PROTÉASOME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La concentration de chaque protéine dans une cellule est essentiellement constante. Cependant, on sait depuis les années 1950 que ces molécules sont renouvelées en permanence. Au cours du métabolisme cellulaire, elles sont donc synthétisées puis dégradées par des enzymes appelées protéases, qui coupent les liaisons peptidiques des protéines, libérant ainsi des peptides ou des acides aminés (protéolyse). Il existe un grand nombre de tels enzymes, mais il tombe sous le sens que leur action doit être étroitement contrôlée pour éviter le désastre de la nécrose ou de l’autophagie. Jusque vers la fin des années 1960, on pensait que les lysosomes, des vésicules intracellulaires acides, riches en protéases, étaient seuls à assurer cette fonction. Depuis la fin des années 1970, il est établi que la destruction des protéines intracellulaires en excès, modifiées par le vieillissement, ou encore dénaturées ou mal formées (toutes formes susceptibles d’induire une pathologie cellulaire) est assurée par des édifices complexes, les protéasomes, dont l’activité est étroitement contrôlée. Ces édifices sont au centre de la dégradation des protéines par la voie dite de l’ubiquitine, voie majeure de dégradation des protéines dans la cellule. Cette voie implique deux étapes successives distinctes : l'attachement de plusieurs molécules d'ubiquitine à la protéine cible qui la signale au système de destruction, puis la dégradation de cette protéine par un protéasome. L’élucidation de la structure et du fonctionnement des protéasomes a valu le prix Nobel de chimie 2004 aux chercheurs israéliens Aaron Ciechanover et Avram Hershko, et à l’Américain Irwin Rose.

Un cœur catalytique commun : le protéasome 20S

Les protéasomes sont des particules intracellulaires. Ils ont été isolés par centrifugation différentielle. C’est ce qui expliqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROTÉASOME  » est également traité dans :

GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 990 mots
  •  • 4 médias

De nombreux parasites comme certaines amibes, certains trypanosomes et des vers, sont responsables de maladies parasitaires graves chez l’humain et d’autres vertébrés. La plus connue de ces maladies parasitaires est assurément le paludisme. Des efforts considérables en matière de financement, d’éducation sanitaire et de recherche médicale visent au contrôl […] Lire la suite

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les agrégats protéiques »  : […] Les tableaux cliniques et les gènes incriminés dans les MND sont nombreux. Cependant, les mécanismes responsables de la dégénérescence neuronale semblent communs à une grande majorité de ces maladies. Une caractéristique commune est l'existence dans le système nerveux d'agrégats fibrillaires de protéines « mal repliées », constituant des dépôts amyloïdes (ou plaques amyloïdes) dans les cellules […] Lire la suite

ROSE IRWIN (1926-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 417 mots

Le biochimiste américain Irwin Rose partagea le prix Nobel de chimie en 2004 avec les Israéliens Aaron Ciechanover et Avram Hershko pour leur découverte conjointe du procédé par lequel les cellules de la plupart des organismes vivants éliminent les protéines défectueuses ou trop vieilles. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, les trois scientifiques travaillèrent ensemble au Fox C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves BRIAND, « PROTÉASOME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteasome/