QATAR

Nom officiel

État du Qatar (QA)

Chef de l'État et du gouvernement

L'émir Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani (depuis le 25 juin 2013). Premier ministre : Cheikh Khaled ben Khalifa ben Abdel Aziz al-Thani (depuis le 28 janvier 2020)

Capitale

Doha

Langue officielle

Arabe

Unité monétaire

Rial du Qatar (QAR)

Population (estim.) 2 505 000 (2021)
Superficie 11 627 km²

Économie : une montée en puissance rationalisée

Le Qatar est un État rentier grâce à sa richesse pétrolière (sa production de pétrole brut a quasi doublé dans les années 1990, pour atteindre environ un million de barils/jour en 2010) et gazière, avec le gigantesque gisement offshore de North Field/South Pars. Le Qatar possède les troisièmes réserves mondiales de gaz après la Russie et l'Iran. Le pays a connu des difficultés dans les années 1990, avec une forte instabilité du budget étatique (chute brutale des recettes) due aux variations des cours pétroliers, menant à des réductions des dépenses publiques. L'austérité relative est aussi due à la poursuite, depuis 1997, de lourds investissements gaziers, dans le domaine du gaz liquéfié, qui constituent un pari audacieux. Ils concernent tant la production que le transport (projet GTL, projet Dolphin, Al Khaleej Gas) et placent désormais le Qatar en tête des pays exportateurs de gaz naturel liquéfié.

Une stratégie performante

La montée en puissance économique du Qatar est orchestrée par le Qatar Supreme Council for Economic Affairs and Investment, dont la stratégie vise à utiliser les opportunités de la mondialisation (le Qatar est membre de l'OMC depuis janvier 1996) et à impulser le développement par un volontarisme copié sur Singapour ou Dubaï. L'État joue un rôle majeur, en particulier l'influent ministre de l'Énergie et de l'Industrie, Abdallah ben Hamad al-Atiyyah (la mère de l'émir appartient à cette famille), divers cousins et oncles de l'émir, ainsi que certaines familles commerçantes, placés à des postes stratégiques. Le Qatar s'est parallèlement lancé dans une politique de privatisations de nombreux secteurs : l'eau, l'électricité, la poste, avec une politique favorisant la « qatarisation de l'emploi » dans les entreprises privées étrangères installées au Qatar. Le Qatar affiche un des premiers PIB par habitant au monde (97 000 dollars en 2011 selon le FMI).

Enfin, le Qatar, copiant le Koweït, a créé en 2005 un fonds d'investissement, le Qatar Investment Authority (capitalisé en 2011 à hauteur de 100 milliards de dollars). Après avoir perdu beaucoup d'argent en raison de la crise asiatique de 2008, ce fonds souverain mène une politique d'acquisitions stratégiques dans des entreprises internationales (Barclays, Lagardère, Veolia, Total, Porsche, Volkswagen, London Stock Exchange, etc.) plus qu'une politique de placements spéculatifs (ses moyens sont plus faibles que le fonds souverain d'Abou Dhabi par exemple). La visibilité internationale et le prestige sont aussi des éléments importants des investissements qataris (magasins Harrods, nombreux palaces dans le monde entier, club de football du Paris-Saint-Germain, projets d'investissements dans les banlieues françaises en 2012, etc.). Enfin, le Qatar investit dans les terres agricoles en Afrique (Madagascar, Soudan) ou au Pakistan pour sécuriser son approvisionnement alimentaire, et dans des sociétés de négoce de matières premières stratégiques.

L'investissement passe aussi, selon des modalités empruntées à d'autres modèles régionaux, par le développement d'une politique d'infrastructures afin d'accueillir des activités de tourisme ou des réunions internationales (forum économique du Moyen-Orient en 1997, réunion du sommet de l'OMC à Doha en novembre 2001 qui inaugure le Doha Round, de la CNUCED, du Congrès mondial du Pétrole). Le Qatar a développé également une politique éducative ambitieuse autour de la Cité de l'éducation (financée par la Qatar Foundation) et par l'implantation de campus d'universités étrangères prestigieuses (en particulier américaines, dont Cornell, Georgetown, Texas AM...).

Le développement effréné de l'économie et des infrastructures[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

André BOURGEY, Philippe DROZ-VINCENT, « QATAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Qatar : carte physique

Qatar : carte physique

Qatar : carte physique

Carte physique du Qatar.

Qatar : drapeau

Qatar : drapeau

Qatar : drapeau

Qatar (modif. 1949). On remarquera la grande ressemblance avec le drapeau de Bahreïn : à l'origine…

Doha, capitale du Qatar

Doha, capitale du Qatar

Doha, capitale du Qatar

Grâce aux revenus de la manne pétrolière, l’émirat du Qatar entreprend dans les années 1970 une…

Autres références

  • ARABIE SAOUDITE

    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Ghassan SALAMÉ
    • 101 809 mots
    • 9 médias
    L'activisme diplomatique saoudien vise également à damer le pion au Qatar, dont la stratégie de visibilité agace depuis de nombreuses années dans le Golfe, en particulier les débats contradictoires organisés par la chaîne de télévision al-Jazira dans lesquels ont pu intervenir des opposants saoudiens.[...]
  • BAHREÏN

    • Écrit par André BOURGEY, Laurence LOUËR
    • 26 873 mots
    • 4 médias
    [...]principales unités industrielles du royaume. Ces deux îles sont reliées à Manama par des ponts. En revanche, l'île de Hawar, proche de la péninsule de Qatar, et certains petits îlots sont revendiqués par l'émirat de Qatar. Un conflit armé entre Bahreïn et Qatar a été évité de justesse en avril 1986 grâce[...]
  • C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

    • Écrit par E.U.
    • 1 608 mots
    • 1 média

    Créé le 26 mai 1981, à l'initiative de Riyad, pour contrer les débordements possibles de la révolution islamique iranienne et limiter les retombées de la guerre Irak-Iran sur les monarchies pétrolières du golfe Persique, le C.C.G. regroupe les Émirats arabes unis, le Koweït[...]

  • DOHA

    • Écrit par E.U.
    • 3 224 mots
    • 1 média

    Capitale du Qatar, située sur la côte est de la péninsule de Qatar, dans le golfe Persique, la ville de Doha (en arabe Ad-dawhah, « baie ») a connu, depuis quelques années, un essor démographique soutenu : de 612 707 habitants recensés en 2004, la zone métropolitaine serait passée à 1 million en[...]

  • GAZ NATUREL

    • Écrit par Bernard CLÉMENT, Évrard DE FOSSEUX, François DEBIEN, Jean-Pierre PERRET, Odile PUYRAIMOND, Patrick de RENÉVILLE, Michel RICHARD
    • 92 965 mots
    • 25 médias
    Les pays du Moyen-Orient détiennent plus de 40 p. 100 des réserves prouvées de gaz naturel de la planète. Avec 53 490 milliards de mètres cubes à eux deux, l'Iran et le Qatar se distinguent nettement à cet égard grâce, notamment, à la structure géante de Pars/North Field, un champ gazier offshore[...]
  • Afficher les 12 références

Voir aussi