Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'un des papes les plus importants de l'histoire, personnage tenace et courageux, d'une sainteté de vie indiscutable, canonisé par Paul V en 1606, Grégoire VII a accompli une œuvre que les historiens ont parfois expliquée de façon divergente. Élevé à la suprême dignité de l' Église au cours de la période la plus névralgique de la querelle entre le Sacerdoce et l'Empire, ce moine s'est fixé un double programme : restauration des structures et des mœurs ecclésiastiques qui devait prendre le nom de « réforme grégorienne » ; lutte contre l'investiture laïque et l'hégémonie impériale. Il s'agissait de donner à la papauté un rôle prééminent. C'est peut-être l'étroite imbrication des deux visées qui caractérise le pontificat de Grégoire VII.

La carrière de Hildebrand

Né entre 1015 et 1020 à Soano, en Toscane, dans une famille sans doute modeste, Hildebrand vint très tôt à Rome, où il étudia au monastère Sainte-Marie de l'Aventin et fit probablement profession monastique. Il passa ensuite au service du pape Grégoire VI et, lorsque l'empereur Henri III déposa celui-ci pour son indignité, il le suivit en exil en Allemagne. Revenu à Rome sous Léon IX, il vécut alors à l'abbaye de Saint-Paul, mais en fut tiré par Étienne IX qui l'envoya annoncer à la Cour germanique qu'il avait été élu sans la traditionnelle intervention de l'empereur. Hildebrand s'acquitta au mieux de cette tâche et sut se faire estimer du parti réformateur allemand, qui voulait appuyer la réforme du clergé sur une étroite coopération entre le Sacerdoce et l'Empire.

En 1059, Nicolas II le promut archidiacre de l'Église romaine, lui donnant ainsi une position fort importante. Il fut ensuite le conseiller le plus écouté du pape Alexandre II, qui commençait alors à mettre en œuvre une réforme plus radicale et à se méfier du jeune roi de Germanie, Henri IV, qui était moins disposé à la collaboration. Ce fut sous ce pontificat, semble-t-il, qu'il adopta les thèses du parti le plus ferme en matière de restauration de la vie religieuse, thèses qui comportaient entre autres les refus de l' investiture des évêques par les laïcs.

À la mort d'Alexandre II (1073), son conseiller fut acclamé par les clercs et les fidèles romains pendant la cérémonie funèbre, aux cris de « Hildebrand évêque ! ». Bien que cette désignation fût contraire aux dispositions du récent décret de Nicolas II (1059) sur l'élection pontificale, Hildebrand fut reconnu pape et couronné ; il prit le nom de Grégoire VII.

Il accédait à cette charge suprême après avoir acquis, au cours de ces longues années, la connaissance et l'expérience des problèmes ecclésiastiques et politiques. Très cultivé, enclin à accorder une grande place à la réflexion – une réflexion fondée sur le dogme et la théologie –, mais soucieux aussi des formes juridiques de l'action et connaissant bien le droit canonique, il s'imposa d'emblée comme le chef incontesté du groupe réformateur. Il avait d'ailleurs, pour tenir ce rôle, d'exceptionnelles qualités de caractère : le courage, la ténacité, le goût de l'autorité, et il excellait à dramatiser, par ses attitudes, ses proclamations et ses écrits, les situations dans lesquelles il se trouvait. Il s'imposait enfin aussi par sa sainteté.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification

Pour citer cet article

Marcel PACAUT. GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CANOSSA (1077)

    • Écrit par
    • 413 mots

    Épisode célèbre de la lutte entre le pape Grégoire VII et l'empereur Henri IV. Depuis le milieu du xie siècle, les papes tentent de réformer l'Église pour la débarrasser de la simonie et du nicolaïsme et la soustraire à l'emprise laïque. Ils rompent ainsi avec la tradition constantinienne,...

  • CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

    • Écrit par et
    • 16 441 mots
    • 10 médias
    ...« Le pontife romain, qui seul mérite d'être appelé universel, à tout pouvoir sur les évêques, qu'il peut à son gré déposer. » Ces affirmations de Grégoire VII révèlent une nouvelle manière de penser les réalités de l'Église, à savoir en termes de pouvoirs plutôt qu'en termes de communion. Elles...
  • DICTATUS PAPAE

    • Écrit par
    • 213 mots

    En 1074, le pape Grégoire VII condamne la simonie (trafic des choses saintes et des fonctions ecclésiastiques) et le nicolaïsme (mariage ou concubinage des prêtres). Comme ces réformes sont mal acceptées, le pape pense que le mal vient de l'investiture laïque – la désignation des évêques par les...

  • ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 666 mots

    755-756 À l'appel du pape Étienne II, menacé par les Lombards, l'armée franque de Pépin descend en Italie. Les territoires conquis sur les Lombards, autour de Ravenne et de Rome, sont donnés au pape, sous le nom de « Patrimoine de Saint-Pierre ».

    846 Les basiliques Saint-Pierre...

  • Afficher les 11 références