèbes (1152-1154), le Roman d'Énéas (1156) et le Roman de Troie (1160-1165) de Benoît de Sainte-Maure ; ils tirent leur nom du fait qu'ils conquièrent à la langue romane — la langue de « cil qui n'entend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-antiques/#i_3225

SUZERAIN

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 442 mots

Seigneur supérieur. Dans le vocabulaire du droit féodo-vassalique, le suzerain est le seigneur du seigneur (antonyme : arrière-vassal). Ce terme désigne par excellence la personne qui se trouve au sommet d'une pyramide hiérarchique : l'empereur, le roi, dans la société féodale, sont des suzerains. On doit soigneusement distinguer suzeraineté et souveraineté. Cette dernière est inhérente à la notio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suzerain/#i_3225

TECHNOLOGIE CULTURELLE

  • Écrit par 
  • Robert CRESSWELL
  •  • 7 888 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et culture »  : […] Il reste à déterminer le but même de la technologie culturelle, c'est-à-dire à préciser où mène ce type d'analyse. On dira schématiquement qu'existent deux domaines dans l'analyse des rapports entre phénomènes techniques et phénomènes culturels. Le premier pourrait être qualifié d'historique, que l'analyse porte sur une évolution générale ou sur un fait particulier. Par exemple, à Tehuacan, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technologie-culturelle/#i_3225

VILAIN

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 89 mots

Le terme « vilain » dérive du bas latin villicus  : homme semi-libre attaché à une « villa », grande exploitation gallo-romaine. Ce fut, pendant tout le Moyen Âge, le nom du villageois ou paysan libre. Cependant, il se chargea au cours des siècles de tout le mépris que les seigneurs et même les bourgeois éprouvaient pour les populations rurales, jusqu'à prendre le sens usuel que nous lui connaisso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilain/#i_3225

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges DUBY, « FÉODALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/feodalite/