PROTISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Protistes regroupent tous les organismes vivants unicellulaires d'affinité animale ou d'affinité végétale, car il est aujourd'hui établi qu'à ce niveau d'organisation la distinction entre les deux grands règnes n'a pas la signification fondamentale qu'elle revêt chez les êtres vivants supérieurs. Aussi la protistologie réunit-elle en une même science les botanistes et les zoologistes qui s'intéressent à ces organismes. Cependant, les espèces unicellulaires relevant du règne végétal (Protophytes) sont beaucoup moins nombreuses que les espèces strictement animales (Protozoaires). Formés d'une seule cellule, les Protistes montrent la structure même de toute cellule : le cytoplasme et les divers organites cytoplasmiques entourent un noyau. Cependant, la complexité des organites est souvent fort grande car les Protistes, cellules autonomes, doivent assurer toutes les fonctions, d'où la présence d'organites spécialisés, traduisant une profonde différenciation cytoplasmique. C'est là que réside la limite des possibilités évolutives des unicellulaires, car la diversification des formes plus complexes ne peut atteindre un haut degré de perfection que par la spécialisation des cellules en tissus se différenciant au sein d'organismes pluricellulaires, animaux, ou Métazoaires, et végétaux, ou Métaphytes. La protistologie est un domaine de la zoologie qui a beaucoup évolué à la suite des observations en microscopie électronique qui ont permis de décrire avec précision l'ultrastructure de ces êtres vivants de très petite taille.

Classification

Les Protistes sont divisés en cinq grandes classes.

Les Flagellés comprennent des formes à affinités végétales (Phytoflagellés) et des espèces typiquement animales qui peuvent être libres (Choanoflagellés) ou parasites (Trypanosomes), ou encore symbiotiques (Flagellés des Termites).

Les Rhizopodes, dont le type est l'Amibe, semblent à première vue très éloignés des Flagellées et on les a longtemps tenus pour les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROTISTES  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 739 mots
  •  • 7 médias

Les Actinopodes, eucaryotes unicellulaires, sont des Protozoaires marins ou d'eau douce caractérisés par l'existence d'axopodes, sortes de fins pseudopodes rayonnants rigides, dont l'axe est constitué par des faisceaux de microtubules organiques reliés les uns aux autres au centre de la cellule. Le cytoplasme de leur unique cellule est constitué par deux couches plus ou moins distinctes : l'ectop […] Lire la suite

CILIÉS ou INFUSOIRES

  • Écrit par 
  • Jean DRAGESCO
  •  • 2 656 mots
  •  • 6 médias

Dans le vaste monde des Protozoaires, l'embranchement des Ciliés constitue un ensemble homogène et très différencié, assez nettement séparé des autres groupes. Il est classique de caractériser les Ciliés par la possession de cils vibratiles, durant au moins une partie de leur cycle biologique. Mais on ne doit pas perdre de vue une autre caractéristique fondamentale des Infusoires Ciliés : ils poss […] Lire la suite

CNIDOSPORIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 447 mots
  •  • 2 médias

Dans la classe des Cnidosporidies, on groupe un ensemble fort hétérogène d'organismes microscopiques qui n'ont en commun que le fait d'être parasites de Vertébrés ou d'Invertébrés et de posséder une spore unicellulaire ou pluricellulaire de structure complexe contenant un germe amiboïde. En effet, bien qu'on ait affaire à des Protozoaires, cette spore est parfois formée de plusieurs cellules ha […] Lire la suite

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 136 mots
  •  • 4 médias

Les Coccidies sont des êtres unicellulaires de nature animale qui vivent en parasites dans les cellules des Mollusques, des Arthropodes et surtout des Vertébrés. Sans forme bien définie, ces corpuscules coccidiens contenus dans le cytoplasme d'une cellule hôte, ont un aspect plus ou moins amœboïde ou sphéroïde ; leur taille varie le plus souvent entre 10 et 20 μ bien que certaines espèces passent […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication et communautarisme chez les êtres unicellulaires »  : […] Par définition, les êtres unicellulaires ne forment pas d’organismes. Pour autant, un certain degré d’organisation peut exister au travers de communications entre cellules de même type ou entre cellules d’espèces unicellulaires différentes, voire très différentes. Chez les bactéries, on observe des communautés dont le développement est synchronisé et conduit à la constitution de biofilms. Ces bio […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Aspects généraux du phénomène »  : […] Croissance et multiplication sont deux phénomènes plus ou moins liés. Dans la reproduction asexuée des Protistes (la plus fréquente chez ces êtres unicellulaires), la multiplication des individus, c'est-à-dire la croissance de la population qu'ils constituent, est le résultat d'une alternance de croissances et de divisions cellulaires. Arrivée à un certain volume par croissance, et alors seulemen […] Lire la suite

DEFLANDRE GEORGES (1897-1973)

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 516 mots

Micropaléontologiste français. Professeur, puis directeur du laboratoire de micropaléontologie de l'École pratique des hautes études de Paris. D'abord botaniste, plus précisément algologiste, Deflandre publie, dès 1923, un certain nombre de notes sur les algues françaises dans le Bulletin de la Société botanique de France . En 1916, il soutient une thèse de doctorat d'université à Paris sur le gen […] Lire la suite

DINOPHYCÉES

  • Écrit par 
  • Jean CACHON, 
  • Monique CACHON
  •  • 1 171 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cytologie »  : […] L'organisation cytologique de ces Protistes présente un certain nombre de particularités. Des sortes d'ampoules, les pusules , débouchent dans le sillon ventral ; elles semblent être en relation avec le réticulum endoplasmique et assurer vraisemblablement un rôle excréteur et osmorégulateur. Un ou plusieurs plastes multilobés, pourvus chacun d'un pyrénoïde, renferment des chlorophylles a et b ma […] Lire la suite

FLAGELLÉS

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 583 mots
  •  • 9 médias

Les Flagellés sont actuellement considérés comme les Protistes les plus primitifs. Ils comprennent des formes à affinité animale ou végétale ; aussi admet-on souvent qu'ils constituent la souche de tous les Protistes. Ils sont caractérisés par l'existence de flagelles ou fouets vibratiles qui servent à la nage et sont toujours reliés à un centrosome ou à l'un de ses dérivés : le blépharoplaste […] Lire la suite

GRÉGARINES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 1 228 mots
  •  • 1 média

Les Grégarines, parasites des Invertébrés, sont des êtres vivants unicellulaires ou Protistes, de taille assez exceptionnelle puisqu'elles peuvent atteindre plusieurs millimètres de long. Par les particularités de leur reproduction ce sont des Sporozoaires : après l'union de cellules reproductrices ou gamètes haploïdes ( n chromosomes), il se forme un œuf ou zygote diploïde (2 n chromosomes) q […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « PROTISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/protistes/