GRÉGARINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Grégarines, parasites des Invertébrés, sont des êtres vivants unicellulaires ou Protistes, de taille assez exceptionnelle puisqu'elles peuvent atteindre plusieurs millimètres de long. Par les particularités de leur reproduction ce sont des Sporozoaires : après l'union de cellules reproductrices ou gamètes haploïdes (n chromosomes), il se forme un œuf ou zygote diploïde (2n chromosomes) qui engendrera des cellules à nouveau haploïdes, les sporozoïtes (sporogonie). Il y a donc un cycle de développement au cours duquel prédomine la phase haploïde, fait très rare dans le règne animal.

Les modalités de l'union des gamètes durant la phase sexuée du cycle (gamogonie) distinguent cependant les Grégarines des autres Sporozoaires. Malgré leur absence presque totale de pouvoir pathogène, ces Protistes ont un grand intérêt biologique, car leur évolution est en rapport avec les variations de leur cycle de développement.

Étude d'un type : Stylocephalus longicollis

C'est dans le tube digestif du Blaps (gros Coléoptère noir de la famille des Ténébrionides) que l'on trouve ce parasite. L'insecte se contamine en avalant une spore qui, sous l'action des sucs digestifs, libère huit cellules, les sporozoïtes, qui vont s'enfoncer dans l'épithélium intestinal. À l'intérieur d'une cellule parasitée on peut voir le sporozoïte grandir et se diviser en trois parties : la partie antérieure ou épimérite qui constitue un appareil de fixation enfoncé dans la cellule hôte, tandis que les deux suivantes (protomérite et deutomérite), qui contiennent le noyau, pendent dans la cavité abdominale de l'insecte. Un tel stade fixé est appelé céphalin. Il est caractérisé par une cuticule épaisse, où le microscope électronique a montré l'existence de plis, très nombreux et relativement profonds. Puis le parasite se brise au niveau de l'épimérite. Une fois libre, la Grégarine va devenir un gamonte en formant une cellule (qu'on nomme « sporadin ») qui s'unit à son tour à une cellule semblable. Cette union des gamontes ne correspond pas à une féconda [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « GRÉGARINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregarines/