WORMS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant pour origine un établissement celte du nom de Borbetomagus, la ville de Worms possède de nombreux vestiges de l'occupation romaine. Au Moyen Âge, la ville est appelée Vormatio. Il semble que la prospérité à cette époque ait été assez remarquable, comme en témoignent les édifices qui subsistent. La première cathédrale a été consacrée en 1018. Elle a été rebâtie entre la fin du xiie et le début du xiiie siècle ; elle possède deux chœurs, l'un à l'est, l'autre à l'ouest. La cathédrale abrite les restes de l'arrière-grand-père de Conrad II, le duc Conrad le Roux, tombé aux côtés du roi de Germanie Othon le Grand à la bataille du Lechfeld qui permit en 955 d'arrêter les invasions magyares. La ville soumise à ses évêques dès le xe siècle obtint, toutefois, le statut de ville libre impériale au xiie siècle.

Cathédrale Saint-Pierre, Worms

photographie : Cathédrale Saint-Pierre, Worms

photographie

Cathédrale Saint-Pierre, Worms (Allemagne), XIIe siècle. 

Crédits : Bildarchiv Steffens, Bridgeman Images

Afficher

Le 23 septembre 1122 fut signé par le pape Calixte II et par l'empereur Henri V le concordat de Worms qui mit fin à la querelle des Investitures, en délimitant les attributions spirituelles et temporelles du pape et de l'empereur lors de la nomination des évêques. Le commerce médiéval entraîna une certaine liberté de circulation. La colonie juive était alors nombreuse à Worms. Le cimetière juif a été établi au Moyen Âge. Les inscriptions hébraïques permettent de reconstituer l'importance de la communauté juive. La plus ancienne tombe porte la date de 1077.

Worms fut le lieu de nombreuses réunions importantes. À la diète de 1495, Maximilien Ier fit proclamer une « paix perpétuelle », et installa dans la ville le tribunal d'Empire qui devait empêcher les guerres privées. Une autre diète célèbre s'y tint en 1521 lorsque Luther fut convoqué devant l'empereur Charles V ; à cette occasion fut proclamée la mise au ban de l'Empire du grand réformateur. La diète ordonna la destruction de ses ouvrages. Cependant, peu de temps après, la ville de Worms adopta la Réforme. La Magnuskirche est la plus ancienne église luthérienne de Worms.

—  François REITEL

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Metz, doyen honoraire de la faculté des lettres

Classification

Autres références

«  WORMS  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La querelle des Investitures »  : […] L' Église manifestait un désir accru d'affranchissement, sous l'influence d'une série de mouvements développés en Lorraine, en Bourgogne (Cluny), en Lombardie. Aucun résultat n'était encore visible, car, de 1046 à 1054, l'empereur nomma les papes qu'il voulut, choisis parmi les prélats germaniques, tandis qu'il disposait à sa guise des évêchés et des abbayes. Il désigna, d'ailleurs, à tous les éch […] Lire la suite

INVESTITURES QUERELLE DES

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 476 mots

Conflit qui, au milieu du xi e  siècle, éclata entre le pape et l'empereur à propos de la pratique de l'investiture accordée aux évêques par les pouvoirs laïcs (investiture ecclésiastique). Des clercs réformateurs, désireux de lutter contre la simonie dans le clergé et contre le concubinage des prêtres, dénoncèrent alors une telle pratique comme la racine du mal. En 1059, Nicolas II promulgua un d […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte réformatrice et ses conséquences »  : […] Dans le cours de ce débat, la théologie de Luther évolua rapidement. Selon ses propres indications, il parvint en 1518, à force de réfléchir à Rom.  i , 17 (« le juste vit de la foi »), à sa découverte théologique décisive, à savoir que Dieu n'exige pas de l'homme la justice, mais l'octroie gratuitement au croyant dans le Christ. C'était là un renversement complet : désormais il n'était plus quest […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Rejet par le gouvernement du projet de fusion entre la B.N.P., l'U.A.P. et Suez. 3 juin 1995

des entreprises privées, redoutait l'image politique qui se serait attachée à la constitution d'un groupe géant dirigé par un proche du président Jacques Chirac, Jacques Friedmann, le P.-D.G. de l'U.A.P. Les experts n'étaient pas convaincus, par ailleurs, de l'efficacité économique d'un tel groupe. Enfin, certains administrateurs de la Compagnie de Suez ainsi que son P.-D.G., Gérard Worms, étaient hostiles au projet. […] Lire la suite

France. Attribution de T.F.1 au groupe mené par Francis Bouygues. 3-16 avril 1987

, plusieurs banques (Société générale, Worms, Crédit lyonnais, Indosuez), entre 1 et 2 p. 100 chacune et un groupe d'entreprises de presse et d'édition,0,5 p. 100. Le 16, Francis Bouygues remet officiellement à Édouard Balladur le chèque de 3 milliards de francs marquant le changement de statut de T.F.1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

François REITEL, « WORMS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/worms/